Sunday, September 20, 2009

UN PEU D'ART

L’ÉCORCE DU BULBE
Par Michel et Jean-Michel Saraute avec un R.


« Tout mot n’est que l’écorce d’un bulbe.
-Quoi?
-J’ai dit : Tout mot n’est que l’écorce d’un bulbe.
-Comment ça?
-Le bulbe du langage. Tout mot n’est que l’écorce de ce bulbe.
-Pourquoi tu me dis ça?
-Le mot, chaque mot, tout mot n’est qu’une pelure sur l’immense bulbe du langage.
-Ok, ok! Mais pourquoi tu me dis ça?
-Ne sens-tu pas neiger les mots en ton esprit tels des flocons flottés au gré de tes pensées?
-Pas vraiment, non. Je regarde les nouvelles.
-Nos âmes croulent sous ces débordements d’écorces et de pelures.
-Et les flocons?
-Oui, les flocons. Les mots, tout mot, est un flocon.
-Tu me donnes envie de manger des chips.
-Les mots, tout mot n’est que poussière retombante.
-Reviens-en
-Les mots, tout mot n’est que cendre issue de ce bulbe calciné.
-Tu me donnes envie de manger de la pizza.
-Pff! Maudit que t’es plate! »

Note : Ce court dialogue sera présenté dans le cadre du festival « Le cadre du festival » à l’Usine C, et mettra en vedette James Hyndman, Lothaire Bluteau et des pigeons de la rue Panet. Mise en scène de Brigitte Hostikséduraékrire

Labels:

Thursday, September 17, 2009

POUR EN FINIR

(Sans commentaire)

Friday, September 11, 2009

LE SENS DE L'HUMOUR

LE SENS DE L’HUMOUR


Dans les sondages il est démontré, avec statistiques, que les femmes s’attachent spontanément aux hommes qui ont le sens de l’humour. Ce n’est pas vrai, j’ai vérifié. Les femmes aiment l’humour à doses homéopathiques, un gag ici et là, au bon moment. Tous les hommes comiques le savent : au bout d’un temps, amies et concubines nous rappellent à l’ordre : « Arrête de niaiser », « Fais-moi pas honte », « Tu ne prends jamais rien au sérieux. » Alors il nous faut porter le masque de la gravité et le ton de la tragédie.

J’en ai plein le cul de me fendre en quatre pour faire rire. Alors voici MON POST LE PLUS PLATE DE TOUS LES TEMPS. Avec la magnifique photographie de membres du Parti Libéral allemand.


Sunday, September 06, 2009

RUBRIQUE FONDS DE POCHES # 1

LA RUBRIQUE « FONDS DE POCHES »



CI-DESSUS, EN BONUS : UNE FILLETTE POSANT AUX CÔTÉS D’UNE ÉTUVEUSE DÉMONTABLE


LISTE NON-EXHAUSTIVE DES CHOSES TROUVÉES HIER DANS LES POCHES DE MA VIEILLE PAIRE DE JEANS BLEUS

-Un kleenex froissé et encroûté
-Un billet de 5 dollars froissé et encroûté
-300 factures de la SAQ
-5000 factures du dépanneur « Wang Livraison »
-Ces étranges petites mousses grises
-Une page pliée des écrits apocryphes
-La partition pliée d’une oeuvre inédite de Gustav Mahler
-Mon âme et une frite sauce (1989)
-Jacques L’Heureux
-Une autre paire de jeans bleus (1984)
-Une tuque péruvienne
-Un porte-clés Jean-Paul II
-Un restant de Gratin dauphinois
-Un autre Jacques L’Heureux
-Mon bulletin de 3e année
-Mon walkman « sport » jaune (1991)
-L’enfant que je n’ai pas eu
-Des copeaux, des pelures, des écosses
-Le rêve souverainiste
-Un corridor secret menant aux vestiges de l’Atlantide
-Un petit nid de Jacques L’Heureux
-Une poignée de cumin
-Le Graal sacré
-Un druide et une soupape (évidemment)
-Une femme que j’aimais tendrement
-Des speakers Sony SRS-A21
-Un café, un stylo et un cahier Canada
-Toi, ou toi
-Un congrès des agriculteurs
-Des infrastructures
-Un sac de Jacques L’Heureux secs
-Lui ou un autre
-Des usufruits sauvages
-Quelques raisons d’être
-Le Contraire



Labels:

Thursday, September 03, 2009

YES WE CAN

Oui, La Presse, cette grosse main qui me nourrit, est menacée de fermeture par des bonzes gris qui n’entendent rien à l’art et à la fantaisie. Je ne suis qu’un pigeon et je n’ai aucune protection. Advienne que pourra, un jour à la fois. Mais par solidarité envers mes collègues, que je ne vois pas souvent mais que j’aime et admire sincèrement, voici un projet de rechange si le journal s’effondre. TRIMER DES POODLES. Un hebdomadaire essentiellement consacré, comme son titre l’indique, au TRIMAGE DE POODLES (c’est clair, calice!) Je me chargerai de la mise en page et du concept graphique, à nos risques et périls.

TRIMER DES POODLES, C’EST PLUS QU’UNE OCCUPATION.
C’EST UNE MODALITÉ D’EXISTENCE!


Labels: