Friday, June 29, 2007

LE CALENDRIER DES VIDANGES : JUILLET 2007


(Réjean Thomas est habillé par Sears. Il pose ici élégamment vêtu d’un simple haut à manches courtes style Polo de couleur bleu poudre et de marque EcoWise en fibres de chanvre. EcoWise offre également des hauts avec emmanchures, à rayures et encolure pour la durabilité et le confort, avec fentes au bas pour aisance des mouvements ou en piqué de coton à laver facilement en machine. Autres couleurs disponibles : marine crépuscule, vert léger, blanc, bleu oxford, orange et rose truite. En cette fête nationale Sears offre des rabais de 20% sur tous les vêtements. And if you’re looking for some kind of « joke » in this new fucking post from this so-called “Zhom”, if you’re looking for something like a great piece of « humour de l’absurde », then you’re at the wrong place, you fucking “hipsters”. This is not funny in any fucking way. Buy Sears or Die.)

Sunday, June 24, 2007

UN BABILLARD RÉJEAN DUCHARME


Ce magnifique babillard RÉJEAN DUCHARME est une gracieuseté de l’incandescente et savoureuse Ella Ducharme, fille plus ou moins légitime du célèbre écrivain, d’où son nom en forme de jeu de mot poche (« elle a du charme », la poignes-tu?) La charmante Ella aura sans doute hérité du talent et de l’imagination de son paternel : Dans son roman non publié et provisoirement intitulé « Le Nez qui pue », les personnages Godemiché et Vaseline, deux adolescents de Boucherville en cavale à Montréal, vont se perdre dans les ruelles du Plateau pendant 243 pages. À la fin, Vaseline est arrêtée par la police pour avoir battu et épluché un poète au Parc Lafontaine, et Godemiché, désespéré, tente de mettre fin à ses jours en mangeant des écureuils morts. Ella Ducharme a précocement abandonné la littérature pour devenir actrice. On la verra bientôt dans le docudrame pornographique « La vallée des avalés », l’histoire d’une petite juive qui n’aime rien et qui suce des battes en attendant que le film finisse.

Labels:

Wednesday, June 20, 2007

PLEASE MASTURBATE WITH ME



C’est l’été, il fait bon et je suis paresseux. Alors, pour ce week-end, je vous offre un BABILLARD RICHARD MARTINEAU.
En fabriquant ce magnifique collage, je me suis si souvent branlé qu’à la fin ma queue ne crachait plus que de l’air.

STAY SICK!



Labels:

Monday, June 18, 2007

GIGUÈRE COSMIQUE

Dans notre «vie parallèle », c'est-à-dire dans nos songes, Lady et moi rivalisons d’insignifiance. Ce matin, Lady me confie ce rêve : Intimidée par un groupe de jeunes punks, elle accepte de donner de l’argent sous la forme d’un chèque qu’elle signera J.G. GIGUÈRE. Précisons ici que Lady ne connaît aucun J.G. GIGUÈRE et que l’apparition de ce nom dans son univers inconscient relève du plus grand mystère. Voilà un rêve parfaitement nul et sans intérêt, pensez-vous. Or il se trouve, par un hasard extraordinaire ou par les effets de quelque bouleversement d’ordre cosmique, que j’ai rêvé, cette même nuit, au comédien ROGER GIGUÈRE. S’agit-il d’une simple coïncidence, d’un signe du ciel, d’une étrange manifestation de symbiose ou d’une autre preuve de nos pouvoirs télépathiques? Y’a-t-il un psychanalyste, un maître rêveur ou un Richard Glenn dans la salle?


Cette histoire est absolument authentique, et je te demande, Lady, de bien vouloir corroborer mes dires.



(Roger Giguère, oui, le mongolien aux côtés de Pierre Marcotte dans l’heureusement défunte émission du « Canal 10 » LES TANNANTS. Dans ce rêve débile, j’apprends par un communiqué de presse que Giguère pensait très sérieusement à faire carrière au Casino en tant que chanteur de charme. Vous ai-je déjà dit que mes rêves sont aussi fascinants que la rubrique « que sont-ils devenus » du journal Écho Vedettes?)

Wednesday, June 13, 2007

LET'S GET PISSED # 1023465


J’ai toujours trouvé au sexe féminin l’odeur et la saveur des ananas, des ananas en conserve, précisément. Ce n’est pas une flatterie, encore moins un reproche, c’est un FAIT. Il y a quelques années, après une dégustation comparative tout à fait expérimentale, j’ai pu en venir à cette constatation : Oui, la saveur du sexe des femmes rappelle, de manière frappante, l’ananas en conserve. Mais pourquoi en conserve? Et comment expliquer, sans sombrer dans le verbiage scientifique, ces mystérieuses similitudes d’arôme et de goût? D’un point de vue strictement chimique, cela doit bien avoir un sens, me suis-je dit, avant d’entreprendre quelques recherches. J’ai d’abord pensé à fouiller le site Internet de la compagnie Del Monte. J’ai appris avec stupéfaction que les ananas en conserve de marque Del Monte ne contenaient rien d’autre que des ananas et du jus d’ananas, le tout étant encore « conditionné dans du jus d’ananas. » Sans sucre ajouté. Quoi, rien d’autre? Aucun produit d’une autre nature que le fruit lui-même? C’est incroyable, pensais-je, avant de découvrir cette chose absolument fabuleuse : Le mot ananas viendrait de « nana nana » lequel vocable, chez certains peuples autochtones d’Amérique du sud signifiait « parfum des parfums. » Nana, parfum : Tout est là, me disais-je. Mes enquêtes m’ont ensuite, et finalement, amené vers un site Internet dont je tairai le nom, un site qui présente des images effroyables qui font passer l’excision pour une mise en pli. Voici donc qui explique, après cet interminable préambule, la présence de cette photographie ci-dessus laquelle montre...

DES AFRICAINES QUI DÉCOUPENT DES VULVES

Et c’est pour le marché international! J’ignorais tout de l’industrie de la vulve en conserve et, la prochaine fois, j’hésiterai avant de commander une pizza hawaiienne.


(Non, Lady, pas ce soir, j’ai mal à la tête…)

Labels:

Saturday, June 09, 2007

La chronique du disque

Nouveauté de le compact disque
POPS AND THE COCKSUCKING MOTHERFUCKERS



Message de POPS à l’intention de toi

« À l’occasion de chaque jour je cajole la pauvreté et la terreur de la rue et j’ai décidé de m’insérer dedans pour éjecter ce disque bénéfique à but humain de l’amour humain. La musique de violence sadique humaine est meilleure que de se faire suicider ou que d’éjecter un autre individu vers la mort, car il faut encourager le punk pour toujours. Le punk est une façon d’éjecter la mort en criant sur un stade ou dans la vie quotidienne. Sur ce compact disque j’ai livré mon poumon pour chanter dessus avec mon ami le groupe de punks. Dans ma vie, j’ai caressé la détresse pour vrai en temps réel pour être utile à cela. Et il me fait jouir d’ajouter mon nom au punk. Ceux qui n’aiment pas le punk sont niaiseux ou malades et ils peuvent s’acheter du Daniel Bélanger à la place. Je prononce un gros merci au groupe The Cocksucking Motherfuckers pour m’être donné la situation de chanter sur un disque du punk..»

Your punk-friendly dude, POPS


Programme du disque de punk :

1- Why don’t we die now?
2- Free the Devil’s whores!
3- I puke on your vomit
4- Fuck AIDS up the ass
5- Soiled needles party
6- I Ate Your Guts
7- Please, I’m only thirteen
8- Flaming anus
9- I’m not infected, but…
10- Quand les hommes vivront d’amour



This fine shit is distributed by Veezes & Vozers records.
Pops fuckin’ rules!

Labels:

Saturday, June 02, 2007

LES NIÈCES DE CLAUDE RYAN

Non, ceci n’est pas de « l’humour politique » vaguasse et vulgaire. Je me fiche complètement de ce monsieur Ryan. Il appartenait à cette étrange race des gens sérieux, occupés et convaincus pour lesquels je n’éprouve aucun sentiment, ni mépris ni respect. J’avais seulement envie de vous raconter un rêve récent, nécessairement stupide et vain (dois-je rappeler que mes songes sont à mon image?) Et je me demande vraiment ce que ce vieux bonhomme vient faire dans mes phantasmes nocturnes…

En rêve, donc, je suis en compagnie d’une jeune femme tout à fait charmante. Elle est blogueuse. Nous sommes à bavarder tranquillement de tout et de n’importe quoi quand elle confie enfin, non sans honte, son « terrible secret. » J’apprends que cette fille est la nièce de Claude Ryan. À cet étrange aveu je réponds, spontanément : « Ce n’est pas grave, ma belle, toutes les filles sont la nièce de Claude Ryan. » Elle trouve mon « gag » très drôle et passe tendrement sa main dans mes cheveux avant de me dire, l’air songeur : « Au fond, c’est vrai, quand on y pense bien. Nous, les femmes, nous sommes toutes des nièces de Claude Ryan. »

Note : Ce n’est pas un rêve inventé, je ne mens jamais quand il s’agit de ma « fausse vie. »