Wednesday, May 30, 2012

LE MONDE DE LA VIE # 1


LE MONDE DE LA VIE
Par Rupinder Azaad


Ah! Un peu de nouveauté! La nouvelle rubrique de Rupinder Azaad, l'homme qui « a. »

TA GRILLE
"Bonjour. Je suis Rupinder Azaad, l'homme qui « a », et je suis ici pour te parler du monde de la vie. Commençons l'inventaire par « ta grille. » Tu aimes ta grille. Elle t'est utile. Tu ne penses pas souvent à ta grille. Elle est en quelque sorte acquise. Tu me diras : « Mais de quelle grille parles-tu? » Je te répondrai : « Je te parle de cette grille-là. » Oui, cette grille-là. Et tu comprendras. Tu sauras. Au fond de ton âme, devenu écran, sera projetée l'image mentale de ta grille, de cette grille-là. Mais tu poseras alors la question : « J'ai plusieurs grilles, est-ce bien de celle-là qu'il s'agit? » Qu'importe, te répondrai-je. Qu'importe la grille de tes grilles que tu feras venir à ton esprit, elle sera de toute façon cette grille-là. Il en va ainsi de n'importe quelle hostie d'affaire dans ce crisse de monde. La semaine prochaine, je parlerai de ton cancer."

Friday, May 25, 2012

CE FAMEUX JP


Je tiens ici à rendre un petit hommage, tout à fait gratuit et désintéressé, à l'un des lecteurs et commentateurs les plus assidus de mon hostie de blog plate : cet obscur JP ou JIP ou whatever, lequel pourrait facilement être considéré comme un « collaborateur spécial. » Si Le Jour des vidanges bénéficiait d'un budget, j'engagerais un pigiste de sa trempe ; un infatigable fournisseur de contenu (les Luigi, le premier et le deuxième, sont des chiens de l'Enfer et je les hais comme je hais tout ce qui pue la mort.) J'ai fait quelques recherches et j'ai retracé ce JIP. Il s'agit bien sûr de JUAN PEDRO LANZANI, jeune éphèbe super-triste qui aime les écureuils mais « pas à ce point-là, quand même. » Sur ce magnifique portrait, JUAN PEDRO LANZANI scrute avec inquiétude l'avenir incertain, craignant la désagrégation du tissu et l'arrivée des Decepticons. 
Adieu (mais pas longtemps.) 



Friday, May 18, 2012

L'ENTREVUE IMPRESSIONNANTE



(Zhom tient à souligner ici l'embauche d'un nouveau pigiste puant-sale au Jour des vidanges, en remplacement de Luigi, dit « ce fumier. » Voici Luigi « pas le même que l'autre » qui s'applique ici à sa première entrevue. Ci-dessus, une photo de Luigi « pas le même que l'autre » en train de gosser après un meuble, l'hostie de moron.) 


Entretien avec Ton Quan Ngoc, 
père dominicain.
Par Luigi « pas le même que l'autre »

Luigi : « Ton Quan Ngoc, votre prénom porte à confusion. Il créé immédiatement un profond sentiment d'appartenance, de possession, comme si vous nous étiez. Comme si vous-vous offriez tout entier aux fidèles. En tant que père dominicain, vous devenez en quelques sortes mon Quan Ngoc, notre Quan Ngoc. Mangez-vous des battes?

Ton Quan Ngoc : « (Rires) Je tiens à préciser que je ne suis le Ton Quan Ngoc de personne, sauf de Dieu, qui n'est personne puisqu'il est tout. Je ne suis pas ton Quan Ngoc. Pas plus que je ne suis moi-même mon Quan Ngoc, son Quan Ngoc ou votre Quan Ngoc. J'appartiens au Seigneur tout puissant. »

-Pourquoi ne pas changer de prénom? Dans toute la francophonie, personne ne voudrait s'appeler Ton. Vous pourriez vous renommer, par exemple, Quan Ngoc, tout simplement. Pour un religieux, ce Ton doit être lourd à porter qui implique de manière presque subliminale l'abandon de soi.

-(Rires) Tu pues. Je pense que ton âme est pourrie.

Thursday, May 17, 2012

TON QUAN NGOC


-Ci-dessus, un magnifique portrait photographique de Ton Quan Ngoc, aujourd'hui. La photo a été prise quinze ans plus tard mais en 1987, à l'intérieur d'un contexte donné. Laisse faire.-

Voici donc Ton Quan Ngoc, 3 ans, Père Dominicain de l'Ordre des prêcheurs. Ton Quan porte la couche, certes, mais il découvre déjà la magie de l'alphabet et s'intéresse maintenant aux défis posés par la nouvelle évangélisation à l'ère de la post-modernité. Il travaille aussi à l'actualisation d'un charisme chrétien au Canada français pour l'édification de l'Église de demain. Sa vocation : L'amour du divin à l'intérieur d'un contexte donné. Bien sûr, il émet des « pets », mais cela ne devrait pas nous divertir de sa démarche spirituelle. "J'en ai mangé un char", dit-il. « À l'aube du troisième millénaire, l'urgence de ma mission est plus actuelle que jamais. Il faut entendre et comprendre le message du Christ, et faire des petites boules avec des boules plus grosses », couinait-t-il lors de son allocution au colloque « Grâces de la prédication à l'intérieur d'un contexte donné. » Interrogé au sujet d'une question délicate, Ton Quan répondait : « Oui, mes grands-parents sont morts au Vietnam. Mais cela ne fait rien. Regardez, et constatez : cela ne change rien à rien. L'important, c'est de croire en l'esprit saint, et de faire des petites boules avec des boules plus grosses, à l'intérieur d'un contexte donné. » Suivons son exemple.

Thursday, May 03, 2012

C'EST CELA QUI EST ÇA



Selon toute vraisemblance (c'est à dire selon un avis officiel envoyé par courrier électronique) ce blog sera d'ici un mois « gelé », c'est-à-dire que je ne pourrai plus y ajouter quoi que ce soit. Le Jour des vidanges deviendra donc aussi figé qu'un tableau. On regarde, on touche pas. Il paraît que je peux facilement échapper à cette malédiction en bidouillant un peu les paramètres du blog, mais mon nom d'utilisateur (qui devrait normalement être opérationnel, c'est celui qu'on me retourne par mail quand j'en fait la demande) est tout de même refusé. Mystère... Bref, ça sent la fin. D'ici l'inéluctable momification de ce blog, je m'en voudrais de ne pas t'offrir cette magnifique photographie d'un PETIT HOMME INQUIET ET SANS AVENIR QUI PORTE DES SOUS-VÊTEMENTS THERMIQUES EN POLYESTER
À bientôt, ailleurs, peut-être