DE RETOUR APRÈS LA PAUSE

Kamarades. Voici un ready-made formaliste, chié en deux minutes et qui illustre à la fois l’état actuel de mon blog en jachère, et celui de mon esprit en friche.Manquer d’idée n’est pas un mal. C’est même une vacance. Mais mieux vaut ne pas en parler, Comme disait Michel-Ange à son disciple Giuliano Bugiardini en panne d’inspiration: ¨Ah! Reviens-en, calice!¨
 Bye


Comments

last apparition of a jip said…
oui, voilà, A-dieu

que dieu vous garde!
tash marroïn said…
j'allais écrire "FRANZ, ça m'évoque le petit nain égocentrique incarné par Harry Earles, et entiché de cette monstrueuse blonde mÔvaise et vampirique, dans "Freaks" de Tod Browning, mais lmalheureusement, en vérifiant, je me suis aperçu que son vrai prénom (dans le film) était Hans, et non pas Franz..." alors du coup, j'ai laissé tomber...
anse said…
en même temps, FRANZ, ça fait pas penser à FRANCE, alors que pourtant, c'est quasiment la même phonétique, juste à part la fin...
mince said…
parle pour toi.

car de mon point de vue, Franz me fait toujours penser à la France, car j'ai été étudiante, et dans les années 80, j'ai vécu à paris, et là-bas j'ai été amoureuse assez folle d'une certaine monika, dont le concubin s'appelait alors Franz, avant de changer son prénom en Olivier, ainsi que de visage.
chapomme said…
Olivier, moi, ça me fait penser à la bible, jésus, tout ça, le mont des oliviers, les olives, les amandes, les amandiers...
autre personnage said…
pas moi, mais je ne te dirai pas pour quelle raison, ni à quoi celà me fait penser. alors n'insiste pas.
fin analyste said…
moi, je pense que lorsque La Rouge a prononcé "Toute la ménagerie s’inquiétait. Tu vas bien?" en début des commentaires de ce post, c'était pour suggérer à jp de télécharger "Freaks, la monstrueuse parade" et de regarder ce film, et alors, La Rouge aurait pu sonder les émotions ressenties par jp lors de la projection, et s'en servir contre lui plus tard, comme preuve de sa réception répulsive de certaines choses dont il aurait pu parfois publiquement soutenir le contraire...
galipette sombre said…
c'est fort bien possible, monsieur.
vieille dame maquillée en pierrot de la lune said…
as-tu entendu parler de cet appareil qui permettrait de télécharger les émotions ressenties par des gens, et de se les importer dans le corps à l'aide de certaines installations électroniques miniatures, afin de mieux comprendre les sentiments des autres ?
intime said…
oui, ça fait peur. car je n'aimerais pas dutout que l'on découvre certains secrets de ma vie privée au grand public...
insinuation vicieuse said…
huhuhu!

tu aurais donc des choses à NOUS cacher ?

tiens, tiens, tiens... sans vouloir te suspecter le moins du monde, il me semble pourtant plutôt bizarre que celà en soit ainsi... vous ne croyez pas les amis ?
les amis said…
si, biensur, mais maintenant que tu en parles + long silence plein de lourdeur
stupeur said…
!
cacafouillage autocontemplateur said…
moi, je pense que quand flaquemort dit qu'il a besoin de boris vian, c'est pour faire bisquer les gens optusément anti-surréalistes comme certains convertis à la plus pure tradition d'efficacité par leurs maîtres eunuques stériles.
flaquemort said…
non, pas dutout. mais c'est juste parce que maintenant que le monde est plutôt infinitésitalement changé de fond en comble, les choses ne peuvent plus être comme avant, c'est tout. mais pourtant, il reste le désir du rêve merveilleux, un peu comme dans la séquence étrange de cocteau, dans "la belle et la bête", quand les choses sont tournées à l'envers, ou que c'est par l'appui d'un silence soudain que le vieux voyageur (père de la belle) au début du film, exprime son ressenti facial de stupeur avec plus d'envergure, comme s'il se transformait alors lui-même en une sorte de grappes de cheveux dressés d'effroi sur une tête de chair de poule...
cacafouillage autocontemplateur said…
bien, si vous le prétendez, alors, je veux bien le croire.
remplaçant de LA clotilde said…
et il avait beau être sincère (enfin, c'est pas prouvé mais après tout, OUAÏnot), le public, lui, restait bien malheureusement "libre" de se sélectioner un choix apparementement "personnel" des choses, malgré que tout fut truqué afin d'aboutir dans un sens déjà prédéfini à l'avance, mais dont le doute ressenti par certaines entitées entretenaient encore un quelconque semblant "d'alternativement possible", malgré la résistance des instances du pouvoir obscur en place, et caché, comme sommeillant sur un seul oeil, ouïes aux aguets, narines alertes, épiderme en proie aux variations nombreuses des stimulis vibratoires...
triste sire said…
je n'ai pas envie d'aller voir le remake de "la belle et la bête", avec vincent cassel, au cinéma, car cet acteur, bien que talentueux, a tendance à sérieusement m'agacer, en interview chez drucker.
plein de gens (pour faire des économies et casser le marché) said…
oui, nous non plus nous n'irons pas voir ce film, mais nous allons plutôt télécharger son ancienne version, car elle est bien plus belle, de toute façon...
héhéhéhéhéhé said…
jp me manque.
plein de gens, un peu partout dans le monde said…
oui, nous aussi, mais il a fait son choix, et nous ne pouvons que respecter son choix de retrait du monde de par sa propre volonté d'indépendance si profondemént ancrée en son coeur de pierre sentimentalement poreux...

son choix est noble, et plein de sagesse.
inexpugnable solitude du solitaire endurci profondément said…
oui, j'allais le dire, unanimement.
Anonymous said…
FIN
Anonymous said…
FON
Anonymous said…
FAN, FUN
337 said…
trois-cent trente sept
trois-cent trente sept said…
oui ?
337 said…
rienrien...
gamelle d'argent said…
depuis que La Rouge a changée la couleur de fond de son blogue, en remplaçant le rouge par du gris, je me sens plus en sécurité dans ma vie, et moins travaillé par les inquiétudes à propos du possible...
un poing said…
l'environement direct, ça compte beaucoup pour le moral...
lafon Te D naije said…
oui, et c'est pour cette raison que beaucoup de murs des villes sont gris, parce que celà permet au gens de s'ennuyer, et de rester moroses, de ne "pas avoir le moral", sans quoi, ils feraient tout le temps la java, et l'hiver venu, se retrouveraient sans rien dutout à manger, comme des cigales...
Ed Norris said…
edzact
contradictoire java said…
je suis pas d'accord. moi, je crois au contraire que si les gens font trop la java, c'est justement parce qu'ils s'ennuient trop, au contraire, comme quand on n'a pas de sou, rien à faire, au chomage, et personne ou aller...

alors comme l'alcool coute trop cher, ou commande des cafés allongés qu'on fait durer, durer, le plus longtemps possible, à l'intérieur du bar ou il fait chaud, pas comme dehors, ou chez soi, sans électricité ni chauffage...
vieux voyageur au profil sec, muni de gros mollets velus said…
dans les établissemnts de restauration américains, parfois, le café est quasiment gratuit, car l'on ne paie que la première tasse, et après, c'est "a volonté"...
glaçon moqueur said…
les américains sont mieux que les autres. et ainsi, il reste de l'argent à mettre dans le jukebox, pour danser, grace aux effets de la caféine, mélangés à ceux des nicotines stimulantes, et coordonnées en effets sur les nerfs, et la respiration cardiaque...
ici said…
oui.

allez, je vais partir à new-york, comme higelin dans bbh 75. ou plutôt, aller attendre suzy sur la banquette du jumbo jet tout déglingué, s'il est encore là-bas, dans dix ans, comme là-bas...
le remplaçant said…
mais suzy n'avait pas pris le bon avion, et avait dû être déchargée en plein vol, car l'on n'acceptait pas les passagers clandestins. et elle était en train de tomber... tomber, tomber... mais heureusement (pour le moment), les bourrasques de certains courants d'air chauds étaient tellement fortes qu'elles finissaient par la renvoyer vers le haut, et elle avait des gateaux du genre barquettes aux fraises et un sandwich au paté-salade dans son sac à dos, ainsi que des petits cubis miniatures de jus de pomme aec des pailles... et elle commençait à savoir voler, en se concentrant sur l'air et l'intuition de pesanteur absolue, ce qui lui permettait d'envisager l'avenir avec une certaine dose à première vue salement incongrue de positivité...

fin
réponse au monde said…
Rougette et La Raie on contribué à progressivement désolidariser jp du reste du genre humain en le contrariant de manière harceleusement invisible depuis l'origine de ses premiers jours jusqu'à sa fuite de la société d'aujourd'hui. elles ont aussi idéologiquement détruites toutes traces de socialisme "rebelle" en inspectant chaque petite fibre de parcelle échaffaudant sa structure métabolique, et en utilisant l'acide chimique sécrété par les glandes de la peur et de la haine, afin d'obtenir un produit répondant aux normes de leurs besoins propres...
grand-mère (grammaire, mamelles) said…
la société idéale selon Rougette et La Raie, serait un monde dans lequel les humains males seraient devenus des esclaves haineux et remplis de terreur angoissante au service d'une caste vengeresse de femmes végétariennes adeptes de méditation transcendentale et de techniques naturelles de réincarnations inspirées par le bouddhisme zen tibétain et les shamanismes sibériens et ouïgours. mais elle ne sont pas encore arrivées à leur fin. heureusement pour NOUS.

à suivre...
un plan unique, respect des normes said…
c'est bizarre ce que tu dis, vu que Rougette et La Raie sont des males...
gars strique said…
non, c'est tout à fait normal, dans leur propre cas. mais le problème, ce serait plutôt jp...
un plan unique, respect des normes said…
Raigeoute et La Reine n'ont plus à s'occuper de jp, vu qu'il est désormais définitivement hors cadre, alors c'est quoi le problème, maintenant ?
BiP, tsoin said…
jp n'est pas mort, il est "sous-terre", nuance. mais son fantôme, lui, reste toujours vivant... comme figé dans l'apné des mémoires humaines et animales terriennes...
conklu zion said…
K & S ont fait un de ces excellents travaux dont ils restent toujours capables, et le ministère de la propagande les en remercie.

FIN
jean calmant (le mari de sa femme) said…
jp est pris dans l'ambre de la mémoire immortelle (pour le moment), des hommes sujets à certaines épidémies pandémiques...
cachet effervescent said…
certains avaient déjà avancée l'idée que la grippe de 1918, qui fit 100 millions de morts en son temps, avait été le résultat d'une sorte de régulation immunitaire de la planète terre, être vivant à part entière, aux secousses provoquées par les forts déséquilibres dus aux déflagration émises par le premier conflit mondial...
Le Remplaçant said…
mais ce n'était vraiment plus la peine d'insister, car tout le monde était parti boire de la tizane avant d'aller se coucher...

FIN
inpescteur gagjet said…
@ triste sire

vincent cassel n'est pas un bon acteur. son père, oui, mais pas lui. lui, il est juste un bon professionel efficace, mais n'arrive pas à se faire oublier lui-même, alors que de niro, lui, y parvient, et ce, malgré l'extraordinaire aura naturelle qu'il déploie. comme harvey keitel. al pacino, lui, n'a aucune aura, et surjoue très mal tous ses roles. surtout celui de phil spector, que je n'ai toujours pas vu.
triste sire said…
c'est vrai qu'al pacino surjoue très mal à peu près tous ses rôles, mais en même temps, chépas, mais il reste cependant uniquement émouvant, et en même temps, il m'énerve.
inpescteur gagjet said…
oui, il m'énerve à moi aussi, al pacino. et vincent cassel, lui, il donne l'impression d'être doté d'un ego surdimensioné dans la vraie vie, qui déborderait dans ses films, et il est très énervant lui aussi. c'est comme jerry lewis, il a énormément de talent, mais n'arrive pas à faire oublier le michel leeb en lui... mais il est vrai que je n'ai jamais vu qu'un seul film aec lui dans un rôle, et qui s'appelle "arizona dream"...
triste sire said…
haha! kusturica ?? le roi du navet flamboyant! du sous sergio leone surévalué par la presse humanitariste des années 90! ce qui sauvent ses films, ce sont ses acteurs. il a au moins le mérite d'être bien conseillé en matière de casting...
inpescteur gagjet said…
peut-être, mais en tous cas, celà ne m'enlèvera pas de l'idée que sonny rollins est largement moins pénible que john coltrane.
Ed Norris said…
edzact
Gaétan Béchamel-De-La-Houillère said…
en fait, on peut très bien "parler pour ne rien dire", tout en disant des choses. c'est même comme ça.
Edouard Sébastiano Della Compozicion said…
la plupart des gens parlent sans jamais rien dire, sauf ceux qui disent des choses en parlant, et qui sont légions.
relanceur de débat said…
johnny depp et alain chabat ont en commun un truc, lequel ?
Edouard Sébastiano Della Compozicion said…
ben ce sont d'excellents acteurs, qui ont selon moi en commun de n'être pas vraiment des acteurs. chabat, parce qu'il se transforme littéralement en véritable incarnation de son sujet, tout en insufflant SON style au personnage, la fameuse "dimension chabat" que même jean-pierre bacri lui envie. et johnny depp, lui, est un acteur qui joue un peu toujours son propre rôle dans les films, celui d'un adolescent un peu attardé qui aurait du mal à s'incruster dans la vie. faute d'une expérience virile de l'existence.
Emile Louis-Cartier-Deschamps said…
c'est aussi l'impression que donne Leonardo DiCaprio, qui parait toujours un peu adolescent, bien qu'il ait l'air beaucoup moins éféminé que johnny depp. et il m'énerve beaucoup plus que la moyenne des acteurs, avec sa petite gueule de jeune premier à qui tout réussit. mais pourtant, tu vois, dans le dernier tarantino, "Django Unchained" (le plus mÖvais tarantino jamais réalisé, selon moi), c'est peut-être lui qui vient sauver le film, avec son interprétation de ce propriétaire terrien esclavagiste hyper raciste et violent. bien que le rôle complémentaire de Samuel L. Jackson, dans la peau de cette sorte de vieil uncle ben's haineux et soumis jusqu'au sacrifice à son maître reste en quelque sorte indissociable du succès de leonardo, aec cet espèce de dialogue constant et intensément magique qui soude ce vieux couple indivisible et absolu.
Meussieur Oupa said…
et sinon, quelqu'un a été voir le duel stallone/de niro, oupa, alors ?
quelqu'un said…
non, personne.
Padakhor said…
@ Emile Louis-Cartier-Deschamps

je ne pense pas que Johhny Depp puisse être qualifié d'éféminé. au contraire, il a les yeux qui sentent le musc et la bête fauve, et il jouit d'une sensualité très masculine et animale, apparament inexpérimentée, oui, ça, je veux bien, mais à la fois irrémédiablement hétérosexuelle, sans ambivalence. et la maladresse attendrissante qu'il incarne souvent reste toujours inébranlablement masculine. alors je suis désolé, mais je ne suis pas d'accord.
EmileLouis-Cartier-Deschamps said…
oui, je suis bien d'accord avec toi. je m'étais seulement laissé aller à un peu trop mal m'exprimer, en utilisant des mots dont j'aurais dû réévaluer le contexte, autour, pour mieux m'appercevoir de mon erreur.
Padakhor said…
pour tout t'avouer, je m'en doutais un peu. mais en même temps, pourquoi ne pas laisser le soin aux filles de s'exprimer sur le sujet. car après tout, leur point de vue serait peut-être plus apte à nous éclairer à propos du soi-disant magnétisme de jidi, qu'en penses-tu ?
EmileLouis-Cartier-Deschamps said…
j'en pense que si je répondais "ne mélons pas de femmes à cette affaire qui est déjà bien assez compliquée comme celà", l'on pourrait affubler ma réponse du qualificatif de "cliché archétypalement sexiste", si celà pouvait alors se produire...
Padakhor said…
mais biensur,/,je le crains.
Edouard Sébastiano Della Compozicion said…
autant l'amour a-t-il le don de rendre les femmes plus belles (ou plus chiantes, et exigentes, aussi, parfois), autant la haine et la bêtise ont-elles tendance à les métamorphoser en laiderones incommunicablement butées et mÖvaises... comme "sales de partout".
Padakhor said…
biensur, mais faites cependant bien attention à ne pas trop insister sur les mÖvaises inclinaisons que pourraient prendre leurs tournures, à leur tours, en réflexion à votre propre vice...
Edouard Sébastiano Della Compozicion said…
bon sang de bon dieu du ciel, merci de votre aide! je tiendrai désormais compte de ce conseil durant toutes la vie qu'il me reste à exister, et ce, jusqu'au jour de ma mort, mon ami.
Le Remplaçant said…
et même si Edouard ne tint pas tout à fait parole, l'on ne lui en tint point trop rigueur au jour du jugement, car il avait participé à certaines bonnes oeuvres dont le seigneur tint alors compte à son tour, à l'heure venue.

fIn.
Oldest Older 201 – 269 of 269

Popular posts from this blog

LE TÉMOIGNAGE VIBRANT 87978.8

PAS GRAVE (TON MAGAZINE RELATIVISTE)