Saturday, July 28, 2012

LE TÉMOIGNAGE VIBRANT # quatre-douze-cent


MAUDIT QUE C'EST « LE FUN » LA VIE
Par Marie-Mance Saumure

"Bonjour! Je suis une personne traumatisante d'optimisme. D'aucuns me disent hilarante et énergétique. Ces deux dons pré-cités me proviennent de mon grand-père Alfonse qui n'arrêtait jamais d'être épais en moins de deux. Ce qu'il faisait rigoler en prenant la voix de « Monsieur Brigou»! Comme moi, mon grand-père n'était jamais inactif jamais. Il ne tenait pas sur place. Même assis ou couché, il avait l'air de « vibrer » tel l'anguille d'Amérique. Il disait souvent : « Que voulez-vous, j'ai des vers dans le cul », suscitant des cascades de rires incessants. Et ce n'est pas seulement à cause qu'il souffrait régulièrement de crises tonito-cloniques que mon grand-père bougeait tout le temps. Il avait d'autres raisons. Je me souviendrai toujours de la fois où il a perdu un œil en essayant de réparer le tracteur de Maurice. Chaque jour j'imite son exemple. Il faut prendre la vie comme si on allait mourir dans deux minutes et profiter de chaque instant pour des activités, qu'il s'agisse de la cueillette des papillons ou de l'instauration d'un nouveau régime politique. Si Fidel Castro n'avait pas profité du présent, on ne pourrait même pas aller à Cuba l'été prochain avec mon mari. Depuis quelques temps je m'affaire, jour après jour, de fabriquer des objets décoratifs à partir de matières périmées recyclables (des porte-plumes, des barrettes, des sacs tibétains etc.) C'est ma façon de sauver la planète Terre, quoi! Bonne vie à tous!" Et c'est signé Marie-Mance Saumure, Brome-Missisquoi." 

Friday, July 20, 2012

LE CARNAVAL DE L'OPINION SOCIALE


LE CARNAVAL DE L'OPINION SOCIALE

Zhom écoute, et ce depuis des années, les tribunes radiophoniques, tard le soir. Il retranscrit dans ses carnets intimes, dès qu'il en a l'occasion, quelques bribes des commentaires laissés par les braves auditeurs. Voici une dizaine d'étranges formulations, retrouvées par hasard dans un de ses cahiers de notes.

 « Oui, ça m'arrive de prendre une bière, de temps en temps, avec des amis. Mais je n'irais pas jusqu'à dire que je suis alcoolique grave. »
-Un jeune homme

« Le sexe anal ne m'intéresse pas personnellement, mais c'est un choix personnel, je ne veux pas juger personne, là. »
-Une madame

« Il faut vraiment que le gouvernement injecte dans les priorités. »
-Une autre madame

« Le monde, faut qu'ils fassent la différence. La foi, c'est en dedans que ça se passe. La religion, c'est pas pareil. »
-Une jeune femme

« On vit dans une société médiatique, il faut pas se le cacher. »
-Un homme normal plate

« Être écologique, c'est correct, mais il faudrait pas que ça se transforme en secte. »
-Une femme normale plate

« La télévision, c'est carrément de la désinformation. On finit par pas faire la différence entre rien. »
-Un étudiant

« Dans le fond, les jeunes d'aujourd'hui sont pareils que les jeunes de dans mon temps. »
-Une calice de madame

« Les statistiques nous montrent pas l'humain dans son quotidien de vie, c'est juste des chiffres. »
-Une autre hostie de  madame

« C'est quand même spécial, quand on y pense un peu, à quel point ça se peut pas. »
-Une fucking madame 

Thursday, July 05, 2012

LE TÉMOIGNAGE VIBRANT # soixante-vingt


LE TÉMOIGNAGE VIBRANT
L'ON EXISTE DANS UN MONDE DE « MERDE »
De Hélène Roberge-Payeur
Par Hélène Roberge-Payeur
Document proposé par Adrian Svoboda

« Quelle ne fut pas été mon évanouissement complet + crampes abdomino-périnéales lorsque, un beau mardi de la semaine, alors que je vaquais à trier les sous-vêtements maculés de mon petit-fils Hugo (11 ans) je vis subvenir des soi-disant « insectes » au sein de mon sous-sol. La terreur me fut envahie dans un premier (1er) temps avant de faire place, dans un deuxième (2e) temps, à la rage humaine digne des dieux de Zeus. « Mais pourquoi donc hélas tout ceci? » hurlai-je d'une seule voix, tel Job à genoux devant le Père céleste (Yahvé.) L'on me traite souvent de « crisse que t'es plate Hélène » ou de « Arrête donc de capoter, Hélène. » Mais je deviens mordicus quand il est question d'infestation domestique. Plate? Peut-être. Mais propre, beaucoup plus! Nous vivons dans une ère de « merde » remplie de pouilleux en croûtes infectes qui ignorent l'existence de l'hygiène. Ils ne lavent pas leur sexe chaud. Quand je pense à des pénis gorgés de smegma pourri, j'obtiens des réactions mitigées. Je ne juge pas les jeunesses, ils apprendront l'usage du Dove à un moment-clé de leur vie lors d'un rite pro-pubère. Les moustiquaires et les antidépresseurs ne sont pas fort utiles quand m'advient la crise face aux soi-disant « insectes », qu'il s'agisse de punaises, de cancrelats, de vers absurdes ou de papillons fous-déments. Mon opinion est la même : Notre époque est celle de la « merde » et je ne peux m'empêcher de penser à des bouquets de pénis gorgés de smegma pourri, surtout lorsque je trie les sous-vêtements gluants de mon fils Hugo (11 ans.) L'autre jour, il masturbait son sexe chaud en scrutant le regard vers le « grand coussin bleu du salon. » Heureusement, pour me sortir de de-là, il y a la lecture d'oeuvres. Je lis présentement Heidegger et Louise Portal. Cela m'aide à oublier que certaines choses sont. Merci de votre écoute formidable et merci encore. Nous vaincrons."
-Hélène « crisse que t'es plate » Roberge-Payeur