Tuesday, December 29, 2009

LE BONNE ANNÉE ET HEUREUSE


LE BONNE ANNÉE ET HEUREUSE

Par ton Benjamin Rubens


"Eh oui! L'an 2010 se parcourt déjà par devers le calendrier des dates. En effet, depuis presque demain, nul humain ne pourra dire “hier” ou même “aujourd'hui” sans se faire répondre derechef. L'an 2009 en fut toute une, avec son colisée d'évènements, tous plus arrivés les uns que les autres. Mais la page est défénitivement retournée et un nouveau chapitre s'encoule. Quand on pense que l'humain entamme une décennie, on réalise que cela fait dix ans. Des souvenirs frétillent comme des abeilles dans la ruche de ma mémoire. Je vois derechef le sourire d'un enfant né, ainsi que la destruction massive. Douleur et espoir, tels sont deux mots qu'il faut user. Deux mots que même le dictionnaire n'arriverait pas à mettre dans un seul synonyme. Et pourtant ce sont douleur et espoir qui viennent dans ma tête quand on m'urge d'expliquer les dix ans qui nous séparent d'avant. J'ajouterais également d'autres mots, comme Quérir le destin. Il est obligé qu'un humain doit quérir le destin sinon il est digne d'un chien sale. Je vous invite donc à faire la même chose que la photo ci-dehaut. Un humain (moi) en train de quérir le destin derechef. Sans hésitation et souhaitez-vous d'être là pour le destin, la douleur, l'espoir, le sourire d'un enfant, la destruction massive et tant d'autres mots qui s'imbriquent dans un texte."
-Benjamin Rubens

Monday, December 21, 2009

GASTRONOMIE CUBAINE (publicité)


CHEZ "CE PÉDRO"
RESTAURANT NOURRISSANT


Depuis les premières années de la révolution cubaine, Pédro père et fils offrent aux camarades une nourriture tout simplement mastiquable. À faible teneur en goût, approuvée par l’État et conçue pour reposer les papilles gustatives du prolétariat, les mets servis par Pédro se mâchent aisément, sans qu'on y pense, ce qui facilite à la fois la détente intellectuelle et le passage du bol alimentaire à travers le tube digestif jusqu'à la déjection. Un régal pour l’esprit, l’oesophage et le gros colon! Les legumes sont cueillis à la main par des gens comme Juan Valdès dans les conteneurs d’aliments en cannes abandonnés au port de La Havanne par l’Armée Soviétique en 1983. Les viandes sont constituées de substrats bovins modifiés, d’amidon stérilisé et de vieux crabes tristes (on appelle cette substance la Materia Insolita.) Le tout frit dans une solution huileuse et salée (le Zumo de tocino, ou jus de gras de jambon.) Au dessert, Pédro offre une pâtisserie nationale, le fameux Azucar en terrones, plus connue en Occident sous le nom de « morceau de sucre . » Notez qu’à chaque bouchée d’un mets à base de Materia Insolita vous receverez gratuitement une tasse de gros rhum brun. Chose étonnante, on n’a jamais vu personne sortir saoul du restaurant "Chez ce Pédro."

Labels:

Sunday, December 06, 2009

LA PHOTO DE L'AN 2009


ROLAND SE DEMANDE S'IL RESTE DES PINOTTES DANS LE PETIT SACHET ROUGE


(Zhom prend congé. De retour bientôt.)

Labels: