Saturday, October 27, 2012

CHRONIQUE DU LIVRE POUR INFANTS


              JDV éditeur proposera bientôt, à l’occasion du Salon du livre de Montréal, trois ouvrages de sa nouvelle collection Pourquoi Moi? L’on juge trop facilement la littérature jeunesse, et à plus forte raison les livres destinés aux enfants âgés de moins de 10 ans, comme étant de l’hostie de grosse marde plate pour les mongols. JDV veut remédier à cette mauvaise perception en traduisant les travaux édifiants du pédagogue Basil Dorff lesquels portent, dans une langue simplifiée, sur des sujets pointus et trop rarement abordés auprès des 0-8 ans. Les livres parus dans la collection Pourquoi moi? interrogeront le parent et l’enfant sous le signe de la détente. 



LE CUBISME

Comment Pablo Picasso a-t-il réussi à devenir riche et célèbre en peignant de jolies femmes comme si elles ressemblaient à des modules en Lego ou à des tronçons du Boulevard Décarie? Tout cela et plus dans LE CUBISME expliqué aux enfants. Basil Dorff ne s’y intéresse pas tant à l’analyse picturale qu’au gros cul de Dora Maar, modèle, amie, amante, muse, pute, sofa, sécheuse et rack à vaisselle du grand artiste espagnol



L’EXISTENTIALISME CHRÉTIEN
Amusez-vous avec vos enfants en récitant quelques extraits dûment choisis parmi les oeuvres amusantes de Soren Kierkegaard (Traité du désespoir) et Miguel de Unamuno (Le sentiment tragique de la vie.) La foi chrétienne est-elle absurde si Dieu n’existe que sous la forme de l’absence? Dieu serait-il donc emballé sous vide? Quelle est la date de péremption? Est-il disponible en format familial? 



STRUCTURALISME ET SÉMIOTIQUE
Tout sur Roland Barthes : Comment mettre des lettres ensemble pour en faire des phrases, comment fabriquer le Boulevard Décarie avec des piles d’essais de 500 pages. Y a-t-il un sens à dégager de quoi que ce soit? Et, une fois dégagé, que faire avec le sens? En bonus : Poster central d’un fife avec un méchant gros batte plein de fromage. 





Thursday, October 25, 2012

LA CHRONIQUE DU LIVRE


DE PAR CE RUISSEAU?
LIVRE DE W.U.BOON

Préface de Zhom :

W.U.Boon est un cheval : il hennit, il piaffe, il va au restaurant. Un pur-sang, vous dis-je! Pince sans rire, il dirait probablement qu’il ne voit aucune différence fondamentale entre un cheval et un restaurant. Je me souviendrai toujours de sa formule : Chacun est un restaurant. J’ai tiré de cette phrase un grand enseignement. À vous, lecteurs, d’y méditer et d’en saisir le sens profond. Boon m’a volé beaucoup d’idées, de concepts. Le concept du cheval-restaurant, entre autres. Je ne lui en tiens pas rigueur. Ne suis-je pas, justement, un restaurant? Et vous?.... 
Le livre sera disponible à mon insu dès une date. 

Labels:

Wednesday, October 03, 2012

LES DANGERS DE L'URANIUM # 1


J'ai attrapé la quarantaine. Oui, je suis désormais un authentique monsieur. Après mures réflexions, je crois qu'il est temps d'en finir avec cette interminable farce qu'est Le Jour des vidanges. Après toutes ces années de délire absurde et insignifiant, sans aucune substance, j'en ai assez de cet étouffant masque de « clown », assez de cacher mes véritables passions et de taire mes engagements. Aussi, très bientôt, ce blog portera un autre titre : CONTRE LE NUCLÉAIRE. Les questions environnementales m'interpellent tellement que j'en chierais. Voici donc, en attendant l'opération transformation de mon blog, le premier d'une longue série de longs articles fascinants portant sur l'uranium. Je m'en remets à ce fabuleux Luigi IV pour la recherche et la rédaction :

L'URANIUM
Par Luigi IV

Il faut d'abord savoir que seulement 10 pays produisent un peu plus de 94% de l'uranium extrait dans le monde. On ne saurait trop déplorer le discours optimiste selon lequel le nucléaire serait une énergie « propre. » Ce discours des grandes entreprises masque tant de sombres vérités. Prenons l'exemple du Niger, pays producteur d'uranium. À Arlit, une petite ville située au milieu du désert, sont opérées deux usines d'uranium en fonction depuis plus de 40 ans. Les mineurs qui y travaillent, à savoir quelques milliers de nègres dociles, sous-alimentés et sans éducation, n'ont donc aucune idée des dangers de l'uranium pour la santé. Le tristement célèbre accident de Tchernobyl aura convaincu les propriétaires de ces mines à prendre des mesures de sécurité certes basiques mais efficaces : les mineurs doivent se laver les mains avant de manger et laver leurs vêtements de travail après l'ouvrage, cela pour éviter les poussières radioactives. Mais ces nègres, que l'on ne saurait qualifier d'êtres humains, n'obéissent pas aux règles. Pire, tels des chiens fous, ils ingurgitent de l'uranium comme s'il s'agissait d'une nourriture céleste offerte par le dieu des girafes sacrées Mbwa Mbwé. Ni la menace ni le fouet ne leur donnera raison, ils mangeront l'uranium en pourléchant leurs babines de singes, ne prendront aucune mesure d'hygiène et de précaution. Certains mineurs, qui travaillent nus et huilés malgré la loi, copulent sur les lieux de travail, se livrant à des orgies païennes. La vue de ces sexes durs et disproportionnés est fort troublante et pose problème aux ingénieurs. Ignares et dégénérés par des siècles de consanguinité, ces sous-êtres lubriques et bien membrés feront l'acte sexuel « par derrière », semant ainsi le fléau de la sodomie à travers l'Afrique. Je dois y aller. Merci de votre attention.