Friday, September 28, 2007

Les prédateurs sexuels sur Internet # 3

Voici le dernier document de notre immense dossier sur la prédation sexuelle. Cette conversation, toujours prise sur le vif, défie l’entendement, d’autant plus qu’elle implique les forces de l’ordre. Ce court dialogue a été capté par l’équipe du Jour des vidanges sur un site de pipes à hasch offert aux 6-12 ans. Traumatisant.




Monsieur : Salut! T’es un G ou une F?

GRC : La Gendarmerie Royale du Canada vous a annexé à ses listes noires. Vos comportements délinquants sur Internet suscitent la suspicion de nos agents spécialisés depuis quelques temps. Nous ne sommes pas encore disposés à prendre des mesures concrètes mais sachez que vous êtes sous haute surveillance. Merci de votre coopération.

Monsieur : T’as quel âge?

(Long silence)

GRC : La Gendarmerie Royale du Canada n’est pas autorisée à divulguer ce genre d’information ni à poursuivre ici une conversation intime. Nous voulions seulement vous aviser que, par vos agissements sur l’Internet, vous courez de grands risques. Nous connaissons votre nom, votre adresse et votre emploi du temps. Merci de votre coopération.

Monsieur : As-tu déjà essayé avec un gars?

(Long silence)

GRC : La Gendarmerie Royale du Canada ne peut fournir d’information à ce sujet. Le mandat de la Gendarmerie Royale du Canada est de filtrer les visiteurs indésirables sur les sites destinés aux moins de 14 ans. Nous le répétons, vous êtes fichés dans nos dossiers. Merci de votre coopération.

Monsieur : Je suis sûr que t’aimerais ça avec moi.

(Long silence)

Monsieur : J’irais doucement au début.

(Long silence)

GRC : Après mûres réflexions, la Gendarmerie Royale du Canada accepte votre chaleureuse invitation. Mais vous devrez faire preuve de tact et de délicatesse. Soyez avisés que certaines pratiques sont proscrites. Et vous devrez nous laisser quitter votre domicile avant minuit, car maman va s’inquiéter. Merci de votre coopération.


FIN



Labels:

Wednesday, September 26, 2007

Les prédateurs sexuels sur Internet (suite)

Sans le savoir, avec ses textes fantaisistes sur la gérontophilie, cette si aimable Archet m’a mis sur une piste. Toujours imitant les glorieux enquêteurs du Journal de Montréal, et toujours en vue de traquer un autre de ces odieux prédateurs sexuels qui profitent de l’Internet pour traquer leurs proies, j’ai convoqué l’équipe du Jour des Vidanges dans mon bureau. Je leur ai dit : « Les gars! Sachez que les maniaques ne sont pas tous nécessairement attirés par les enfants. Multiples sont les perversions. Allons fouiller ailleurs, sur les sites de conversation destinés aux personnes âgées, précisément, voir s’il ne s’y trouve pas des gens louches. » Nous avons visité plusieurs sites, dont « Vivre en mourant », « Cancer et intimité » et « Jouir tranquillement un peu.» Finalement, nos recherches nous ont mené au même calice de site poche sur la plasticine pour mongols où nous avons capté cette étonnante et déroutante conversation entre un hostie de cave d’une vingtaine d’années et une vieille peau finie. Voici ladite conversation :



Monsieur : Salut!

Femme : Bonsoir

Monsieur : Je m’appelle Serge, et toi?

Femme : Non, pas moi

(Long silence)

Monsieur : Quel âge as-tu?

Femme : J’ai 102 ans.

Monsieur : LOL. Suces-tu?

Femme : Bien sûr. J’adore les pastilles aux baies de genièvre. Mon défunt mari, Oreste, grand voyageur d’affaire, m’en rapportait toujours lors de ses périples dans le nord de l’Europe. J’oublie la marque de commerce de cet excellent bonbon. Mon vieil Oreste a connu les deux grandes guerres. Il est mort du cœur en 1978. Le scotch et les cigares l’ont emporté. Mais c’était un homme généreux.

(Long silence)

Monsieur : Aimes-tu ça te faire mettre dans le cul?

Femme : Hi! Hi! Comment savez-vous que je suis régulièrement intubée? Le docteur, un brave jeune homme (je crois qu’il est d’origine marocaine) m’a affirmé que, sous peu, je pourrai ingurgiter et « éliminer » les aliments normalement. Je suis dans une position des plus inconfortables, mais j’ai confiance en l’avenir. Enfin, pour ce qu’il en reste. Voyez, j’arrive encore à écrire.

(Long silence)

Monsieur : Ok… Aimes-tu le sexe?

Femme : Ah! Je vois où vous voulez en venir, jeune freluquet. Je peux vous référer à mon arrière petite-fille, elle est comme vous en mal de chaleur humaine.

Monsieur : Ton arrière petite-fille? Cool! Elle est encore vierge?

Femme : Elle a 37 ans monsieur. Elle suce. Et elle aime ça se faire mettre dans le cul.

(Long silence)

Femme : Bonsoir Serge, je dois vous quitter pour faire mes ablutions.

FIN


Labels:

Friday, September 21, 2007

LES PRÉDATEURS SEXUELS SUR INTERNET (immense enquête)


Suivant l’exemple des fougueux reporters du Journal de Montréal, l’équipe du Jour des vidanges (à savoir moi et mon ami dans ma tête) a cherché à traquer quelques-uns de ces odieux prédateurs sexuels qui sévissent sur Internet et qui inventent mille astuces pour s’attirer la confiance de jeunes filles mineures. En collaboration avec la SQ, nous avons coincé un pédophile à l’œuvre, alors qu’il placotait tranquillement avec une fillette de 10 ans sur un site de pâte à modeler destiné aux enfants en difficulté motrice. Voici la courte conversation dans son entièreté. Cela dépasse l’imagination la plus perverse, avis aux âmes sensibles :



Monsieur : Bonjour. Quel âge as-tu?

Fillette : 10 ans

Monsieur : Pourquoi?

Fillette : (long silence)

Monsieur : Aimes-tu Bruckner?

Fillette : Cé quoi?

Monsieur : Je ne parle pas de l’essayiste parisien qui torche des insanités comme « Le sanglot de l’homme blanc. » Je parle du compositeur Anton Bruckner.

Fillette : Je sait pas

Monsieur : Où habites-tu?

Fillette : Montreal nord

Monsieur : C’est très laid chez vous.

Fillette : Pa fin!!!!!!!!!!!!

Monsieur : C’est laid et ça pue. Je suis sûr que tu pues. Ta mère est pauvre.

Fillette : (long silence)

Monsieur : Je blaguais.

Fillette : LOL

Monsieur : Sincèrement, aimes-tu Bruckner?

Fillette : (long silence)



FIN

Labels:

Tuesday, September 18, 2007

THÉÂTRE D'ÉTÉ DE L' AUTOMNE


Oui, amis des arts dramatiques et rocambolesques, le Festival d’été du théâtre d’été se poursuit cet automne jusqu’à ce qu’il soit fini vers la fin du mois d’automne ou avant le début de l’an prochain. Pour terminer cette saison d’été qui a porté fiers, nous sommes fruits de vous inviter à la pièce de théâtre d’été d’automne désopilante de drôlerie : Arrive avec ta tuque à un moment donné. Cette pièce de théâtre entièrement montée bénéficie de l’occasion de proposer une prestation primitive de l’acteur GABRIEL ARCAND, un acteur.

Cet été fut un succès non déclaré et plus d’une personne ont témoigné la joie d’assister le théâtre en jouissant. Notre équipe est satisfaite de cet état de fait.

GABRIEL ARCAND offrira donc son gros talent pour jouer le rôle d’un chauve sérieux qui se regarde à l’intérieur d’un miroir tout en psalmodiant du Shakespeare en hurlant tel un furieux intense de la soif de meurtre ou suicide.

L’histoire raconte l’histoire d’un groupe de personnes individuelles qui se retrouvent enfermées dehors. C’est une référence à Jean Sartre, le célèbre français existentiel auteur de Huit clos. Puis, GABRIEL ARCAND arrive, tel quel, dans son rôle de chauve sérieux pour se regarder le miroir tout en disant « Être ou telle est la question. » La pièce de théâtre se termine généralement cet automne ou vers l’an 2008.

Labels:

Sunday, September 16, 2007

Ça sert à quoi?


Sans doute en quête d’amitiés nouvelles ou retrouvées, ma Lady s’est ajoutée à cet inépuisable « catalogue de faces » qui fait tant fureur, et elle m’invite à suivre son exemple. J’hésite. Je suis à la fois attiré et rebuté par la nouveauté, et je déteste embrasser la mode avec tout le monde. Ça fait pute cheap. Ça fait gang bang.

Le monde n’est-il pas déjà, hors Internet, complètement saturé de « présences »? Ne passe-t-on pas nos journées entières à croiser des airs bêtes, des yeux morts et des sourires feints? N’êtes-vous pas repus de visages? Si j’ai bien compris, ce « catalogue de faces » répond à un navrant power trip général où chacun mesure son niveau de popularité en collectionnant des « amis. » C’est comme à la cour d’école : Les filles aiment mieux Francis, les gars bandent sur Karine, tout le monde se calice de Karel. Et il y a le petit roux à lunettes qui complote quelque mystérieux méfait dans son coin...

Je crois, ma belle Lady, que je vais y rester encore un peu, dans mon coin, avant d’aller probablement vous rejoindre et participer à cette vaste, obscène et gluante manifestation de « chaleur humaine. »

Et vous, mes rares mongols adorés, vous en pensez quoi de ce bottin de figures? WHAT THE FUCK IS FACEBOOK ANYWAY?

Friday, September 14, 2007

Plus plate que ça...


…Finalement, ce si brave Fabio a trouvé l’âme sœur, ou plutôt l’âme frère, en Rachid. Ensemble ils ont fait l’acquisition d’un condominium sur la rue Logan et ont adopté, juste pour avoir l’air « ouvert » et « moderne. » trois hosties de points mauves, Guylain, Vladimir et Alphonse. Le couple ira bientôt sur les plateaux de Tout le monde en parle pour évoquer le difficile processus de l’adoption chez les couleurs ethniques et homosexuelles. Un invité fera une remarque plus ou moins désobligeante en affirmant que toutes les couleurs sont des crisses de tapettes de toute façon (surtout le bleu turquin.) Un long débat s’ensuivra dans tous les médias du Québec pendant deux semaines. Richard Martineau écrira « ça n’a pas de bon sens. » Pierre Foglia répliquera « who cares? » Une commission de consultation nationale sera menée par Chose Taylor et Chose Bouchard. L’histoire ne finira pas là, mais elle est tellement plate que ça ne vaut même pas la peine d’en parler. Je m’en calice. Les couleurs sont toutes des hosties de races de tapettes (surtout le blanc grillé.) Vive rien!

Labels:

Tuesday, September 11, 2007

Autre JEU AMUSANT POUR LES MONGOLS



Fixez le point rouge au centre de l'image pendant une minute, fermez les yeux un instant et demandez-vous pourquoi le point rouge n'est pas de la bonne couleur. Hallucinant!

Labels:

Sunday, September 09, 2007

JEU AMUSANT POUR LES MONGOLS


Fixez le point rouge au centre de l’image pendant une minute. Fermez les yeux un instant, puis fixez une fois de plus le point rouge pendant une minute... Hallucinant!


Labels:

Thursday, September 06, 2007

LES HOSTIES D'AFFAIRES TRISSES



Personne au monde n’est plus exaspérant qu’un blogueur sans inspiration et qui, s’avouant momentanément vaincu par l’ennui, le désintérêt ou le vague à l’âme, se donne tout de même la peine d’évoquer par ses écrits cet étrange sentiment de vide immense qui l’habite. Vous avez tous lu, ici et là, de ces embarrassantes complaintes où tel blogueur en mal d’idée, délire sur sa propre vacuité et, par esprit de vengeance, sur l’insignifiance générale de la blogosphère. On y lit des formules telles que : « Ces jours-ci, je ne sais pas trop pourquoi, je n’ai rien à dire », «je me sens un peu mort », « à quoi bon tout cela » et « je vais abandonner ce blogue inutile. » Il se trouve que je suis moi-même en panne totale, que je ne trouve plus ni le temps, ni l’énergie ni même l’envie de rigoler niaisement, que je me sens démuni face à cette soudaine sécheresse de l’âme et qu’une irrépressible envie de pleurer me prend aux tripes quand je pense que je pourrais, si je suivais mes élans naturels, être un peu moins malheureux. AND I’M DEADLY FUCKIN’ SERIOUS. Voici donc (et c’est une première au Jour des vidanges) un hostie de photomontage laid et « intense » d’enfants qui meurent de faim, de veuves russes, d’animaux morts et de Shane MacGowan…