Wednesday, December 26, 2012

LES GRANDS DISPARUS DE NOËL


LES GRANDS DISPARUS DE 2012
SPÉCIAL NOËL
 MARCELIN HUBERDEAU (2012-2012)

Rien. Non, rien ne se veut nous expliquer la mort inopinée d’un infantile. Rien et surtout jamais. C’est pourtant ainsi que le petit Marcelin Huberdeau, à peine plus âgé que d’habitude, s’est fracassé le crâne sur une surface congelée. En effet, le pompon de trois mois et quart pratiquait un sport de hockey à l’aide d’une patinoire et de son père lors d’un jeudi matin mortel. La tête du garçon est allée carrément se faire fendre en deux au contact de la glace, puis en quatre au contact du patin inopiné de papa, puis en huit au retour dudit patin paternel. Finalement, son corps complet fut haché par divers patins inopinés venus de ça et de là. ¨Sa tête était découpée comme un fruit frais. C’était spécial¨, explique le papa de Marcelin en se pourléchant nerveusement le museau tel un chien de l’angoisse. Non, rien ne justifie que le petit Marcelin Huberdeau soit sans vie actuellement. Le papa est découragé : ¨Si on ne peut même plus faire du patinage sans que mon enfant meure inopiné, je me demande où s’en va le hockey¨, fustige-t-il derechef en pointant du doigt un ennemi invisible (le ¨Colonel.¨) Non, rien ni jamais ne peut souffrir la douleur d’un père démuni de Marcelin Huberdeau, et ce drame exceptionnel te concerne tous. `¨Marcelin était un petit peu trop étroit pour jouer au hockey à son âge, mais ce n’est pas une raison¨, affirme le père en portant la main à sa bouche pour réprimer un rot. Il ajoute, l’écume aux lèvres : ¨Le hockey n’est plus notre sport national! Les glorieux ne le sont pas tant que ça. Dans mon livre à moi, ça explique tout. Toujours.¨ Quoi qu’il en soit, la question demeure la même.

Friday, December 14, 2012

BAS PRIX DE NOËL POUR LES CULTURELS



Qui a dit que le théâtre expérimental était réservé aux élites intellectuellement supérieures et qu’il demeurait inaccessible à la plèbe besogneuse et inculte? C’est dans l’brun qu’ça s’tasse, pièce inspirée de Sophocle et de Nono Deslauriers, tend à rejoindre et à rassembler tous les publics, les gens de bonne éducation et les consanguins dégénérés.

 EXTRAIT

(Contexte : Ils sont deux et là.)

Euriclite : Frère, m’entends-tu? Je te cherche depuis les derniers oracles!
Tancrède : Les derniers oracles? Qu’est-ce à dire? Je t’entends mais tes mots dépassent ma compréhension. Les derniers oracles? Que cherches-tu à me...
Euriclite : Dansons subitement torse nu! Vite, avant que...
Tancrède : Tu as raison!  Vite! Dansons subitement torse nu!
Euriclite : Regarde! Par nos gestes spontanés, nous défions l’espace et le temps! 
Tancrède : C’est quoi des oracles?
Euriclite : Ta yeule pis shake-toé l’cul!
Tancrède : Oui, frère. Exultons par la mouvance!
Euriclite : Comme ça...
Tancrède : Comme ça?
Euriclite : Oui, comme ça.
Tancrède : Comme ça?
Euriclite : Reviens-en.
Tancrède : C’est quoi des oracles?


FORFAITS DE NOËL DU THÉÂTRE EXPÉRIMONGOL
Soyez culturels! Voyez cette pièce et revoyez-la pour le double de la moitié du même prix! Tu veux des opinions sur les faits saillants de l’actualité? Vas lire ailleurs et loin.