LE TÉMOIGNAGE VIBRANT 87978.8




ON T’AIME MON RICHARD
PAR SUZANNE ¨DIANE¨ CAROLE

Bonjour!!!
Je me présente Suzanne, mais mes amies m’appellent Diane car il paraît que je ressemble comme deux gouttes d’eau à Diane. Mais je ne prends pas la plume aujourd’hui pour parler de Diane et de ses deux gouttes d’eau, au contraire. D’ailleurs, si jamais Diane me lit en ce moment, elle peut aussi bien faire autre chose, comme organiser un tournoi ou ¨en manger un char¨, sa vie ne m’intéresse trop pas. Je ne suis pas rancunière, mais il y a des limites à être une ¨connasse¨, et Diane les a dépassées le 4 avril 2009 lors d’un périple tout-inclus à Cayo Coco (je vais taire l’anecdote, qui implique un cubain Pédro d’à peine 17 alors que Diane en a 59.) J’ai mis le mot ¨connasse¨ entre parenthèse car je suis indulgente et je suis certaine que Diane a d’autres qualités à part ses deux gouttes d’eau et son ¨beau cul¨ gros comme le bras. Mais laissons tomber Diane dans une masse d’excréments brûlants, elle peut mourir si elle veut, personne ne va avoir de la peine, même pas sa fille, une autre ¨connasse¨ en plus ¨jeune de pute¨. Je voulais vous parler de Richard Martineau que j’aime au-delà des annaux de saturne. Je le lis à chaque instant et ce qu’il dit est la vérité pure et simple. Il n’est pas comme Diane. Elle pense que les Arabes sont ¨du monde correct en général¨ et elle oublie l’islamique qui se cache en le musulman, qu’il soit modernisé ou ¨cave¨. Diane souffre de fuites urinaires en plus de son zona en plaques, cela ne l’aide nullement à l’épanouissement de son Soi. Mais comme dirait la jeunesse : ¨Who fuck the cares?!¨
-Merci d’être toi, mon Richard, et continue de ne pas changer rien!

SUZANNE ¨DIANE¨ CAROLE, CAR NOUS SOMMES WE THE POEAPLE! 




Comments

oui, je pense que le jour de la mort d'Harvey Keitel, ou le lendemain, ou dans ces eaux là, 5 Rouges se souviendra de ta proposition et sera à-même d'y répondre par la positive, 2 Arcs-En-Ciels, mais ce n'est pas le sujet. Car j'avais deux autres questions à te poser :

-1- Arcs-En-Ciels, au pluriel, ça se dirait pas plutôt Arc-En-Cieux ?
-2- Savais-tu que Michel Piccoli n'était toujours pas mort ?
Michel Picoli said…
évidemment que je sais très bien que je ne suis toujours pas mort, tu me prends pour qui, un revenant ?
bien, les enfants.
allé, on ferme.
ce qu'ils firent. mais avant quoi, on offrit des petits gateaux et du cidre doux dans des petits gobelets en plastique blanc à tous les convives, qui malgré le temps froid et humide, restèrent là encore au moins 12 minutes et quelques...

FIN
les 3 morts said…
shhhhhhhhhh!
gnnn!
gnnnhhh!!!!!!
j'ai horreur des gens qui font des crises cardiaques.
c'est des petits culs.
on peut pas compter sur eux.
parce qu'ils peuvent vous lâcher à n'importe quel moment...

(+RIRES!!)
oui, c'est comme les gens qui travaillent dans des entrepôts,
et qui sont sauvés par les doctueurs,
quand ils vous offrent le café et les croissants,
c'est pour vous empoisonner,
en fait...
Rouge Sur Blanc said…
oui, mais il ne faut pas leur dire,
parce que sinon,
ils finiraient par vous enfermer pour vous faire passer le balai sur un parquet déjà propre,
plutôt que de vous laisser partir balayer un sol plus sale...

et on sait pas pourquoi.......................
Jean-Jean-Jean said…
parce qu'ils se prennent pour du Victor Hugo,
ces cons!
oui,
c'est comme les homosexuels qui lisent Rimbaud et Verlaine en se masturbant sous les draps,
c'est des MYTHOMANES!!!

"tout en te faisant l'amour dans une baignoire remplie de choucroute garnie", comme dirait l'autre dingo...
on s'en fout,
tant que les trains arrivent à l'heure comme dans l'Italie des années 30,
moi,
je suis tout disposé à faire feu sur un édredon éventré qui vomirait des plumes d'autruches sur un sol humide après la pluie,
et gisant dans la bouillasse molle comme le produit qu'utilise dieu pour fabriquer des humains,
glaise,
avant biensûr de chouraver une côte à ce petit bidule aliéné,
et de fabriquer une pétasse avec...
ouais, ben moi,
je me suis arrachée une côte, l'autre fois,
à mains nues,
mais j'ai eu beau la malaxer dans tous les sens,
et même la MOUDRE POUR EN FAIRE DE LA POUDRE,
et la mettre au four, mélangé à de la farine, du lait et des œufs,
et ben c'est pas une pétasse que j'ai trouvé, 45 minutes plus tard,
mais un gâteau...

et plutôt succulent, en plus!
ben oui,
mais c'est normal,
tu n'es pas dieu,
et alors,
tu obtiendras toujours un gâteau à la place de la pétasse,
dans ces conditions...

à moins biensûr que tu remplaces les œufs, la farine et le lait par de la sanquette de porc,
pour faire du BOUDIN!
je suis pas un boudin.
moi aussi je suis une fille,
comme Michel Polnaref.

mais je vois pas le rapport...
Virginie Riante said…
le rapport,
le point commun pour être plus précise,
c'est les poils de nez.

et les couilles biensûr.
Fabien Breezé said…
et le cul.

et la merde, aussi.

et la pisse.

et le vomi.

et la bile.

et le sang.

et les "traces de pneus sur ton slip et ta petite soeur qui se tape ton fix",
again and again...

puis la lune...

la piste aux étoiles...
"Faire ce qu'on veut, ce n'est agréable que si quelqu'un veut vous en empêcher."

(Anne Barratin)
et oui,
mais tu vois,
avec toi,
ça fait encore quand même du sens,
tu vois...

c'est con, hein ?
je veux de la discipline.

qui suis-je ?
@UNE couille dans le potage MULTIPLIé par 2

je pense que tu es Génétix Le Porc Riche.
et je pense que je ne suis pas dans l'erreur.
Le Calchaki said…
ha ben ça!
ben flûte alors!
mais comme il avait gagné (pas l'indien, mais un de ceux ou celles qui avaient parlé avant lui, et même les animaux, ou les choses inanimés), il se dirigea vers le bar qui trônait dans une relative pénombre au fin fond de la pièce, et commanda un Perrier (pas David, l'eau pétillante) et un hôtesse du juste prix pour aller avec, comme on peut voir sur la photo suivante :

https://i.ytimg.com/vi/VmXfYKlxlnw/hqdefault.jpg

hé oui.
c'est comme ça.

car tu sais,
jipe,
je t'aime, en fait, depuis toujours.

et la preuve, c'est que j'avais même acheté cette petite statuette pour toi.

alors, tu me crois maintenant ?
jipe boyard said…
n'insiste pas Frédérique.
ne redeviens pas pesante, c'est ainsi.

tu sais bien que je suis avec Kate, maintenant,
et que Fabienne Amiach est mon amante depuis que j'ai quitté l'autre,
et que toi,
tu es la seule que j'ai jamais aimée,
malgré tout ce que j'aie pu prétendre...
oui, Frédérique,
c'est vrai.

n'insiste pas à t'accrocher ainsi...
oui, Frédérique,
c'est comme elle le dit,
et lui aussi.

alors reviens!

FIN-------------------------------------------------))))) POM!
Clo said…
et la clochette de la rédemption retentit...
Ka said…
pas

-- -

d'a---------------------------------------------------
---------
c------------------------------
cor------------------------------------------------------------------------



-

_


___ -
d--------------------------------------------------NÖN-)))))
hé oui...

c'est quand même bien fait...
je me sens comme un chien dans une clairière
le jour de la fête du travail...

sur un rythme endiablé de tempo de reggae détraqué,
dans une émission de Magalie Poilée,
sur une radio du fin fond de la Palestine des Andes,
au sommet du rut préthéoprimordial de la désorganisation sensorielle de mon inexistence................................

camouflée sous la suie des cheveux de coton ténébreux...

aux mystères dérangeants...
oui, ma belle, moi aussi...

mais je sais pas pourquoi,
mais on a écrit "Hervé Ladevèze" sur ma boîte aux lettres...

qu'est-ce que ça signifie d'après toi ?
c'est sûrement quelqu'un qui est jaloux que tu me connaisses,
et qui te ressemble un peu...

comme mon petit chien...
oui, mais ton ami a oublié de stipuler dans son message,
que le nom écrit sur sa boîte aux lettres l'avait été à l'encre Rouge.

cependant, tu n'es pas vilaine...

je comprends mieux pourquoi notre bon vieux jipe à presque bien failli perdre ses amygdales, juste en te voyant... sans compter qu'il avait aussi CROISé TON REGARD...

et...

tu as les yeux Revolver... tu sais ?
oui, on me le dit depuis que je suis toute petite.
et c'est pour cette raison que je fais l'andouille, parfois,
afin de me décrédibiliser un peu aux yeux du public,
parce que sinon,
je serais tellement belle qu'ils tomberaient tous comme des mouches,
et...

ben, je suis pas du Baygon, quoi...
John Gaisnbourg said…
quoique...
oui, mais tu sais, Serge,
tu devrais pas rester tout seul dans ce bois...
Jean-Paul 2 said…
oui, voilà.

et moi,
je suis le pape.
JP II said…
oué,
ma no.

paské la madgik,
el'né malch qué si c'été écri on létré romon,
lé chiffr's...
é pa én noumélo alab',
com' soul lé téléfan...
le vent se lève,
mais heureusement,
j'ai emporté mon baton de berger!
tu tombes bien,
je ne savais toujours pas ce que j'allais manger pour accompagner ma bouteille de vin mousseux... on partage ?
rien que le titre m'amuse...
maintenant, on comprend mieux pourquoi on a voulu à tous prix me refourguer cette petite rousse... non ?
c'est exact.

félicitations.
ça fait chaud au cœur.

merci Jean-Pierre.
je vais me faire une autre entrecôte...
Houba Houba!
je suis acteur de formation.
et je cherche un rôle.
du travail.

et pour commencer, je suis prêt à servir le café,
cependant, je tenais tout de suite à vous prévenir :
"JE NE SUCE PAS"...

que celà soit bien clair entre nous...

(RIRES!!!)
Anapurina said…
c'est parfait, Jean-Pierre,
vous êtes engagé.
et il fit carrière, au point de jouer un jour le rôle de Coluche dans un film ayant pour sujet central la biographie de l'artiste Romain Bouteille, qui sera redécouvert vers 2047 par un étudiant en Cinéma de l'Université Paul Valéry de Montpellier, et qui trouvera le temps de tourner ce petit chef d’œuvre juste avant que la troisième guerre mondiale ne soit ENFIN déclarée... Jean-Pierre profitant alors de sa naissante et à la fois brève notoriété pour sauter dans le premier avion pour Reykjavik, ou, pensait-il, il pourrait épouser une femme de là-bas, avant de se faire naturaliser, à l'abri des radiations et des maladies épileptoïdes incurables dont souffriraient alors les victimes de la guerre bioloneurotuberculonucléaire en vigueur sur à peu près tous les continents... sauf l'antarctique...
ouais.

et donc, en fait,
plutôt que de m'emmerder à disséquer toute l'oeuvre d'Orson Wells en attrapant torticoli sur torticoli, et sans jamais me lever une seule donzelle, malgré la promiscuité ambiante régnant dans les salles obscures, j'aurais mieux fait de suivre ce stage de dressage de chiens de traineaux, comme me l'avait proposé Björn...
si vous voyez Kate,
expliquez lui le plus calmement possible,
et sans la déchirer,
que je suis parti dresser des chiens de traineaux avec Björn,
en emportant Fabienne avec moi,
parce qu'on va avoir sacrément besoin de grand savants hyper-calés en météorologie d'ici quelques temps,
et que donc,
c'est fini entre elle (Kate) et moi (Jipe).

+ Maya, je ne t'ai jamais aimé, c'était juste pour rire.
J'espère que tu ne le prends pas mal, hein ?

Allé, adieu! Et Surtout, "décroche ton téléphone, téléphone, téléphone..."
Fabienne said…
jipe, tu crois que je peux emporter ma version deluxe du trivial pursuit que tu m'as offert pour mon anniversaire, ou à la noël, je sais plus, l'an dernier, ou que ça va faire trop lourd, dans l'avion, et nous encombrer inutilement les bagages ?
je sais pas. on doit d'abord prendre le train jusqu'à Copenhague, avant de trouver un bateau qui nous emmènera jusqu'à l'aéroport, alors pourquoi ne pas l'emporter, et s'en débarasser plus tard... car après tout, un trivial pursuit, ce n'est tout de même pas un petit chien...
Fabienne said…
hein ? oui alors ?
hein ?

pardon mais je n'ai pas compris la...///KrrrRRR!!§§ùù%
fin du message....

hm, y'a de la friture on dirait...

oui, hein, je le prends quand même, alors ?
mais...

ça veut dire quoi "peligroso", au fait ?
bon sang, c'est bizarre, j'ai l'impression de m'embrouiller de partout, et...
y'a des trucs qui se mettent à me vibrer dessus, à me faire trembloter comme une pièce de gélatine, mais...
ouais,
bien compris tous les messages
que j'ai reçus

nous pouvons parler
mais l'esprit qui souffle est tellement désinvolte en ce moment...

+ dis lui toi plutôt...
ne t'inquiète pas, c'est tout à fait normal...

ce sont juste des carabistouilleurs qui tentent de pénétrer notre flux destinotemporel en brouillant nos repères crypto-cartésiens mentaux, afin de nous entrainer dans leur champs hypno-magnétique de conscience, et il fallait juste se préter à leur jeu quelques secondes afin de repérer la source de leurs émissions, afin que nos dézingueurs virtuo-pragmatiques les éliminent à même la racine de l'embrouille... tu vas encore ressentir quelques picotis durant quelques minutes, mais reste calme, et ton corps vivant branché sur notre secteur reprendra sa chevauchée naturelle habituelle d'ici un petit quart d'heure...

et... oui, tu peux emporter ta version deluxe du trivial pursuit, parce que ça risque de faire un peu long, entre Bordeaux et le danemark, sans ça. Mais ne fais pas attention à ce "peligroso" qui s'affiche intempestivement sur l'écran de ton téléphone portable, ça fait partie du test...

bien. je te quitte. on se retrouve à l'hôtel... je débranche mon téléphone, parce qu'il n'y a plus de batteries... on se retrouve là-bas, kiss!!!

(et ce n'est pas signé, mais on sait que celà s'adresse à Fabienne, et que c'est de la part de jipe...
tu sais
mon amour
moi aussi
je ne m'appelle pas Fabienne
en réalité...
je sais que celà pourra finir par...
vous faire porter votre âme à...

accesceptrer, ou... dénichirer... raver... que sais-je ?
mais...

saches que...

ICH BEEN NOT TOT
celà semble communier en une équivalence, non ?

+ les pourtours de son regards aménagés comme un maquillage par la nature
et l'évolution biologique des siècles

si bien qu'elle finirait par nous tenter
telle l'aura d'une biche

INDIZCRéTION!!!!!!!!
fourre barratin said…
la beauté n'est que le
et la grâce avec...

lapide, brutoie tout
en fonction
d'ici peu...
et si...

on oubliait tout ça...

puis...

sans transition...

toi et...

toi...

rien que toi...

sans plus aucun moi...

tranquille comme un jet d'eau dans le ciel
et qui prie
surtout
comme la cigarette de ferré...
tu sais
ma bébé

je sais pas si je vais acheter des frites
mednan

parce que je me sens un peu comme
prêt à me gerber moi-même

et que

c'est fini tout ça
la Rouanet said…
oui.

c'est vrai.

mais n'oublie cependant pas d'acheter le plus possible en kilos de mes oeuvres formatées en papier lisible,
sur ce site de marchands...

et arrêtes surtout de te réincarner en le petit jésus du temps qu'il faisait des misères stériles aux marchands du temple, en foutant tout un patrac dans leur étals...
jipe said…
ébé merde..

de chien, tiens...

comme si j'y avais jamais été...

alors que...

toute forme de poésie me semble désormais comme...

quelque chose que je peux pas décrire, allé, adieu, me casse en australie...

ils pourront m'inumer vivant là-bas, ou me jeter à la fosse aux kangourous...

de toute façon, même rory gallagher ne me touche plus aujourd'hui...

allé
bref
disons BREF A TOUT plutôt...

(mais martine reste là, pourtant, dans mes derniers songes, chère compagnone inéxpugniablement fidèle, à sa manière de grande soeur sadique ne s'assumant qu'à demi...
merci sans but said…
allé...

hein ?

poaime :

tu sais
c'est juste parce que tu me parais un peu moins con que les autres
sur le moment
que je t'adresses ce message

hein ?

t'emballes surtout pas
quoi,
j'veux dire...

parce qu'on n'est pas arrivés...

allé...
jipe thee light said…
ouais, t'as vu ce clip ?

ben pour moi ça reste la preuve que quelque chose de pire que toi ait existé avant même que tu ne prononces le son de ton premier souffle...

et que donc, il suffit...

merci.
et c'est pas parce que je voudrais paraitre plus catégorique ou convainquant qu'un plus del'autre, mais disons, hein...

poaime :

arrête
je suis ta chérie
ça te suffie pas ?

et il alla se défouler sur les trucs exposés sur les meubles
en les renversant
gueulant sa propre gueule sur le plafond qui lui rappelait celui de la salle d'intéro du lycée
je me sens de moins en moins

allé

adieu!
jipe said…
j'en avais presque oublié que j'étais étalé sur un matelas
dans la salle à manger

vu d'ici
et ton rire éclate
de poursuivre
de vivre....
é oui
ménon
car la carabistouille ne semble plus avoir été ce qu'elle fut
dans la magouille...

(n'insiste plus, c'est réglé, merci)
un dernier conseil avant que je m'en ailles faire les courses à Copenhaguen-Sur-Cornouailles (à classer dans la rubrique "savoir vivre et société" de vos petites archives pratiques personnelles) :

si jamais quelqu'un vous appelle, ou vous parle d'une certaine manière, un peu bizarre, et remplie d'insinuations au second degré, au supermarché, à la piscine, ou dans la file d'attente du cinéma, ou n'importe ou ailleurs, comme dans un parc, un zoo, ou simplement dans votre cuisine, répondez lui du tac-o-tac, et ayant bien pris soin de prendre un air détaché et supérieur, comme sur cette photo :

http://cdn.trictrac.net/documents/formats/dynamic/37/8c/7cc972efc7c33f3947693889353f402f/documents/originals/c5/7e/f7b68945d4112c2b9750410281f2e5565675.png

(vous voyez mieux ce que je voulais dire, maintenant, car celà vous apparait soudain bien plus clair, grace à cette petite illustration, biensur, merci), répondez lui donc avec le plus de calme possible, et en esquissant un petit sourire contenu :
"oui, biensur, mais dites moi, vous faites quelque chose en dehors d'être con dans la vie ?" (ou en remplaçant "con" par "conne", s'il s'agit d'une caissière des fruits et légumes, plutôt que d'un instituteur des droits civiques...), et vous verrez alors que votre interlocuteur se retrouvera tout penaud, tout à coup...

et ainsi, vous aurez gagnée votre journée...

allé, je vous laisse, car je dois partir saluer une apparition de la vierge Marie avec un ami tout juste revenu de croisade en armorique équatoriale septentrionale, avec un cheval... alors salut!!
message personnel pour un ami dissimulé parmi les massmédia :

on ne dit plus "cachets pour les nerfs" depuis bien longtemps,
mais plutôt "calmants", de nos jours...

+ émoticon représentant un clin d'oeil...
@Anne Batracien, la grenouille super sexy

je viens de tester votre technique, en allant chercher des croissants pour mon petit déjeuner (un pour moi, un pour ma femme, et un pour le petit canari), sur la dame de la boulangerie, et je confirme, ça marche bel et bien dans ce lieu public plutôt bien insonorisé... mais je me disais, aussi : "et oui, ici, à la boulangerie, ça marche, mais qu'en serait-il si je m'étais plutôt trouvé dans le grand canyon, avec tous ces échos, au milieu de ces énormes rochers rouges, ou alors, dans la forêt équatoriale à la saison des pluies, avec tous ces clapotis de millions de gouttes d'eau tombant sur toutes ces feuilles larges et inconnues autour de moi?"

et biensûr, vous n'êtes pas obligée de répondre, mais tout de même, hein ?
je trouve cette dernière remarque très pertinente,
malgré les quelques petits problèmes techniques de liaison rencontrés...
bonjour les amis!

vous n'auriez pas vu Vladimir Ilitch Oulianov,
ainsi que Lev Davidovitch Bronstein,
parce que je crois qu'ils m'ont volée mon tube de mayo...
non, désolé Michel,
mais ici,
on n'a qu'une espèce de vieux machin naturalisé (ou d'origine, on sait pas trop) et qui vient de franciser son nom en le faisant finir par "bourg",
mais pour le reste,
aucune idée...

désolé pour ton tube de mayo...
oui, moi aussi je suis désolé pour ton tube de mayonnaise,
Michel Fluide...
et comme ils étaient vraiment tous très sincèrement désolés en ce qui concernait cette histoire de tube de mayo perdu (ou volé, on savait pas) de Michel Fluide, je pu aller m'habiller avec une robe noire,
afin de mieux avoir la super classe... esthétique, et tout...
je ne voudrais en rien déclencher en quelque occasion que ce fut aucun incident qualifiable de diplomatique, cependant, je vous trouve très jolie dans cette robe, Camille...
un belge said…
ça devient rasoir...
je dirais même plus :
"MIROIR"...
tiens, il vient de réapparaitre quelques secondes sur la fréquence spéciale de l'éducation nationale avant de se revolatiliser dans les airs, et de disparaitre à nouveau dans le néant...
c'est vrai que je ressemble un peu à Sasha Grey,
mais tout le monde ne peut pas s'appeler Maya l'Abeille...

hein ?
Sasha Greystoke said…
ra-soir...
Tarzanaïland said…
mi-roir...
Bonjour,
je suis la dernière chance.

et celà est inédit...

tentez donc fortune en ma compagnie,
s'il vous en plait...
YaHAAAA!!!!! said…
YaHAAAAAAAAAAAAAA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Bazar said…
mou-roir...
Art, pas Bazar said…
bi-zar...
petit nounours said…
or-voir...
Accent du Noir said…
val-star...
Kake la Tête said…
pi-nard...
Trop Tard said…
mo-tard...
Fêtard said…
col-tard...
Tiroir said…
fer-moir...
jifé said…
hé!

pst!

écoute un peu celle là :

"maintenant que j'aie mangée la révolution,
je vais aller faire le poulet"...

haha!
Blagagogo said…
devinette :

- je suis les initiales de Pierre Tchernia, qui suis-je ?
- hébé, je sais pas...
- P.T.
Prout l'indien said…
heu, j'ai pas compris la dernière blague...
Chat-Man 735 said…
normal,
vu que c'était pas une blague,
mais une devinette,
imbécile...
vous devriez faire attention à moins lacher de toutes vos émanations,
parce que ça devient suffocant,
à la longue, les gars...

et les filles, aussi,
en plus, qui s'y mettent maintenant,
depuis qu'elles ont acquis le droit de vote...
oui,
c'est vrai,
et même sans mitraillette...
c'était pas une mauvaise idée,
l'utilisation de l'imparfait du subjonctif.

moi, quand je l'utilise, ça me vient "comme une envie de chier",
naturellement, quoi...
et pourtant, j'ai jamais étudiée la conjugaison que de manière...

disons, "comme une éponge"...

enfin...

peut-être que je relirai ton bouquin un jour, à tête reposée...
il était plutôt bon, d'après ce que j'en aie retenu.

par contre, celui sur michael gira était vraiment trop imprégné de notre fourbi de concurrence déloyale personnelle, et j'avais trouvé ça regrettable. et puis, décevant, en ce qui concernait les informations relatives à la biographie de michael. on n'apprenait pas grand chose de plus que ce qu'on aurait pu imaginer. puis ça suivait trop la linéarité de l'histoire discographique du groupe... dommage, le sujet était intéressant... faudrait peut-être étudier une seconde version, à la fois plus épurée et plus documentée... tes livres font souvent penser à un brouillon qu'à une oeuvre finie, en fait... ce qu'ils ont d'intéressant, c'est leur empreinte personnelle.
puis ton style est vraiment "industriel", à l'instar de la musique que tu décris. ça fait penser à un houellebecq qui se serait tondu le crâne, les cheveux et l'intérieur de la tête avec, aussi, et qui au lieu de s'envoyer des euphorisants et des cocktails de vodka-valium pendant la rédaction de l'oeuvre, aurait simplement laissé sa tension nerveuse l'inspirer sur le moment, entre deux verres d'eau et un bol d'air imprégné de l'évaporation du groudon en été, ou d'autres trucs en hiver...
Sanda said…
mais je me demande pourquoi je me fais encore chier à écrire tout ça, vu que tu l'as déjà lu y'a une vingtaine d'années, mednan...
sans compter la ou les dernières versions, qui doivent dater de deux ou trois ans déjà...
Electric Chips said…
puis "vas te faire voir chez les grecs, les anthropopithèques", comme dirait l'autre ravagée...
Bapou said…
et Corine alors, elle a vraiment suivi ce stage de dressage de chiens de traineau, finalement, alors, oupa ?
vais me faire des oeufs durs. pendant longtemps, j'ai achetés les oeufs qu'en barquettes de six. parce que je les mangeais toujours en omelettes, de 3 oeufs chacune, et hop! et plus rarement sous formes d'oeufs au plat. (et jamais à la coque, parce que c'est trop chiant...)... mais depuis que je me suis mis à faire des oeufs durs, j'achète des barquettes de 12... tu te les fais cuire, tranquille, par 4, 5, bref... un assez bon paquet, puis tu fous ça au frigo, en attendant d'avoir envie de les gober... "ça se mange sans faim", comme aurait dit Anémone dans "le père noël est une ordure"...
oui, mais ça, c'est parce que tu n'es pas le bon dieu,
vu que t'es beaucoup mieux...
Cousine Machine said…
bonjour, je suis la femme de qui vous savez...

alors, ça baigne les garçons ?
Arno Noiret said…
bof...

si on peut appeler ça baigner, hein ?
RAGNAROK 2 said…
never triste
a strein'jeur...
je me suffis à moi-maime,
perso...
je vais péter ce lampadaire,
y m'énerve,
il est trop gros,
y prend trop de place...
Gros-maigre said…
je crois que j'ai avalés trop de graviers...

c'est pas bon pour mon gésier...
- c'est quoi la différence entre P et T ?
- les PTT ?
- Ha, tu la connaissais ?
- Oui, comme tout le monde...
- Et pourtant, je viens de l'inventer...
- c'est possible... mais c'est juste que tu ne dois pas être le premier dans ce cas...
vous n'auriez pas vu le loup blanc ?
non, mais fais attention quand même,
parce qu'il est juste derrière toi...
oui.

bon...

ben il est l'heure de quitter...

je crois que je vais aller m'écouter une compilation des hits de marie laforêt en buvant du jus d'orange...
sans rien said…
oui, mais toi,
c'est quoi ta spécialité ?
jipe said…
ma spécialité,
c'est la réalité.
Sound Garden said…
va falloir assumer, "mednan".
Il est 15 heures. C'est samedi. Je commence à picoler.



j'ai raté le coche avec isabelle. Comme avec toutes les autres avant elle. Dommage. C'était un sacré ticket, pourtant, ce coup là. Comme les autres avant elle. Sasha était pas mal... puis j'en ai oublié tout un paquet en cours de route, c'est sûr. Et elles aussi ont dû m'oublier. Nadège, virginie, Chantal... et Kate... j'ai même fini par me vider de MC. Qui l'aurait cru ? À une époque, ça paraissait tellement indélébile, et pourtant... comment j'ai fait pour en arriver là ?
En parallèle, le frère de cœur a l'air de bien s'en sortir de son côté, vu que sa femme me tire la tronche, maintenant. Elle aussi. Le mien s'assèche, le sien fleurit ? Une des lois de l'équilibre selon les étoiles. Mais entre les étoiles, ça s'appelle comment ? Peut-être que c'est là, le temps. Ce qu'y a entre les étoiles. Là ou je suis. Eux, ils se renvoient leurs lumières, et moi, ils me traversent comme si j'étais du beurre, et j'attends. Un peu comme elle. Son ennui.
C'est peut-être ça l'amour. L'ennui. Ou l'attente contenu dedans. Qui finit par devenir rien, à la longue. Ouais. On est pareil elle et moi. On veut pas de bébé.



et à force de vouloir s'inventer une nature, on en arrive ou ? À douter de tout ? C'est quand on est sous pression qu'on finit par se prendre pour un champion. Mais quand tout se dégonfle. Prout. Vieux avant l'age. Ou quelque chose comme toujours. Comme même pas né. Quelque part. On devient soi-même le trajet d'un voyage qu'on accomplit en dehors de tout. Comme le passager. Puis plus rien n'est ésotérique, quand les médiums se sont chargés de vous gober L’ADN « jusqu'à la dernière goutte », comme disait l'autre. Et qu'est-ce que tu crois qu'ils en ont fait de ma semence ? Faut sûrement que je me cherche en dehors de moi, maintenant que chuis tout sec.



et y'a pas de pose d'artiste, ou d'incarnation de théâtre. De toute façon, même en cours de théâtre, j'étais incapable de jouer à autre chose que moi-même. Et moi, c'était un fœtus. Y'avait que par le son que j'arrivais à me soulever au milieu d'autres humains. Mais du sens, y'en avait jamais. Y'avait que l'oubli de la drogue, en échos au mensonge des conversations auxquelles je comprenais que dalle. Et leurs motivations... m'a toujours semblé qu'ils étaient tous perchés. Et moi, au milieu, tout seul. En dehors. Et quand je les imitais, je devenais un autre. C'était peut-être ça, la clé. Savoir camper un personnage, et s'en tenir à ça.
Mon cerveau ne fonctionne pas comme ceux de ceux qui sont habitués à communiquer, et pour qui c'est une norme. Et qui savent éviter les pièges. Et même, en tendre. Mais j'avais compris déjà assez tôt que même quand on ne voulait pas tendre de piège, on le faisait quand même, inconsciemment. Voilà à quoi servait l'intelligence. En fait, je suis pas différent. Juste atrophié. Y'a toujours eu ce bloc de résistance en moi, qui m'a coulé très tôt socialement. Un truc qui disait non, tout en sachant que cela ne menait à rien de vrai. Ou de valable. Que c'était pas ça la vie. Et pourtant... mais ça me venait d’où ? ça... je ne sais toujours pas. Ou alors, peut-être, tout simplement, de la peur.

Oui, de la peur. Tout simplement. La peur d'exister. Je suis un enfant de la peur. Je ne suis jamais né.




Et dans l'absolu, toutes ces choses écrites sont diluées, et dénuées de tout. Et il suffirait d'un ricanement bien placé pour me le faire sentir. Mais je crains qu'aujourd'hui, même les ricanements des anges ne suffisent plus à perturber ce bloc de ciment mental que la résistance à scellé peu à peu sur mes affects. Et le seul échappatoire au renfermement ultime restait le désir. Aussi ma maladie actuelle est-elle justement ce manque de désir, sans lequel plus rien n'existe.



Ce danger mort en apparence, et que je ne vais plus provoquer. Parce que cela n'est plus de mon age. Moi l'enfant mort-né. Adulte usé. Déjà né avant les autres, et qui avait tout vu. Mémoire contenue et stérile. Sorcier. Boursouflé par l'ignorance. Le refus. Le bloc. Mémoire muette. Tuée. Vivante. Que des mots. Que des mots et plus rien. Plus rien en face. Sinon les murs de la tanière, et la mémoire jetée en pâture aux organisateurs du vivant parodique incarné. Mon oubli. Avec en plus, l'écrasement progressif de tous les fantômes possibles. L’absorption dans le bloc illusoire de l'oubli. Scellé. Scellé encore. Non. Toujours en position de refus. L'être se ratatinant sur lui-même, de plus en plus oublié. Au narcissisme flétri.



Quand j'écoutais, mon défaut était de ne jamais me laisser d'espace en dehors de l'autre. Ou de chercher à adhérer à quelque chose de toujours injoignable. Je paniquais. Encore la peur. Je désirais le corps qui me parlait. Et je culpabilisais. Le sexe. Les mots restaient secondaires. Le désir de l'autre, même quand il n'était pas là, restait une hantise du possible. Et eux... ils n'étaient pas comme ça, ou... ils savaient fermer les portes de la conscience. En eux. Mais pouvaient me pénétrer à chaque instant...



Tu comprends ce que je te dis, toi ? Là-bas, perdue dans l'espace temps. Oui. Je sais que nous nous sommes parlé, sans même que j'ai eu conscience de ton existence. Je suis le chat. Mais aujourd'hui, tout semble fini. Et moi, je n'aurais compris mon véritable rôle que quand il fut trop tard. Mais il est vrai aussi que la conscience de ce pouvoir altérait ma fonction. La conscience altère la fonction du chat. Qui doit se fier à... sa seule intuition. Le monde des rêves. Que les machines ont souillé.
La punition. C'est la conscience. Quand le refus n'est plus assez fort. Et que l'illusion n'a plus d'effet. La mort du voyage. Et aujourd'hui je bénis le temps de ma folie. Et je suis nostalgique de celui de mon esclavage. Quand on se riait de moi. Quand on me manipulait. Quand on jouait avec mes nerfs, mon sexe. Mon argent. Ma vie. Aujourd'hui il n'y a plus d'esprit dans le monde. Il n'y a plus de confusion. De vision. Je n'ai plus de rôle. Et je ne veux plus rien.



Je les croise. Et eux aussi. Ils meurent. Nous sommes repérés, les amis. Amis geôliers. Ça va ? Ma famille à moi. Anarchie, anarchie, les images... tu vas faire du cinéma maintenant ? Oui. Tu veux que je t'écrives un scénario du tonnerre ? Pourquoi on a pas pris l'autre route ? Celle qui n'existait pas ?




Anarchie. Ça veut dire quoi ? Un poème du tac-o-tac ? Tu m'as enfermé dans l'ordinateur de la police de l'ordre ? Il n'y a plus rien, ici, tu sais ? Sinon le pouvoir d'achat... ta vengeance ? Ils attendent que je sois trop vieux. Que je fasse 50 ans et que je crève. Moi ? C'est de ma faute, j'ai trop gueulé. Et Ferré était avec eux, je te l'avais dit. Mais nous aussi, tu sais. « ils sont déjà là », je te disais. Tu te souviens ? Et eux, ils sont qui ? Je n'en sais rien.



et tu sais ce qui nous a tué ?
C'était de vouloir une retraite confortable, et bien mérité, après toutes ces années de labeur.
Mais je l'ai déjà dit...
et aujourd'hui, je n'ai plus envie de musique.
Ni de crever le plafond.

Parce que ma pauvre mère mérite bien un peu de repos.
La retraite...
une bien belle connerie.

Un dérivé de l'idée qu'ils devaient se faire du paradis...
tous ces soit-disant athées..
mais qui étaient près à sacrifier ma jeunesse pour arriver à atteindre le but qu'ils s'étaient fixés, après avoir eux-même bien voyagé...

mais moi ?
Dans tout ça ?

Et dire que vos fils sont comme vous...

sales cons.

« le nain de Stalingrad se lass'...

les « scellés », je pense que ça me vient de « comme un chien dans un cimetière, le 14 juillet ».
« j'ai mis les scellés sur mon cœur », remonte moi mes oreillers...
c'était plutôt bien inspiré. J'ai peut-être plus d'amis sur Dijon qu'à Auch...
à Auch, ils forment les terroristes de la police de la pensée, dont je fus l'un des ersatz...
alors que dans le jura, y'a encore quelques montagnes dans lesquelles crapahuter...
jurassik park, c'était bien vu ça aussi... la résurrection des dinosaures...
ils étaient déjà vieux avant de vivre, je l'avais dit à Malika...
et ma-mère, qu'est ce qu'elle en pense ?

je pense que si tu pars là-bas tout seul, tu vas te faire charcuter.
Par les tronçonneuses de la-tuile ?
Qui sait ?
Peut-être le nain de Stanislas Michalski...
Encore un polonais !!


« ...t'as raison, tu rigoles, quand tu regardes le pape, ton cousin de Pologne, saluer tous ses fidèles, dans un chariot blindé... »... Michel Sardou aussi était anarchiste, en fait....



Moi, je crois que si mon oncle se méfiait (apparemment) des anarchistes, c'est qu'il savait qu'en France, la plupart d'entre eux servaient le pouvoir occulte de la droite monarchiste obscurément au commandes, ici, celui qui attend que tu ailles te faire charcuter par les tronçonneuses de la-tuile et de lionel l'enfant de argento et du culte du gore en vidéo à sa place, je me trumpe ?

On attend juste que tu la trempes...
Merci virginie.



Tu sais, je crois qu'elle s'en fout ROYALEMENT que je la respectes. Tout ce qu'elle veut, au fond, c'est me faire exploser les couilles. Comme Emmanuelle Singer...
La machine à coudre ?
Ouala...
Possible... mais ça nous dit toujours pas qui a volée l'écharpe que t'avait tricotée Marie-Charlotte, en plein hiver...
ça... je sais pas encore... mais je crois que ça venait du nord-ouest...



ANOMALY of ELLE....

merchi, nous revoualou...



« méfie toi de bunuel, quelque part, il est pire que bergman, cet animal... » (mon salvador perso).



BIENTOT,
ENCADRé SUR TOUS VOS MURS-éCRANS DE LA POLICE DE LA SAMPLéE MUNICIPALE
(du ventilateur tout en te faisant l'amour dans une baignoire remplie de choucroute garnie) :

LE PIRE
OU LE MEILLEUR
A TOI DE CHOISIR

un film réalisé par de pseudo travelos brésiliens 100% gascons non dénués de couilles plates comme des crêpes à la chandeleur, en Irlande...

en streaming sur Susmab36millechandelles.com.fr
dès ce soir, et gratis
...
lamachine said…
j'aime toujours mike oldfield,
parce que ça me rappelle les vacances avec mes cousines dans les années 80,
katia et sarah...

en espagne, ou à paulhiac...

si tu pouvais m'effacer ça aussi...

après, je serai tout propre, et je pourrais servir ton projet d'assassinat de l'univers tout entier sans plus jamais ressentir aucun scrupule.

merchi
....

ben...

jipe...

désolé, mais on peut pas encore effacer mike oldfield...
mais on y travaille...
jipe said…
bon, ben laisse tomber alors.

on garde mike olfield.
je pense que c'est un signe.

laisse tout tomber,
va prendre une douche,
peigne toi les cheveux,
un verre de lait et au lit.

bise.
d'accord mon poussin.

bonne nuit.

a demain.
jipe said…
à demain, prunerone.

pas de bêtise.
ouais, y'a du costes dans le message,
puis c'est une analyse du monde alter-raisonnable dans le quel les flics et les militaires, qui sont plus forts que nous, les hippies, nous enferment jour après jour, depuis que cohn-bendith s'est fait traiter de pédophile par marine le pen devant tout le monde à la télévision...

alors je pense qu'on va la garder...
hippie-brutal said…
en même temps, je sais pas si t'as la video, mais au moment même ou elle prononce son accusation abusive, on sent bien dans le regard de marine qu'elle est consciente de "sacrifier son âme" sur l'autel de la politique petsarculaire...

je sais pas...

kess t'en penses ?
Alien K Dick said…
oui, mais bon,
ça serait comme avouer qu'elle serait encore humaine,
quelque part,
et ça,
je pense pas que ça arrangerait pas notre bizness...

chépas, faut voir...
il est excellent thiéfaine, il me fait oublier tous ces cons qui m'envoient acheter du whisky à intermarché, quand ils sont dans un trip de pouvoir, et qu'ils me prennent pour une merde à leur service...

étoile noire

sympathy for the shaman, signé les pierres qui routent
oui, mébon,
ça te dirait pas de prendre un abonement définif chez eurolive,
jipe ?
jipe said…
nein, bénoït.

cé contre ma morale de prince-hype,
fréro.

(y'a encore de l'espoir, la preuve, c'est qu'y refusent encore du monde)
critique de la critique
jusqu'à la victoire de l'anomie totale!!!

seule voie!!!
je vois vraiment pas ce qui vous inquiète...

keskya?

t'as tes règ'?
je pense que si tu te présentais devant mes yeux morts,
ce soir,
peut-être qu'ils esquisseraient le mensonge d'une volonté de te vouloir encore,
sur mes paupières,
lourdes comme la pesanteur du ciel,
enfermé dans la cave
avec tout ça
on en oublierait presque la petite fille nue du viet nam sous les bombes
et ça
c'est dégueulasse,
je pense.
c'était dégueulasse avant...

je dirai, pluto

et celà le reste encore, mais...

tu sais, il y a tellement d'endroits possible et encore à notre portée,
dans ce monde, non ?
catherine ringer...

j'aurais pu l'aimer,
si elle m'avait accepté...

mais c'est vite dit,
faut dire...

mais c'est peut-être à elle de faire un effort,
mednan que fred est décédé, comme le chanteur des négresses vertes, mais pas celui des pogues, à côté, miraculeusement :

http://i48.servimg.com/u/f48/16/68/80/56/image012.jpg
CdC--- VIK said…
je regrette un peu quand même qu'entre moi et terry,
ça n'ait pas pu marcher,
et tout ça,
juste à cause des pales des ventilatueurs géants, mais faut dire...

que philippe noiret fut mon ami, des temps...

comme sur les tournages des films de bertrand tagagné...

(RIRES DéCUpléS par les inoMbrables échos du néant environant...
tu sais, jean-philippe,
tu es tellement con,
que j'en arriverais presque à t'aimer,
parfois...
jipe said…
hébé, moi,
tu sais,
je trouve que tes livres sont vraiment à chier...

mais toi...

qu'est-ce que t'attends pour te jeter dans mes bras avec tes cheveux,
et ta bouche ?

hein ?

pi y'a un tube de catherine en lien... bise à lionel...
tu sais, jipe...

enfin, j'aime pas trop ce sobriquet qu'ils te donnent tous, ces blaireaux, mébon, bref... on va le faire...

et donc, jipe...

t'as des nouvelles de charlotte gainsbourg ?
et de asia argento ?
THEE jipe said…
ben, elles sont sur la liste des speakrines qui sont sensées être potentiellement exploitées dans les prochains joachim trier, mais...

tu vas pas bien en ce moment ou quoi ?

pourquoi tu m'appelles VRAIMENT ?

isabelle a eu une autre fausse couche, comme violette nozière ???
et ce malgré, la mör de claude ???
je suis converti,
tu crois ?

ou j'ai encore la chance de me débrouiller ?

(l'apitoiement comme une puissance débile de la réflexion extanguible... ne me sauve pas, je vaux mieux qu'eux mais j'ai trop honte de me l'avouer à toi-même...
t'es morte
marie-charlotte

en moi.

FIN
j'te pète kan tu veux, l'anus ou le cou,
ou les frites de brel dans jefff!!!!
l'antiprintemps se meurt
bébé...

la sélection a duré...

ce soir...

j'annonce sa möR...
je me soule toutes les nuits
avec tout ce qui passe

mais je suis pas le mec dont tu parles dans la chanson
car je garde mon histoire personnellle
MONSIEUR
jipe said…
pour philippe aguero,
l'un des rares amis véritables que j'aie JAMAIS eu dans la vie ;

https://www.youtube.com/watch?v=w-SDYnKpzhA

ceci dit
jipe (re) said…
merci.

et c'est signé fabrice...
THANK you.

we will grow always in another form,
you cunt.

caus we are

haha!

narchy, bb
gg jipe (FORCE) said…
and joachim trier is just a fuckin paranoid cunt ov his own...

and do not find thee words, thank you, ariel wizman...
j'emmerde andré arpayan, un ancien collègue de boulot,
car il pu la propreté du humble soumis...

et bertrand tavernier sait très bien ou je veux en venir...
dans l'avenir...

d'abord!!!!
kim gordon is just a fucked cunt without true desire
ouais, j'ai lue la bible,
et depuis,
je suis indestructible...
Ultime Atome said…
...

alors ?

...

on fait quoi maintenant ?
j'ai essayé d'expliquer à ma mère à quel point vous étiez cons et pourris, mais elle ne veut toujours pas comprendre... du coup, je suis obligé d'en conclure qu'elle est dans votre camps... et tu sais, ce que vous appelez "réalité", c'est juste la vie telle qu'elle est APRèS que vous l'ayez dégueulassée en la rendant pire... alors pouet-pouet...

FIN.
et tu sais pourquoi les humains sont encore trop nombreux à être aussi méchants et aussi cons ? pas parce que c'est nécessaire, ni que c'est forcément leur nature de base, comme on leur apprend à l'école, mais par habitude...

(te quiero, ksskss!)
jipe colucci said…
puis les pauvres crétins que les gardiens de l'ordre médiatique envoient faire péter des bombes aux quatre coins de Paris, on pourrait AU MOINS leur garantir des vacances ad vitam aux seychelles ou aux canaries, après leurs attentats, pour leurs retraites, mais tu sais ou ils finissent, à la fin ?

en taule... et en plus, c'est même pas eux!!! mais par contre, les vrais terroristes, eux, ben ils habitent ici :

http://www.sortiesdvd.com/itunesimages/film/11357.jpg

alors dans ces conditions, je pense qu'il vaut mieux se trouver un travail honnête, dans la médecine, par exemple, ou ses dérivés, et se contenter de manger bio, et de baiser à heures fixes, sans quoi, tu finirais par perturber le champs de rayonnement électromagnétique des radars humains de tout le quartier...
mais comme je l'ai déjà dit, le problème de ces gens, c'est qu'ils sont trop intelligents pour se rendre compte à quel point ils sont devenus cons! et que maintenant qu'ils ont aussi mis leurs gamins dans le bain, ben c'est pas près de péricliter...

voilà.

puis ton chewing-gum, c'est à ton mec, ou plutôt, à ses amis ou à ses profs qu'il aurait fallu le donner... non ?

mais comme tu es devenue comme eux, ben... adieu
jipe le radis said…
c'est comme nathalie scatolon.. une fois, elle m'avait sorti que le fantasme de tous les mecs, sans aucune exception, c'était de s'appeler INGMAR, comme BERGMAN, et ses ancêtres VIKINGS. et que j'étais pareil. et même si elle avait fini par admettre que mon trip personnel était plutôt de m'appeler ADELE EXARCHOPOULOS, au moins sur le moment, ben elle m'avait prédit : "ben non. tu verras, tu finiras par vouloir t'appeler INGMAR, comme tous les autres, et à t'habiller en noir, comme un corbeau qui porterait le deuil de la mort, et tu te souviendras de ce que je te dis, et que j'avais raison. et que ça existe bel et bien, la magie, même si tu n'y crois pas..." et donc, même si je ne veux plus m'appeler INGMAR, même si celà m'arrive encore parfois, ben je pense qu'elle a gagné... au moins en partie... mais c'est vrai que les pégasses dans son genre, ça manque pas... c'est sûr... et que donc, elle n'a rien d'une exception, et aurait tout aussi bien pu s'appeler virginie rolando, virginie despentes, sophie delor, sophie davant, sophie marceau, ou sophie pegaz-blanc... et même, isabelle martinet!! ou carrément : tania young!! brigitte fossey, brigitte duphil, brigitte lahaie... ou INGRIIIIIIIIIIIIIIID!!!!!!!!!
ben, moi aussi j'aurais bien aimé m'appeler ADELE EXARCHOPOULOS, dans une autre vie, et puis tu vois, tu m'as pas mal inspiré dans les choix de mon nouveau style vestimentaire et du sens dans lequel je peigne mes poils, désormais, si ça peut te soulager...

mais bon, allé, tCHAO! me casse aux bahamas, avec une nana que j'ai croisé aux baléares!!
Sophie said…
bon, jean-philippe, je ne crois pas que ce soit une bonne idée de laisser les derniers mots à alain, alors j'ai décidé de m'en charger moi-même, voilà. promets moi juste de ne plus rien rajouter après ça, c'est tout... ou plutôt, non, que je suis bête! ne me promets rien, mais ne rajoutes rien, c'est tout... voilà et... ben...

c'est un ordre, voilà...
jipe said…
non.

touche-toi.
HA!
quand je te disais que c'était de ta faute,
si elle était devenue anorexique!!!

HAHA!

alors, j'étais pas loin, non ?
jipe said…
pas loin, en effet,
vu que c'est de ta faute à toi, blaireau.

et à l'autre, là, aussi...

celui qui se cache derrière les sapinettes...

allé, va fanculo!
Karl said…
en même temps,
l'anorexie,
ça a aussi ses petits charmes...
Avida Dallas said…
je dirais même plus,
comprendre l'anorexie,
c'est essentiel quand on veut prendre un rendez-vous avec l'histoire,
sans risquer d'être à la bourre,
ou d'arriver en retard à la gare...
non, pas forcément.

moi, je mange tellement de choucroute, par exemple,
que j'en ai toujours plein ma baignoire,
que j'ai installée sur trois petits réchauds à gaz de camping,
dans ma salle de bain,
et dans laquelle je fais l'amour avec mon mec :

http://www.yannyoro.com/photo/art/grande/6119941-9138736.jpg?v=1386540402

et plusieur fois par jour,
en plus...

mais y'a encore des jaloux qui prétendent que si je sors avec un noir,
c'est parce que je suis raciste...

alors que ce sont eux,
qui ont des petites bites...
oui,
c'est vrai que les mecs ont de petites bites.

et c'est pour ça que je préfère les meufs.
Chantal said…
moui...

ben moi,
finalement,
je préfère le whisky...
oui,
mais tu ne voudrais pas nous dire la météo,
avant ?
on parle pas la bouche pleine...
l'Ego said…
pour en revenir au terrorisme, c'est un peu simplet votre raisonnement en ce qui concerne les seychelles, même si dans un certains sens, il est vrai que parfois, ce ne sont pas les bonnes personnes qui finissent en prison. mais ce que je crois, c'est que les individus à qui l'on propose de faire ces si vilaines choses, ont aussi le droit de refuser, et que ce sera leur choix mais surtout, la manière d'accomplir la mission dont elles auront été chargées qui définiront le degré de mérite qui leur sera plus tard attribué sur leur échelle karmique personnelle de la voie vers l'excellence...
Gaulé said…
tu devrais pas poster tes textes sans avoir pris la peine de les avoir bien relus, parce que souvent, y'a des erreurs qui s'imiscent dans la syntaxe, et qui dégradent la valeur du message d'origine... et je pense que c'est dommage...
c'est vrai,
mais celà ne doit pour autant vous faire oublier notre rendez-vous,
le 4 avril...

M'enfin!!

je compte sur vous!!!
FIN said…
M'enFIN!
NOUNOURS said…
en fait, adele exarchopoulos,
elle ressemble à une biche,
ou une gazelle,
mais en un petit peu plus joufflue...

et ça vient du regard, en fait...

même si à la réflexion,
maintenant,
elle me fait plutôt penser à un grizzli...
Le Paresseux said…
en même temps, dans le Péloponnèse, selon mon encyclopédie, on aurait recensé des lapins, des mulots, des renards, des ânes, des sangliers, des taureaux, des chèvres, des bouquetins, des mouflons, plusieurs races de chauve-souris, des écureuils, des souris, et effectivement, comme ta première intuition nous l'avait insinué, quelques espèces de chevreuils, mais malheureusement, aucun ours, ni panda, et encore moins de grizzli...
même pendant la période glaciare de würm ?
le vrai jipe said…
je sais pas, mais je peux téléphoner au département d'archéologie pour avoir plus de précision, si tu veux, j'ai un ami qui travaille là-bas...

Popular posts from this blog

PAS GRAVE (TON MAGAZINE RELATIVISTE)