Wednesday, February 14, 2007

PHOTOROMAN À UNE SEULE IMAGE



Ne reculant devant rien pour faire fuir le vaste public, je vous offre ici un extrait de ma nouvelle pièce laquelle suit les mésaventures de Denise et Luc. J’ai voulu poursuivre mon travail sur « la quintessence du rien en tant que rien du tout, mais vraiment rien » et j’espère sincèrement que ce texte va vous plonger dans un état d’ennui profond et de vague mauvaise humeur. Si cet extrait vous fait sourire, attendez de lire et de voir la pièce dans sa version intégrale, qui dure environ 8 mois et qui met en scène deux téléphones sans fil, du papier et un verre d’eau.










Denise : « Bonjour, ici Denise Savard, je suis extrêmement efficace dans mon milieu de travail.

Luc : Allo, Denise?

-C’est moi, oui

-C’est Luc, du bureau!

-Encore toi? Qu’est-ce que tu veux?

-Je voulais te souhaiter une bonne Saint-Valentin

-Vas-y

-Ben… Bonne Saint-Valentin

-C’est tout?

-Euh… Oui, je voulais juste te souhaiter une bonne Saint-Valentin.

-Ok. Et c’est tout?

-Ben… Oui, c’est ça, je t’appelais seulement pour te souhaiter une bonne Saint-Valentin

-C’est fait.

-Je téléphonais comme ça, par hasard, pour te dire bonne Saint-Valentin.

-J’avais compris

-Ok… C’est ça, alors bonne Saint-Valentin.

-Écoute, je suis dans le jus, as-tu d’autres choses à me dire?

-Non, non, je me disais seulement que je devrais t’appeler pour te souhaiter une bonne Saint-Valentin.

-Tais-toi donc! J’ai compris!

-Choque-toi pas, je t’appelais seulement comme ça pour te souhaiter une bonne Saint-Valentin!

-Ta gueule!

-Pourquoi tu te fâches? Je téléphonais juste pour te dire bonne Saint-Valentin!

-Ta gueule! T’es malade!

-Non, non, ça va, je passais par hasard pour te souhaiter une bonne Saint-Valentin, c’est tout.

-Ferme ta gueule! T’es malade! T'es malade!

-Pourquoi t’es agressive, Denise? Je voulais juste te souhaiter une bonne Saint-Valentin!

-T’as pas envie de te tuer?

-Non, ça va bien, je me suis remis de ma dépression, je t’appelais juste comme ça pour te dire bonne Saint-Valentin.

-Moi j’ai envie de tuer!

-Tu vas mal? Pauvre Denise, j’espère que tu vas quand même passer une bonne Saint-Valentin… »





Labels:

6 Comments:

Blogger Galad said...

Mais alors, il appelait pour quoi, Luc?

Vous devez être plus clair, Zhom...

4:30 PM  
Blogger Doparano said...

Elle est vraiment pas patiente Denise me semble....

6:08 PM  
Blogger Lyne-la-lune said...

T'as perdu, j'ai ri ! J'me suis déboîté une hanche en riant. Je te reverrai en cour !

4:27 AM  
Anonymous Réjean Ducharme said...

Pour ce qui est de Denise, je me demande ce que ses seins valent en teint (Je sais bien que c'est un jeu de mots nul à chier, ne demandez vous plus pourquoi je n'écris plus de romans...)

5:27 AM  
Anonymous sol said...

Réjean, ses seins pleins teints valent bien un lamentin nain.

5:38 AM  
Blogger & said...

Adorable !
Le public réclame une suite !
100 pages !

É.

8:32 AM  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home