Sunday, March 16, 2008

RÉFORME SCOLAIRE


Non, je ne me suis pas poigné la couenne durant ces courtes vacances en campagne. Au contraire, j’ai rassemblé mes dernières forces intellectuelles afin de produire un nouveau projet de réforme scolaire. Je n’ai évidemment aucune compétence professionnelle en pédagogie, mais je me suis rendu compte qu’il était somme toute facile d’établir un plan de réforme en dix minutes, après avoir fumé un gros joint et avalé quelques cachets de Zyprexa.




PLAN DE RÉFORME SCOLAIRE


-AMENER GRADUELLEMENT L’ENFANT À S’ENTROUVRIR PAR VOIE ORALE.
(Exemples : Parler en forme de mots, évoquer des « choses.»)

-STIMULER L’EXERCICE DE LA COMMUNICATION NON VERBALE PAR LE BIAIS DU « BOUGER. »
(Exemples : Le mime, la violence faite aux sports.)

-INTRODUIRE L’ENFANT DANS UN CONTEXTE DONNÉ.
(Exemples : L’Histoire du cosmos, la géochimie.)

-PÉTRIR L’ENFANT À L’AIDE DE L’ART VISIONNEL.
(Exemples : Mondrian. Un film en pellicule.)

-PÉTRIR L’ENFANT À L’AIDE DE L’ART AUDIOPHONIQUE.
(Exemples : Edgar Varèse, Vilain Pingouin.)

-PÉTRIR L’ENFANT PAR L’ENTREMISE DU DÉFI SPORTIF ONCTUEUX.
(Exemples : Musculation huilée, tomber et avoir mal.)

-FAIRE MURIR L’ENFANT RURAL GRÂCE À L’INITIATION RURALE.
(Exemples : Affaires agraires, plaisirs de l’étable.)

-INTRONISER L’ENFANT AU « MŒURS ETHNIQUE » DE LA CIVILISATION URBANISÉE.
« Exemples : Manger du libanais, contempler un juif.)

-STIMULER L’IMPRÉVU GRÂCE AUX DIVERSITÉS SEXUELLES HUMAINES.
(Exemples : Deux hommes en même temps, l’automutilation.)


L’ENFANT NE SERA PAS NOTÉ EN FONCTION DE SES CARENCES INTELLECTUELLES MAIS PAR RAPPORT À SON DEGRÉ D’ÉLASTICITÉ.

-FORCER L’ENFANT À AVOIR L’AIR INTÉRESSÉ PAR L’UNIVERS DE LA RÉFRIGÉRATION INDUSTRIELLE.
(Exemples : Visiter un frigidaire, comprendre la glace.)

-SOUSTRAIRE L’ENFANT AU DÉSIR ONCTUEUX.
(Exemples : Sida, croûtes purulentes.)

-TRANSMUER L’ENFANT VERS LE PARADIGME DE LA MORT ÉPOUVANTABLE.
(Exemples : Marquis de Sade, Boule Noire.)

-PRISE DE CONSCIENCE SOCIÉTALE PAR LE BIAIS DU LUDISME ACTIF.
(Exemple : Jouer avec des pauvres.)

-FAIRE ENTRER L’ENFANT ENTRE LES SPHÈRES DU MONDE POLITIQUE.
(Exemple : Françoise David.)

-IMBIBER L’ENFANT DE CULTURE LITTÉRAIRE À L’AIDE DE VLB BEAULIEU.
(Exemples : Vaches tribales, grand-père mort.)

-VOLET ÉVEIL COMMUNAUTAIRE ET ENVOL ENVIRONNEMENTAL.
(Exemples : Étonner l’enfant avec des merises. Recycler de la marde.)

-CHAPITRE TECHNOLOGIQUE DU NOUVEAU MILLÉNIUM : AVOIR PEUR DE CELA.
(Exemples : Viol sur Internet, moteurs de recherches.)

-PÉTRIR L’ENFANT À L’AIDE DE L’ARCHITECTURE DES ANNÉES 60 ET 70.
(Exemples : Terreur au Stade Olympique, angoisse au Musée d’art contemporain.)

-ENFANCE ET RAPPORT À LA LANGUE NATIVE.
(Exemple : Initier l’enfant aux mots « onctueux » et « nazisme. » Faire répéter ces mots. Établir des liens etc.)

Labels:

24 Comments:

Blogger Méthane Alyze said...

T'es un génie Zhom. Si ton projet passe pas le vote de l'assemblée, bin on fondera une école alternative à la maison avec une philosophie éducative basée sur le créationnisme et l'abstinence sexuelle.

1:36 PM  
Anonymous Le syndicat de l'enseignement said...

Nous contestons l'idée d'utiliser les écrits de VLB Beaulieu dans le cadre de ce projet de réforme scolaire. Nous craignons que les enfants manquent de livres dans la classe (et développent ainsi des troubles psychologiques liés à la lecture) si VLB Beaulieu décide de brûler toutes ses oeuvres.

M.

2:36 PM  
Blogger Lorazepam said...

Tu m'as encore fait rire aux larmes.
Merci, Zhom.

3:23 PM  
Blogger Ostide Calisse said...

Vous oubliez le tout nouveau programme "Inculquer la paranoïa aux enfants par l'alarmisme médiatique", qui consiste à faire évacuer les écoles dès qu'il y a présence de plus de 6 pouces de neige sur le toit.

3:24 PM  
Blogger Doparano said...

Si jamais j'entends encore quelqu'un chier sur les banlieux et la campagne je leur ferai lire ceci comme preuve de combien l'air pur et la nature peut allumer des neurones.

Ton bon sens et ton génie m'a grandement manqué cette semaine.

3:33 PM  
Blogger Doparano said...

Je préfère le cours "inculquer la paranoïa par l'alarmisme médiatique" que le cours "inculquer les notions de deuil et les 10 étapes de la reconstruction après la perte d'un être cher."

3:29 AM  
Blogger Ostide Calisse said...

En fin de semaine, La Presse montrait une photo de «l'état alarmant» des toitures dans l'est de Montréal. Propriétaire d'un triplex dans le même secteur, j'ai monté voir le mien: il y en avait entre 0 et 5 cm. Même que sur la photo de La Presse, on voyait la plupart des toits «en danger» était partiellement dégagés.

Si la désinformation et la paranoïa vivent présentement leur âge d'or dans les médias, c'est justement parce que l'on vit trop en mode "au cas où" et "j'aurais dû donc dû ben dû" au lieu de se servir du gros bon sens.

Quand votre enfant s'électrocutera en tirant des jets d'eau dans le transformateur de 120kV en face de chez vous, n'oubliez pas n'oubliez pas d'abord de blâmer le gouvernement, puis de fonder ensuite devant une conférence de presse un organisme destiné à entamer des processus préventifs visant à déployer divers outils proactifs permettant de remédier au processus pouvant faire se répliquer la situation originale ayant mené au décès soi-disant accidentel.

5:58 AM  
Blogger Maphto said...

Ostide Calisse : Je peine à comprendre plusieurs comportements de la population. On dirait que les citoyens sont facilement terrifiés et constamment inquiets. À la moindre petite affaire (comme l'effondrement d'un toit), c'est la folie furieuse. Les médias ne font qu'alimenter la peur des gens qui sont déjà perturbés avant l'événement X.

Je ne sais pas quel terme employer pour décrire ce genre de société. J'avais pensé à société paranoïaque, mais je n'aime pas le sens commun de l'adjectif.

Avez-vous une idée ?

6:59 AM  
Blogger Ostide Calisse said...

Le plus drôle, c'est que chaque vague de paranoïa est causée par un évènement dramatique découlant de l'irresponsabilité, et cette dernière n'est jamais pointée du doigt.

Qu'on se rappelle des réparations butchées du viaduc de la Concorde, dont la chute a causé l'urgente et immédiate crise de réparations et de démolition de viaducs. Ou des fissures et des portes qui ne fermaient plus à l'usine de Morin Heights alors que ça faisait déjà une semaine que l'on disait un peu partout d'être vigilants avec les accumulations de neige.

Les gens sont conditionnés par les médias à raisonner de façon réactionnaire. Je jète le blâme sur les Jean-Luc Mongrain, Gilles Proulx, Paul Arcan, Stéphane Gendron, Jeff Filion, Richard Martineau, André Anthur, Pierre Pascau, Patrice Lagacé et tous les autres "communicateurs" qui ne font que jongler avec le pessimisme des gens pour les convaincre que le monde est pourri et qu'il faut trouver des coupables et partir en croisade dès que quelque chose de plate arrive.

Je vous l'annonce: la prochaine grande révolution, peut importe où et quand elle débutera, ne sera pas dirigée contre une classe sociale, un groupe religieux, une minorité raciale ou un gouvernement, mais contre le monde des médias.

7:15 AM  
Blogger Doparano said...

Ostide, je suis totalement de ton avis... mais je rirais jaune si le toit d'une seule école s'effondrait.

Cette hiver, mes enfants risquent d'aller à l'école jusqu'à la fin juillet tellement l'école a été fermée souvent pour cause de tempête et de mauvais temps, souvent la fermeture avait été annoncée par la commission scolaire qui est à 1 heure de route d'ici et la fermeture n'était pas justifiée sauf que l'école était fermée quand même. On a crié au loup bien souvent de manière exagérée. Mais vendredi et aujourd'hui ils sont en classe, question de bon sens, le directeur fait TOUJOURS pelleter le toit de l'école au moins une fois en février pour ne pas qu'il n'y ait de problème. Il est normal de déneiger nos toitures mais anormal d'en faire la une de tous les bulletins de nouvelles durant 3 jours.

ceci dit, je suis totalement contre les parents qui portent plaintes, trainent en cour ou font des misères durant des années pour des choses qui arrivent à leurs enfants malencontreusement et dont personne n'est réellement responsable.

7:32 AM  
Blogger Ostide Calisse said...

Dans ton cas je comprends, mais fermer les écoles de la Commission Scolaire de Montréal, où l'on rencontre pas les mêmes quantités de neige qu'à l'extérieur, c'est quand même poussé fort.

Et encore, pourquoi seulement les écoles de la CSDM? Un toit qui s'écroule tue sans distinction de race, de sexe ou d'âge. Pourquoi ne pas avoir aussi fermé les CÉGEP, les universités, ou n'importe quel lieu public ayant un toit et abritant plusieurs centaines de personnes comme les centres d'achats, les usines ou les cinémas?

Tout simplement parce qu'il est plus pathétique de s'imaginer un toit d'école primaire s'écrouler sur des ti-n'enfants qu'un toit de centre d'achat sur la tête d'adultes en train de magasiner. Les ti-n'enfants, ça interpelle. C'est ce que j'appelle le Pierre-Bruneau-and-Claude-Charron-Effect.

8:10 AM  
Blogger Doparano said...

Tout à fait

8:30 AM  
Blogger Gomeux said...

Si je peux me permettre, je connais un peu la situation des écoles primaires de Montréal, because ma job.
Si les écoles primaires sont fermées c'est surtout parce que les toits valent pas de la chnoutte et les directeurs le savent.
L'éducation ne rapporte pas et encore ben moins les établissements d'éducations. Traduction: ça fait
des années qu'y a pas une cenne qui a été mis sur l'entretien des toitures des école de la CSDM.
Ceci dis, je viens de voir de mes yeux vu, y a pas plus tard qu'une demi heure, 6 pieds de neiges sur le toit d'un building de l'avenue du Parc. Donc, oui, y a de la neige, surtout où c'est pas venteux.

Le mois de mars, c'est tard un peu pour penser à déneiger son toit...

On parlait de quoi déjà?
Ah, la réforme Zhom.

9:47 AM  
Blogger Ostide Calisse said...

This comment has been removed by the author.

10:02 AM  
Anonymous Anonymous said...

Faudrait surtout ne pas oublier de bien pétrir l'enfant dans l'apprentissage du pédophile pelleteur de toitures d'écoles. Chapitre un: Le reconnaître à sa pelle(formation intensive d'une semaine aux informations à TVA).

10:03 AM  
Blogger DUB said...

PÉTRIR L’ENFANT À L’AIDE DE NEIGE CONCASSÉE ET DE DÉBRIS DE TOITURE

Exemples : Origami infantile / Chatouiller les concierges

2:03 PM  
Anonymous Francine said...

PÉTRIR DE LA PÂTE POUR FAIRE UN GÂTEAU À L'ENFANT

lol,

4:00 PM  
Anonymous Double ASS said...

Bonjour,

Je suis un individu d'âge adulte qui n'est plus du milieu scolaire dans le moment actuel présentement, mais j'aimerais si possible me faire pétrir aussi quand même s'il vous plaît.

Merci pour cette excellente réforme.

-Un individu qui n'est plus du milieu scolaire

7:43 PM  
Blogger Philémon said...

J'allais inscrire mon enfant à ton programme, jusqu'à ce que je réalise que Vilain Pingouin et Françoise David faisaient mauvais ménage. Elle ne se ramasse pas, et c'est connu que les Pingouins chient partout.

Ah, difficile choix parental. Mais dis moi: tes toits plats sont-ils dénués de neige?

9:40 PM  
Blogger Ostide Calisse said...

Pétrir l'enfant dans l'idée que le monde n'est que constance et continuité: quand le soleil sortira enfin mettre fin à l'épisode des toits enneigés, l'effrayer avec les dangers de l'exposition aux rayons UV. Employer la même technique d'isolement visant à l'enfermer à jouer au Wii chez ses grands-parents.
À son retour en classe, réactualisez la crainte en le pétrissant à nouveau par la musique, tout en omettant d'expliquer à l'enfant pourquoi métronome et mélanome se terminent tous deux en "nome" sans se prononcer pareil, au cas où on lui apprendrait quelque chose de grammatical par mégarde un an trop tôt par rapport au programme prescrit par le ministère.

5:47 AM  
Blogger Stacie di Lesso said...

Quel serait le contraire de "pétrir l'enfant"?
Enfanter le pétrin?

9:25 AM  
Blogger Doparano said...

Enfanter le pétrin c'est une autre façon de dire " Se mettre dans le trouble" ça?

11:00 AM  
Blogger Zhom said...

J'ai toujours aimé l'expression insolite :

"Être pétris de culture."

Je n'y peux rien, ça m'amuse.

"Un écrivain pétris de culture."

Ça fait farine, ça fait pâte à pain, ça fait Rouleau, ça donne faim...

J'aime aussi : "S'imbiber d'art."
J'ai entendu ça à la radio culturelle récemment. J'avais cru entendre "Sylvie Bédard" mais c'était bien "S'imbiber d'art."
Trop full fucked!

11:43 AM  
Blogger Philémon said...

Tu confonds avec Myriam Bédard, qui s'abime d'art, mais c'est un tout autre domaine.

Tiens, faisons les enfants de cantine, je te mets au défi. Place "Myriam Bédard" dans le titre d'un prochain post, et je place "nyarlathotep" dans ma critique du film "Shutter".

8:58 PM  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home