Thursday, June 14, 2012

ÉDUCATION AU CHOIX DE CARRIÈRE



Afin de faire taire une fois pour toutes ces insensés qui s'imaginent que Le Jour des vidanges est un défouloir ou un lieu de perdition libertaire, Zhom inaugure ici un nouveau volet pédagogique axé sur l'opportunité d'emploi. Tant de nobles métiers, manuels, sont sous-estimés en cette société du succès facile et de la réussite sans effort.

ÉDUCATION AU CHOIX DE CARRIÈRE
# 1 : LA TUYAUTERIE
Par Jean-Michel Simpson, tuyauteur autochtone

    "Hep! Je suis Jean-Michel Simpson, autochtone en tuyauterie. Laisse-moi te « passer un bon tuyau » à propos de mon métier. J'ai souvent effectué ce gag de plaisanterie, « passer un bon tuyau », en parlant de mon métier de tuyauteur. C'est un gag tordant de rire. Ma tante Linda a failli mourir en riant étouffée dans sa bave, sa morve et ses larmes lorsqu'elle a entendu ce gag s'éjecter de ma bouche. Elle a dû se retirer aux toilettes pour vomir en abondance jusqu'à ne plus régurgiter avec misère que de la bile maculée de sang. Son corps était emparé par le spasme épouvantable. Ses yeux étaient retournés vers l'intérieur, comme un pantin disloqué de la mort. Ma tante Linda ressemblait à un « zombie » possédé par le « Devil », comme on peut en voir à l'occasion de films effrayants sur le câble. Mon métier de tuyauteur consiste donc essentiellement à poser, réparer ou déboucher des tuyaux. Vous ne savez jamais ce que je peux trouver dans un tuyau pourri-dégueulasse datant de l'ère industrielle des années 84. Des excréments semi-liquides, graisseux et moisis où grouillent des grappes de vers blancs en transe. Souvent, en décrottant des tuyaux, je vomis mon repas (des croquettes Winster's) jusqu'à la bile sanglante en rotant ma détresse autochtone de tuyauteur tel un « zombie » venu du câble. J'ai souvent trouvé des serviettes sanitaires remplies de vieux sang pourri de femme-sale et des mouchoirs jetables beurrés d'excréments graisseux ou de sperme contaminé avec des vers blancs dessus qui grouillent dans la transe du festin fétide comme sur le câble. Dans ce cas, je vomis allègrement la nourriture (des croquettes Winster's), la bile et le sang à en pleurer. Comme quoi la tuyauterie c'est quelque chose qui se passe en crisse! Joins-toi à l'aventure en n'hésitant pas une seconde ou moult." 



Saturday, June 09, 2012

L'ANARCHISME EXPLIQUÉ AUX TRANCHES D'ÂGE



"L'ANARCHISME EXPLIQUÉ AUX TRANCHES D'ÂGE"
PAR BRICOU LE HIBOU POUR ENFANTS
(Document produit par Sweig DeCroot, habillé en brun, département de sociologie à l'UQÀM.)

Une frange minoritaire mais très active des étudiants parmi les plus indociles qui sévissent en ces temps dans les rues de Montréal se revendique de l'anarchisme. « Qu'est-ce à dire? Et où peut mener l'anarchie? », te demandes-tu. Nous avons interrogé à ce sujet ton ami Bricou, le hibou pour enfants.

"Cher Bricou. Au Québec, à l’heure où l'on cultive l'individualisme, où la propension à servir les intérêts, les particularités et les désirs individuels est en constante augmentation, où les grandes institutions collectives ont perdu de leur sens et où les masses égarées, sans véritables chefs, errent à tâtons causant le tumulte général… quel résultat pourrait donner un régime anarchiste?

-L'anarchisme est un état d'esprit. Hou hou. Celui d'un individu qui se permet de critiquer l'ordre établi juste pour se rendre intéressant parce qu'il s'emmerde. Hou hou. Grosso-modo, n'importe quel trou de cul sorti de nulle part se sent libre d'écoeurer les chiens sales du pouvoir. Après, il est content et fier de son coup. C'est chouette. Hou hou. Chouette, ah ah ah. Ris donc, crapule!

-Ah ah. Mais enfin, notre société est-elle un système pouvant suffisamment s’auto-réguler pour que nous y trouvions tous notre intérêt ou, au contraire, risquerions-nous de plonger dans le chaos d’une société brisée en millions de morceaux et où la majorité en pâtirait ?

-Hou hou. Ce ne serait pas tellement grave. Si j'avais les moyens de détruire ce cosmos immédiatement, je n'hésiterais pas une seconde. 

-Bricou, ne seriez-vous pas plutôt un nihiliste?

-Hou hou. Non, mon mongol. Je suis un hibou pour enfants."

Thursday, June 07, 2012

LE MÉTIER DE POLICIER



LE MÉTIER DE POLICIER EN 10 POINTS

Par le Commandant Jean-Claude Bryce de la SPVM

Voici, en temps de crise, un document pédagogique édifiant, proposé par la SPVM dans le but de briser quelques clichés et rappeler certains principes fondamentaux à propos du corps policier.


1-Le policier ne créé pas les lois, il les applique.

2-Le policier n'utilise la force qu'en vue de protéger le citoyen, se protéger lui-même ou protéger l'environnement immédiat (les lieux publics, les commerces etc.)

3-Le policier n'exerce pas le « profilage racial », cela relève d'une croyance populaire véhiculée par les médias et les groupes de pression. Il y a eu des dérives, mais l'erreur est humaine.

4-Ce n'est pas parce que mon père m'a violé quand j'étais petit que je suis devenu policier. Plusieurs raisons, outre l'inceste, poussent un jeune homme ou une jeune femme vers les études en techniques policières. Beaucoup de mes collègues n'ont jamais connu le viol incestueux, Ruiz et André par exemple. André m'a confié avoir eu une enfance heureuse. « On allait souvent au lac Saint-Jean chez ma grand-mère qui faisait des confitures, les meilleures de l'univers », m'a-t-il dit un soir de pluie et de brandy. Quant à Ruiz, il est une boule de joie de vivre et de fantaisie, malgré des années difficiles dans son Chili natal où il a passé les 10 premières années de sa vie. Il est un feu-roulant de gags. Vous devriez le voir, mais c'est impossible.

5-Un bon policier est habilité à la conversation, doit être doué d'une bonne écoute et d'un sens aigu de la communication.

6- André a l'air d'un « crisse de gros mongol » mais son âme est pure. Et il possède ce qu'on appelle l'intelligence du cœur, Pendant les longues années de ma psychanalyse, il était mon « autre » confident. Sans lui, j'étais perdu. Grâce à lui et mon analyste, j'ai découvert que mon désir d'appliquer la loi et d'en faire ma vie n'avait rien à voir avec l'inceste que j'ai subi, ce n'est pas un désir de vengeance qui m'a mené vers ce métier, mais au contraire un besoin de paix intérieure, lié au doux et lointain souvenir de ma tendre mère, morte prématurément d'auto-combustion spontanée (j'avais 4 ans.)

7- L'intégration de femmes au corps policier ne s'est pas faite en un jour, mais en 2012 les policières sont considérées avec un respect naturel par leurs confrères. Il n'est pas rare de voir des policiers de sexes opposés faire tandem sans qu'il n'y ait aucune tension.

8- Le policier de rue n'utilise pratiquement jamais son arme à feu, et ne dégainera qu'en cas d'extrême nécessité. Il y a certes eu des accidents déplorables, mais ils sont les exceptions qui confirment la règle

9- Savez-vous ce que m'a donné Ruiz pour mon 50e anniversaire? Des pilules de Viagra! Venant d'un autre, je lui aurait pété la gueule en sang. Mais je connais Ruiz depuis bientôt 8 ans. Au début, il m'agaçait avec sa manie de faire des pets en plaçant une main sous l'aisselle. Mais j'ai compris que Ruiz se sortait de ses angoisses par l'humour absurde. Ses leçons ont été d'un grand secours lors de mon deuxième divorce en 2007. Je buvais trop.

10- Le rôle du policier n'est pas que « d'arrêter des bandits », le policier participe aussi activement à la vie communautaire, en offrant réconfort à des tapettes droguées ou en dirigeant des vieilles putes vers un refuge adéquat. 

Friday, June 01, 2012

LE MONDE DE LA VIE #2



MANGE DONC « CELA. »
Par Vigor Frontenac, homme de nature

(Ci-dessus, un document photographique lequel présente, à gauche, Vigor Frontenac, et à droite le neveu de son beau-frère, qui se fait appeler par un « nom. » )


"Salut! En tant qu'homme de nature, je voudrais te parler de l'analyse pollinique de sédiments des Pyrénées orientales, mais cela ne t'intéresse pas car tu es un mécréant et un débile-mental. Tu écoutes de la « rock-musique » et tu regardes des vidéos de débile-mental pornographiques interlopes. Pendant ce temps, des sédiments s'entassent lentement au fond des mers et des lacs partout sur la planète Terre. Cela te laisse coi. Tu lis le journal en mangeant des gourmandises car tu es un mécréant. Tu grattes ton intérieur et tu renifles tes doigts après, sans raison valable, pendant que des sédiments se déposent au fond des eaux partout sur la planète Terre. Et tu n'as honte aucunement même pas! Dois-je vraiment te considérer comme ma sœur de la sienne? Bye!"