VOLET PÉDAGOGUE numéro 36893



¨À l’âge du WEB INTERNET et de l’hyperespace, la vie n’est plus pareille à l’autre d’avant : Les choix se divertissent en plusieurs states, comme par exemple être un homme ou une femme ne compte pas, et les ¨réseaux sociaux¨ sont rendus un véhicule de haine. Le harcèlement sexuel en fait partie également. Pourquoi souffrir? La question se pose avec amblée. Ainsi, nos ateliers sur la CULTURE DU VIOL portent ce fruit aux jeunes de la génération ¨Je m’en calice¨. Grâce à nos ateliers, nous verrons qu’il y a une différence entre une ¨poignée de main amicale¨, un ¨doux baiser à la brunante¨ et une fellation forcée ou une sodomie collective. Les signes de la culture du viol sont nombreux. Même une plaisanterie peut l’être! Par exemple lorsqu’un garçon érectile arrive pour dire à une fille : ¨Eh! Toi! Tu es une catin! Suce mon cap!¨ Cela constitue une violence qu’il ne faut pas rire, surtout si durant la soirée le garçon invite aussi la bière, le fentanyl et le pistolet.¨

CE DUO TANG EXPLICATIF VIENT AVEC UN BERLINGOT SANS LACTOSE ET UNE CLÉ USB CONTENANT DES SITUATIONS DE CRUAUTÉ.

-L’équipe

Comments

Zer said…
Zer.
je me sens de plus en plus blasé devant tes explications du monde tactile...

aurais-je été rejeté par LUI ?

je viens d'achever cet animal.
maintenant, il s'agirait plutÖ de poursuivre son âme encore volatile,
avant qu'elle n'atteigne de son aura magnétique l'humeur encore docile d'un nouveau-né potentiel.

qu'en dis-tu ?


je vais te mutiler l'anu(mental)
avec mon gros sceptru(pétale)
et quand tu t'assiras derrière (nodal)
ça te fera des fougères (subliminimales)
Annabelle avait acheté un haricot. Un haricot vert jaune. Elle l'avait tout dessuite remarqué sur l'étalage, parce qu'il était bien plus long et bien plus gros que les autres. Si bien qu'en le voyant, la première fois, elle l'avait pris pour un petit concombre. Puis elle avait détournés les yeux, et était repartie en courant vers le distribanque, afin de se procurer des sous. Haletante, elle revint chez le marchand de légume-S-, les sous en poche, et revint vers l'étalage, ou se trouvait toujours le gros haricot vert jaune. Elle le saisit, puis se dirigea vers la caisse, ou il y avait une petite queue de gens. Haletante, elle fouilla dans sa poche afin d'en retirer des sous, sous forme de billets bancaires. Elle suait un peu, mais n'avait pas trop honte. Puis vint son tour, et le marchand fit la grimace lorsqu'elle lui tendit son billet bancaire de 10 unités, car il allait devoir lui rendre de la monnaie, énormément de monnaie, même, étant donné que son achat était resté réduit en l'état du gros haricot vert jaune, qui malgré sa taille, ne faisait pas le poids.

En sortant du magasin, elle mangea le haricot tout cru, sans attendre. Comme s'il s'était agit d'un choufleur de Bretagne, ou de la tête d'un brocoli en branche.

Commentaire imaginaire :

- Tu devrais essayer de te faire publier. Car c'est très haletant de te lire. Ça fait penser à un rapport sexuel rouge.

FIN.
me"rci

(disparaitra, renaitra))))
Il avait rencontrée Annabelle dans un restaurant chinois. C'était juste avant la guerre, et qu'elle se fasse amputer des seins. Ils vécurent 7 jours de bonheur dans un petit hôtel de banlieue Pharisienne, un hôtel cheap à 3 unités la nuit, et qui faisait petit déjeuner à volonté, et douche gratuite. Mais par contre, il n'y avait pas de baignoire, ce qui les fit bien rire, sur le coup.
Puis la guerre éclata, et les caïmans géants envahirent le ville, et déversèrent leurs écailles et leurs œufs jusque dans les entrailles souterraines permettant l'évacuation des déchets organiques. Tout se passa bien pour Jean et Annabelle, jusqu'au jour ou un caïman fit irruption dans leur intimité. Annabelle était en train de jouer avec le pipi de Jean dans la mini salle-de-bain, alors que Jean, lui, lisait le manuel du « comment jouer à Tétris et gagner à chaque fois », le célèbre livre du docteur Laroche-Pounette, allongé sur le dos sur le lit en 240 de l'hôtel. Le caïman sorti un fusil hypodermique de sa barbe de capitaine caverne portable, et tira sur Jean qui s'endormit, puis se dirigea vers la mini salle-de-bain. Ce qu'il fit la dedans, je ne le dirai pas. Car c'est trop triste. Mais par contre, Annabelle, elle, se retrouva le lendemain, bel et bien avec une sorte de maladie des tétons, qui semblaient avoir étés mordillés par des trucs rouillés, ou pas trop propres, selon ce que l'expertise des docteurs en médecine en déclara plus tard.

Sur le trajet du retour de la salle d'opération (alors que la guerre qui avait duré 1 seule nuit était maintenant bel et bien terminée), Annabelle déclara se sentir vachement plus légère sans ses nénés. Mais cependant, Jean, lui, qui de son côté, n'en pensait pas moins, était déjà en train d'entamer une procédure de divorce, dans sa tête. Ce qui était à la fois maladroit et ridicule de sa part, étant donné qu'ils n'étaient même pas mariés.

FIN COUINANTE.
tiens, puis tant que j'y pense :

https://www.youtube.com/watch?v=1zWlnzFXcKY

pour MA MAON, vu que c'est son titre préféré.

Bichoux.

Popular posts from this blog

LE TÉMOIGNAGE VIBRANT 87978.8

PAS GRAVE (TON MAGAZINE RELATIVISTE)

FILMS DE VHS EN XXX