Thursday, May 31, 2007

LET'S MAKE SOME ART


LET’S MAKE SOME ART


Tu veux percer dans le « milieu des arts visuels » mais tu ne possèdes pas la culture nécessaire et tu n’as pas d’amis gais ou galeristes? (Peut-être même crois-tu encore qu’un « galeriste » est quelqu’un qui répare des balcons?) Arrête de te prendre la tête. Voici une technique infaillible pour devenir « un jeune créateur prometteur dans le domaine des arts plus ou moins de pointe » Je vais t’enseigner tout ça en utilisant l’exemple.

1- Tu n’as pas besoin de talents particuliers. Si tout ce que tu sais dessiner c’est des petits bonshommes avec des faces qui rient, ne te sens pas exclus ou diminué. Oh! On vit à l’ère de l’informatique et de la « démocratisation des moyens de production. »
2- Pas besoin de grands moyens ou de logiciels performants. Un logiciel de base, rudimentaire, fera l’affaire. De toute façon, tu n’auras à dire au galeriste que tu t’inscris parmi les « artistes minimalistes tendance post-pop »et le tour sera joué (ou évoque un peu Dada, si tu sais c’est quoi.)
3- Pas besoin d’avoir une idée, un projet, un plan. Quand tu auras achevé ton « chef-d’œuvre », tout le travail sera à faire (mais je suis là pour te conseiller, éponger ta sueur d’artiste et te prodiguer des caresses intimes.)
4- Visite régulièrement Google Image. Cherche N’IMPORTE QUOI et calice les images intéressantes (ou plates, who cares) dans un dossier approprié.


Exemple (voir « chef d’œuvre » ci-dessus.)


1-Par un hasard extraordinaire, en fouillant le catalogue Internet des magasins IKEA à la recherche de meubles à prix modiques, je trouve cette image de boîte industrielle. « Ça pourra me servir un jour », me suis-je dit avant de sauvegarder ladite image dans mes dossiers et de retourner tranquillement à
www.dirty-panties-heaven.org


2-Un mois plus tard, encore par hasard (en cherchant Dieu sait quoi cette fois), je trouve ces autres images. Oui, des hosties de hiéroglyphes. (Remarquez ici que je n’ai absolument rien à chier de l’Égypte antique et que mon savoir sur cette civilisation se résume à ce que j’ai vu dans Astérix et Cléopâtre.)

3- Seul un mongolien, un lofteur ou un fan des Têtes à claques ne serait pas frappé par la vague similitude de ces trois images. Je les colle toutes ensemble vite fait. Voilà, le miracle s’est accompli. J’ai entre les mains une œuvre « riche de sens. »

4-C’est maintenant le moment de se torturer les méninges. D’abord trouver un titre chiant, mais pas trop compliqué (on ne voudrait pas passer pour un artiste « hermétique », n’est-ce pas?) Me souvenant vaguement de mes rares cours d’histoire de l’art (tous échoués), j’ai trouvé le titre « savant » ARCHÉOLOGIE DU SIGNIFIÉ # 1 (il faut toujours accoler un numéro au titre de l’oeuvre, ça fait « recherches. ») Si ton expérience concrète avec une œuvre d’art, c’est l’observation blasée d’un poster laminé de Van Gogh accroché dans les toilettes, ce n’est pas grave. Fais deux ou trois recherches sur Google, trie des mots, visite des sites plates d’expositions parrainées par le Conseil des arts et fie-toi à ton instinct.

5-À présent, trouve un sens au chef-d’œuvre, car en plus d’exiger certains services « très particuliers », le galeriste te demandera d’expliquer ta « démarche artistique » et de te situer par rapport à telle ou telle école de pensée. En dix minutes j’ai développé le concept de IKEART (habile jeu de mots), à savoir l’art qu’il faut monter soi-même (fais toujours ton « petit comique », les jeunes galeristes branchés aiment ça et ils t’éviteront peut-être certains touchers désagréables.) Mais IKEART, c’est du « sérieux » en vérité mon ami! Oui, il y a un « concept. » IKEART c’est un projet!
(Yeah! Right! Cut the shit, Zhom!)

6- Non, non, non, je ne vais pas m’étirer pendant quinze paragraphes sur la naissance de la civilisation du signe en Mésopotamie, on s’en sacre et je n'ai même pas de DEC. Mais, ne vivons-nous pas dans un monde où le signe, le symbole, perd de sa signification première à force de surexposition pour n’être plus que son propre signe? (Du blabla dans le genre. Si tu dois t’expliquer de vive voix, hésite souvent entre deux phrases, dis que tu es un artiste instinctif, pas un intellectuel (ce qui est vrai en plus), un « observateur du monde banal qui nous entoure et qu’on ne voit plus à force d’y être plongé » ou whatever. Ou ne dis rien et essaie d’avoir l’air intense, les jeunes galeristes branchés aiment ça et ils t’éviteront peut-être des etc.
Enough of this crap. I’m done…

Labels:

Tuesday, May 29, 2007

LE CALENDRIER DES VIDANGES : JUIN 2007


Zhom est un jeune homme loyal et fidèle de nature, contrairement à ce que laissent entendre de vagues rumeurs colportées par certains journaleux, vautours à la solde de gigantesques conglomérats médiatiques (voir www.glamourshit_asshole_of_the_year/dumb-fuck/zhom.org) Ah! Les affres de la vie de star! Je me doutais bien que j’apprendrais le métier « sur le tas », mais je ne savais pas que j’allais aussi devoir en manger un char... Que m’importent les potins et les ragots. J’appartiens, avec mon blogue, au vaste « domaine public » et j’apprends à faire contre mauvaise fortune bon cœur. Surtout, j’apprends à « fidéliser ma clientèle », c'est-à-dire à lui donner très exactement ce qu’elle vient chercher. Ma clientèle, c’est toi, toi et toi. Comme moi, tu aimes Janine Sutto. Non, ne t’en cache pas, c’est inutile. Tu connais et tu partages mon amour, mon désir et ma passion indéfectibles pour cette femme de qualité doublée d’un monstre de sensualité, mi-ange mi démon. Aussi, pour inaugurer mon tout nouveau CALENDRIER DES VIDANGES, voici la playmate de juin 2007, rien que pour tes yeux.



Friday, May 25, 2007

L'ÉDITORIAL VIBRANT



L’ÉDITORIAL VIBRANT




FLUOR ET FLUORIDE DE SODIUM



Par Claude Grégoire II



« Dans mon exposé qui s’ensuit, je vais essayer d’être circoncis, car mon opinion est moult en ce qui a trait aux évènements qui nous environnent. Je pense que mon texte éditorialiste vaut la même chose que celui d’un « doctorat en université » ou d’une « cravate intellectuelle. »

Irak, viaduc, pédophile, casquette polaire… Tous ces mots résonnent dans mon oreille comme une grosse preuve de la défécation sociale. Il y a des jours où je me demande à quoi sert l’actualité des évènements. En effet, j’étais assis l’autre jour à observer le téléviseur tout en grignotant un sac. Tout à coup, j’aperçois le Télé journal. On m’apprend qu’il est nocif pour la mort d’avaler de la pâte à dentifrice. Mon sang n’a fait qu’un tour dans son sac. Je me suis chuchoté à moi-même : « Si je ne peux plus me brosser les dents sans mourir, à quoi bon avoir l’haleine fraîche? » Je n’ai pas dormi pendant des heures, l’esprit dans un sac, habité par la peur d’avoir inoculé une maladie à mon égard. Tant que la pâte à dents sera venimeuse à cause des produits chimiques, personne ne sera tranquille chez eux la nuit ou n’importe quand. Plus aucun individu n’aura le droit de citer en ce qui a trait aux caries dentales et à l’avenir de ceux qui mastiquent des ingrédients, comme vous, moi ou un enfant de 6 ans (exemple : Sébastien Demers, 6 ans.) Pourquoi tout cela? À cause du fluor et du fluoride de sodium. Parce que le Québec ne met pas de culottes. Parce que personne ne veut mettre les poings sur les « i » du mot « valeur morale. » L’Irak, le viaduc, le pédophile et maintenant la pâte à dents. Bientôt il sera impossible de se faire mijoter une toast par crainte de pain blanc fluorescent. Cessons de nous enfouir la tête dans le sac comme l’autruche. Un citoyen doit prendre la parole et c’est moi, à mon effigie, qui fera orifice de porte-flambeau. Assez c’est en masse, comme dirait quelqu’un. »


-Claude Grégoire II, président de l’Association des Payeurs de Taxes Qui ont Peur de la Pâte à Dents

L’APTQPPD est un organisme sans but lucratif ou autre

Labels:

Tuesday, May 22, 2007

INTERMÈDE # 9068756978

That's all there is to it

Labels:

Friday, May 18, 2007

INTERMÈDE # 5


Il y a de l’écho ici. Vous êtes tous partis. Je vais en profiter pour jouer tout seul comme quand j’étais petit. Voici donc, pour mon propre plaisir, une autre aventure de Pirouli (Merci, Zhom. De rien, Zhom.)

Labels:

Monday, May 14, 2007

INTERMÈDE # 4 (oui, encore.)

Le peuple, la plèbe, enfin le vaste public, et même certains chroniqueurs mondains habituellement dédaigneux, embrassent les Têtes à claques. Cet engouement général et spontané échappe à l’analyse et défie la critique. Je veux devenir célèbre demain. Aussi ai-je décidé, au risque d’être pourchassé par des meutes d’avocats pour « viol du droit d’auteur », de voler et reprendre pour moi le nom et la formule des Têtes à claques. Voici le « démo » de mon projet. Après, je vais passer à autre chose parce que je m’en calice.

Labels:

Friday, May 11, 2007

INTERMÈDE # 3

Une dernière petite bande dessinée pédagogique, après j’arrête.
Cette fois, Pirouli entre en contact avec le milieu médiatique montréalais par l’entremise d’un commentateur réputé.
L’oiseau s’est envolé et l’idylle n’aura qu’un temps…
Restez au poste. Bientôt je vais me lancer dans l’écriture de livres de cuisine. Je pourrai partager mes recettes de gastronomie géologique à base de strates calcaires, de roc friable, de plaques minérales et de sponge glaireux.
Denise en raffole...

Labels:

Wednesday, May 09, 2007

INTERMÈDE # 2

Avis de refus de l’éditeur :
« Zhom…
Votre travail ne correspond ni à nos attentes ni à nos besoins. Nous produisons et publions une littérature destinée aux enfants de la tranche des 4 à 8 ans. Vos illustrations et vos textes s’adressent davantage à un lectorat adolescent, voire adulte, c'est-à-dire apte à saisir les nuances de l’absurde et du second degré. Pourquoi ne pas vous inscrire à l’École de l’humour? Vous y apprendriez l’art de la « chute » et le sens du punch. Avec un peu d’effort, peut-être ferez-vous bonne impression auprès des concepteurs d’émissions humoristiques dites « marginales. » Nous vous souhaitons une bonne continuation. Nous savons qui se cache derrière ce mystérieux Zhom et nous apprécions vos chroniques agricoles dans « L’écho de Roberval », mais vos bandes dessinées relèvent de l’humour underground et ne conviennent pas à nos demandes. Nous recherchons des auteurs capables de rejoindre les 4-8 ans pour leur offrir un contenu pédagogique, moral et spirituel illustré par une imagerie fantaisiste.»

Fuck! Et dire je me suis donné la peine d’ajouter un calice d’oiseau pour faire « spirituel » et « fantaisiste. » Les éditeurs ne savent pas ce qu’ils veulent. Come on! Ma bande dessinée est une grande leçon d’espoir et d’espérance! Denise s’est faite crisser des coups de hache, Pirouli vit avec le deuil, un hostie d’oiseau arrive pour représenter l’acceptation de la mort and all that shit. Tout est là, tabarnak! Je suis un éternel incompris.

Labels:

Monday, May 07, 2007

INTERMÈDE

Depuis que nous avons emménagé, moi et Lady, dans cet immense loft de deux étages, j’ai des illusions de grandeur. J’en ai assez de mon métier, qui consiste essentiellement à écrire n’importe quoi pour n’importe qui. Je vais devenir auteur de livres pour enfants. La littérature jeunesse est un gigantesque marché toujours en expansion, c’est aussi le refuge idéal des écrivains ratés ou intellectuellement sous-équipés. Je serai donc bientôt riche et idiot, et cela me convient parfaitement (être pauvre et idiot, je connais, ça ne mène pas loin.)
J’ai proposé cette petite bande dessinée pédagogique (voir ci-dessus) aux éditeurs de Caillou. Je n’ai toujours pas reçu d’avis de réception mais, si tout se passe bien, je suis convaincu que le personnage de Pirouli sera sous peu le héros des bambins. Je n’ai pas d’enfants, pour la simple et bonne raison que les enfants puent, mais je crois être apte à comprendre les mystérieux mécanismes de leur psychologie.
Dans cette bande dessinée, Pirouli incarne l’innocence et la joie naturelle d’exister. De forme cubique, le personnage de Denise représente évidemment la puissance corruptrice de l’état totalitaire dont il faut se débarrasser par la force de la haine, le pouvoir des armes, l’insurrection, le meurtre, la guerre. N’est-ce pas extraordinaire?

Labels: