Saturday, December 30, 2006

fuck 2006!

Pour finir l’année en grandes pompes, avec tambours et trompettes, voici ce magnifique
FOND D’ÉCRAN LÉO ILIAL, fabriqué en trois clics, avec un seul doigt, par votre génial mentor Zhom. Oui, dans le coin droit, en haut de l’affiche, il s’agit bien de l’extraordinaire ROBERT MARIEN, à qui je voue un véritable culte depuis 3 minutes, d’où cette tache blanchâtre (à gauche) laquelle témoigne de mon irrépressible élan de passion spontanée.

À l’an prochain, mes très chers mongols.
D’ici là, buvez trop, dormez mal et vomissez des tourtières.


Sunday, December 24, 2006

ZHOM'S CHRISTMAS GIFT

Pour vous, et rien que pour VOUS mes tendres créatures, voici une image prodigieuse et absolument inédite. Je vous l’offre en toute amitié...

UN FOND D’ÉCRAN REMAX

(Vous aurez sûrement remarqué, lecteurs assidus, la présence d’une mystérieuse tache jaunâtre, dans le coin droit de l’image. Rassurez-vous, il ne s’agit pas d’urine mais bien de vieux sperme séché. Ma propre semence, évidemment. Vous connaissez peut-être ma faiblesse pour les promoteurs immobiliers (tous sexes confondus.). Or, en fixant longuement ce fond d’écran un soir de solitude et de bière, bandé comme un bison, je n’ai pu retenir une éjaculation spontanée, explosive et généreuse. J’espère que vous saurez apprécier cette « touche personnelle. »)


Thursday, December 21, 2006

CHRISTMAS SPECIAL


Voici, pour vous mes braves mongols, et sans commentaire (est-ce bien nécessaire?)

UN FOND D’ÉCRAN DENISE BOMBARDIER

Non, mes amis, il ne s’agit pas d’un montage fait à la mitaine par votre humble serviteur, mais d’une « œuvre » AUTHENTIQUE, issue de l’imagination débordante des concepteurs de Star Académie.

Trop bizarre... je me tais...

(Bientôt sur ce site :
Un fond d’écran Pierre Foglia)

Sunday, December 17, 2006

Témoignage vibrant (spécial Noel)

Témoignage vibrant

« Bonjour, je suis ce qu’on appelle la petite Véro 9 ans et voici ce que je dirais au Père Noël quand ma mère me dit de l’écrire. Merci Père Noël de m’avoir donné un poumon neuf car sans celui-ci je respirerais avec une seule narine, ce qui est difficile quand on a le nez bouché par l’hiver. Je veux aussi dire merci au petit Pedro, 6 ans qui m’a vendu deux de ses poumons contre de l’argent canadien pour sa famille. L’histoire de Pedro est intéressante. Dans son pays, l’Amérique du sud, il n’y a pas d’argent pour le manger. Les enfants comme Pedro sont généreux et vendent des organes vitaux pour sauver les enfants canadiens, en échange de monnaie pour acheter des sucres d’orge ou un soulier pour sa famille. Pour le remercier, j’ai vidé ma tirelire pour lui donner. Ma mère a beaucoup de tirelires. Pedro est gentil même s’il est mort un an après ses poumons. Pour dire merci à sa famille et au grand monsieur avec des lunettes fumées qui a livré mes poumons à la maison, ma mère envoie chaque année des carrés aux dattes et des sacs de noix pour nourrir la pauvreté en Amérique du sud. Ma mère envoie aussi du ciment et des cubes pour construire un abri de pauvreté pour la famille en Amérique du sud. Chaque année la famille nous envoie une photo de Pedro pour me rappeler qu’il souriait avant de souffrir de la mort. Grâce aux poumons de Pedro, je peux avaler de l’air en regardant la télévision ou acheter du linge. Quand je serai grande, j’aurai beaucoup de tirelires et je vais faire des voyages en Amérique du sud pour dépenser de l’argent. Merci. »

Véronique Hudon, 9 ans
(texte écrit par Fabienne Hudon, mère familiale.)

Labels:

Tuesday, December 12, 2006

LET'S GET PISSED...ENCORE

Puisque rien n’arrive et qu’il faut toujours parler de caca pour attirer l’attention des mongols, voici, en première mondiale :
Mes hémorroïdes.

J’aurais bien voulu proposer ici un cliché authentique de mes propres tuméfactions rectales, mais après plusieurs tentatives, dans les positions les plus audacieuses, je n’ai pas su fabriquer une seule photographie digne de publication ; elles étaient toutes soit mal cadrées, soit floues, soit carrément pornographiques, donc impropres à la diffusion. J’ai dû me résoudre à choisir cette image générique pour illustrer mon « propos », me rappelant la formule du célèbre photographe de guerre James Nachtwey qui disait : « j’aurai tout vu, sauf le trou de mon cul. » Jeunes gens qui n’avez encore souffert d’afflictions anales, sachez que l’hémorroïde ordinaire ressemble un peu à une baie sauvage, ou au grain d’une pomme grenade. Mais son goût est fort différent. Le grain de la grenade est croquant, sucré et légèrement acidulé, tandis que l’hémorroïde est caoutchouteuse, salée et laisse sur la langue, après mastication, une étrange et fine pellicule, un mince film graisseux très désagréable en bouche. Vous noterez aussi, si vous l’ignoriez, que hémorroïde est un mot féminin. Il convient alors, avant de la tripoter et de lui faire son affaire, d’établir avec cette petite bouffissure une relation de confiance mutuelle sur la base du respect et du dialogue. Selon les dictionnaires médicaux, l’hémorroïde ordinaire ne s’attache au pourtour de l’anus que pour une période de 7 à 14 jours, avant de quitter Dieu sait où, pour un ailleurs meilleur sans doute. Il s’agit donc d’une relation à très court terme, relation passionnelle, intime, donc forcément déchirante et dont j’espère tirer de grandes leçons de vie. Relation fusionnelle aussi, pour ne pas dire osmotique : je ne « souffre » pas d’hémorroïdes, je “porte” des hémorroïdes, comme une femme “porte” un enfant. L’hémorroïde fait partie de moi. Je suis son géniteur, en quelque sorte, sa source nourricière. « Mais pourquoi porte-t-il des hémorroïdes?”, demandez-vous. Je n’en sais trop rien. Abus de mets épicés, abus d’alcool bon marché, hygiène douteuse, absence de sous-vêtements, utilisation abusive d’objets contondants (à des fins purement scientifiques), abus de mauvaise télévision, de lecture des quotidiens montréalais etc. Le fait que je passe mes journées en position assise à écrire des conneries, pour le travail ou la détente, ne doit pas aider.

(À ceux et celles qui me reprocheraient de donner dans l’humour scatologique et d’en être resté au stade anal, je répondrai ceci : STADE anal? En ce qui me concerne il ne s’agit pas que d’un STADE mais d’une véritable MODALITÉ D’EXISTENCE, d’une VIE ANALE en quelque sorte. GET USED TO IT!)



Bientôt sur cet écran : Mes crottes de nez, mon poil de poche, mes points noirs ou mes verrues plantaires.


Labels:

Saturday, December 09, 2006

LET'S GET PISSED # 0.837


Il est des choses que l’on sait mais dont on ne prend pas suffisamment conscience, des vérités si indiscutablement vraies qu’on ne s’accorde jamais le temps d’y réfléchir. M’y plongeant dans les méandres de Google Image, toujours en quête d’inspiration, cela m’a frappé comme une révélation cosmique : L’immense majorité des gens qui peuplent cette planète sont pour moi de parfaits étrangers. Jamais il n’adviendra que je croise leur chemin. Plus vertigineux encore, l’immense majorité des gens qui peuplent cette planète ignorent absolument mon existence (je crois qu’ils font exprès, mais c’est une autre affaire.) Mais enfin, nous sommes quittes, eux et moi, et en ce sens seulement, ces gens sont bien mes semblables. Voici donc, pour rien, une superbe photographie regroupant
DES GENS QUE JE NE CONNAIS PAS

(…et que je ne veux pas nécessairement connaître, sauf peut-être la jolie fille en haut, à gauche, qui me rappelle vaguement une jeune Isabelle Huppert.)



Labels:

Thursday, December 07, 2006

MESSAGE DE BAPU, TON CLOWN AMUSANT

Message de Bapu, ton clown amusant

"Yo! Mes petits trous de pets!
Oui, c’est moi Bapu, ton clown amusant. Comme tu peux te le certifier, j’ai tué mon cancer sagement et je te reviens dessus avec quelque chose de sensation : Mon émission de télé sur Internet, que tu pourras absorber quand le cas sera échéant. Pour l’instant du présent, je n’ai pas les subsides nécessaires pour me reproduire dans les médiums. Mais j’ai le désir d’aller me frotter sagement sur une bourse gouvernementale afin d’en extraire le fruit. Dans mon émission, je serai accompagné par mes nouveaux amis qui te feront un plaisir de t’en procurer sagement. Il te suffira de prononcer le mot « Oui, je veux des bonbons » et d’obtempérer sagement. Voici donc que, la gorge pleine, je te présente mes copains et copines qui sont toujours volontiers de t’essayer sagement."


Personnages :

-
Riploplo sculpte l’univers à partir de son propre creux. Il n’agit jamais sur l’action et, la plupart du temps, il s’en va avant la fin de l’émission
(Note aux pédagogues : Ce personnage incarne le recul intellectuel du néant en tant qu’outil éducationnel transversal.)

-Finfino n’est pas gentil. Il fume le tabac des cigarettes, il brise des jouets, il élimine des fleurs et fait caca sur ton cœur.
(Note aux pédagogues : Finfino représente la pulsion de mort, la drogue addictive, et les dérives du totalitariste multinational.)

-Grâce au Professeur tu connaîtras des choses essentielles, comme la couleur des chiffres, les bases du behaviorisme, comment traire du lait, comment saisir le cuir, réussir à faire bouillir une solution et, surtout, composer des émotions à l’intérieur d’une situation donnée.
(Note aux pédagogues : Le professeur agit comme un mentor auprès des enfants car sa voix est incarnée par un nul autre que Pierre Lebeau dans Séraphin)

-Pirouli est un Elf espiègle qui sait te donner de la magie avec une seule main. Malicieux, il sait se servir de l’autre pour te faire apparaître des sensations.
(Note aux pédagogues : Personnage ambivalent, Pirouli représente le jeune homme d’aujourd’hui, ouvert à la diversité, ouvert à l’expression de l’émotion par le biais du dialogue, ouvert en général, partout.)

-Avec Chacoune, tu apprendras la différence qui existe entre les lettres du français ainsi que les nombreux attributs de sa langue.
(Note aux pédagogues : Chacoune représente la satisfaction que l’enfant peut trouver en lui apprenant à s’élargir.)

-Thérèse Cassegrain est une amie responsable qui sait t’expliquer le côté « pratique », tel que faire un budget avec 25 cents, déléguer des tâches effrayantes, organiser quelque chose et punir quand c’est le temps.
(Note aux pédagogues : Thérèse Cassegrain est elle-même pédagogue agréée et auteure des textes de Bapu, elle représente la raison de pourquoi tout existe selon moi.)

Labels:

Wednesday, December 06, 2006

Message d'intérêt humain



En ce 6 décembre, un message de Paul Fabre, président du MEMN
(Mouvement Enfance Masculine Nationale)


« Comme l’on dit dans le territoire, les enfants non âgés « font dur », surtout lorsqu’ils en arrachent. Selon divers chiffres tout simplement statistiques et effroyables, plus d’un enfant en est atteint et, par conséquence, des comportements ont lieu dès qu’ils surviennent. Qu’il s’agisse de drogue, de tuer, de prostitution ou de mourir, ce phénomène sociétal touche encore plus bas les garçons dans leur intimité, car une étude le dit : les enfants nés « mâles » au Québec se sentent délayés à cause du féministe. Ils échouent leurs notes. Ils regardent à côté quand la maîtresse vient dans leur face. Ils trémoussent la colère en gémissant devant l’autoritarisme du matriarcat. Les garçons ne tiennent jamais en place et encore moins debout. Notre société matriarcale féministe transmue les garçons pour en faire de futurs Marc Lépine, des violeurs compulsifs, des homosexuels insatisfaits ou des concepteurs de « video games » tels que Massacre à la scie sauteuse ou Le Terminateur deux. Pendant ce temps, au Canada, l’homme québécois se demande pourquoi en regardant le téléviseur. Et la mère, du haut de son statut d’épanouie, le poursuit en justice pour des prétextes cocasses comme l’alcool au domicile, le gras nourricier ou la tentative d’inceste. C’est ainsi que des drames bouleversent, que des familles se trucident et que les intervenants demeurent en position assise. Afin de célébrer la mort ultime des 16 étudiantes de la Polytechnique, que nous saluons du chapeau, le Mouvement Enfance Masculine Nationale (MEMN) a entrepris d’effectuer une motion. Il est tant de s’inquiéter gravement sur le destin des garçons québécois sans cesse, pour éviter qu’un Marc Lépine pousse et que 16 femmes rencontrent le vide nul. Il est grand temps que tout cesse. Le Mouvement Enfance Masculine Nationale (MEMN) croit qu’un petit garçon qui pleure est un enfant de trop. Faites quelque chose ou pensez-y deux fois. »


-Paul Fabre, président du
MEMN

Labels:

Monday, December 04, 2006

Témoignage vibrant

LE MAÎTRE DES CLÉS
Hommage à Stéphane Dionne


Témoignage remuant de Romuald D.,

citoyen Canadien immaculé


« En prenant conscience de l’érection de Stéphane Dion sur les hauteurs politiques du Canada, j’ai laissé coulé entre mes doigts des larmes de joie. Enfin, un homme politique bien en main, fier de son surcroît, ainsi qu’un arbre humain ruisselant de quiétude intellectuelle. Pour moi, Dion invoque des images de propreté et d’impeccable, autant au niveau du port vestimentaire que du contenu intellectuel de celui-ci. À l’instar de la physionomie de son état, les idées de monsieur Dion sont fermes et pointent l’avenir, un peu comme quand un doigt pointe quelque chose, si on me permet d’user de métaphore. La rigueur masculine se pratique ailleurs que dans le vestiaire avec mes amis, elle se pratique également à l’occasion d’un contexte intellectuel. Il y a des moments d’extase que nul individu ne peut comprendre s’il n’est pas moi. J’étais tellement pétillant d’exultation en apprenant la sanctification de Stéphane Dion que, pour partager l’émotion, j’ai parlé à ma femme. Mes deux filles étaient là, interrogées par mon élan, avant de s’en aller, clopinantes d’adolescence, vérifier le courant Internet pour discuter. C’est au nom de mes filles contemporaines si je suinte suite à l’édification de Stéphane Dion. Grâce à un homme comme sa trempe, il y aura de l’air pour le respirer durant l’avenir. Car à l’encontre d’un autre, Dion souhaite accoucher d’un environnement écologiste, avec tout ce que cela comporte de Kyoto et d’effet de cerf. Nous pouvons donc tous dormir entre nos deux oreilles et halluciner d’un pays propre tant que la svelte silhouette de Dion oscille lascivement dans ma tête.
Merci, et bon Canada!"


-Romuald D..

Labels: