SUBGESTION DE LECTURE


S’OPTIMISER LE MAXIMUM

Le livre de Yves Jean
PRÉFACE DE LUI :

Quand vient le temps d’optimiser n’importe quoi, qu’il s’agisse d’un individu ou d’un collègue de travail, je n’ai qu’un seul nom en bouche : Yves Jean. L’optimisation est le fait de faire extraire un potentiel maximum de quelqu’un pour l’envoyer au bout de son dépassement. Les exemples sont tellement nombreux que c’est impossible. Mais prenons-en-t-on un parmi eux et appelons-le Robert. Au bureau, Robert passe plus de temps à jouer sur YouPorn qu’à travailler sans arrêt. D’ordre global, Robert sert donc à rien. Son patron supérieur se doit, de par ce conséquent, d’optimiser Robert. Grâce à comment? Grâce à mon livre S’OPTIMISER LE MAXIMUM, écrit par Yves Jean (j’avoue que c’est moi.) Quant à ma question suivante, il serait difficile d’y répondre tant que je n’aurai pas posé ma première. Quoi qu’il en soit, mon livre s’étire sur des pages pour pouvoir donner des conseils à ceux qui n’en ont pas. Gardons l’exemple de Robert en main. Comment optimiser Robert le jour où on est son patron? Il pourrait exister 10 étapes mais en voici 8 :
1-Dire à Robert ``Ma parole! Tu es le champion! Va au-delà de ta galaxie!``
2-Stimuler Robert vers l’avant en le ramenant aussi vers l’arrière, pour qu’il s’en rappelle.  
3-Féliciter Robert en parlant : ``Sacrebleu! Robert! Quel travail inouï lorsque tu continues dans ta galaxie!``
4-Récompenser Robert en le stimulant davantage vers le haut
5-Être franc : ``Si tu ne travailles pas, Robert, tu sais où existe la porte.``
6-Menacer dans un cadre calme : ``La porte est toujours au même endroit, Robert.``
7-Menacer dans un contexte agressif ``As-tu vu la porte, Robert? Elle est presque à toi!``
8- La réconciliation non-verbale : Tendre un clin d’oeil de complicité et distribuer une poignée de mains.
Grâce à ces 8 vecteurs d’optimisation, Robert sera optimisé en calice et abattra le travail en ayant fier de lui, je vous le jure sur la vie des petits bébés.

Comments

Carl said…
Merci pour cette chronique. J'aime beaucoup quand tu parles de livres. "Il pourrait exister 10 étapes mais en voici 8" m'a particulièrement touché. J'ai failli chier en direct.
jp le cartésien fier de lui-même (banquette couchage + anarchie) said…
"Les policiers ne sont pas qu’en attente d’un appel à l’aide. Ils sont en quête, ils traquent le crime comme le sauveteur scrute sa piscine à la recherche d’une entorse au règlement, et bien que je sois le gars le plus honnête au monde (dressé par la loi et la morale, qui informe la caissière quand elle lui remet trop de change, qui ne déclare que ce qu’il s’est effectivement fait voler alors qu’il aurait vraiment besoin, pour son travail, d’un nouveau portable, et pour son plaisir, d’une nouvelle guitare), j’ai systématiquement l’impression que les policiers que je croise dans la rue me considèrent comme un criminel en puissance. Tu sais, comme quand on traverse les douanes ? On est propre. On se sent sale. Je pense qu’il y en a un bon paquet parmi les policiers qui aiment le crime, le souhaitent, peut-être même le provoquent. Au fond, que seraient-ils sans lui ? Que vaudraient-ils, ne serait-ce que symboliquement, pour la société ? Mais il y en a, de vrais bons policiers. La mesure et la rationalité, qui font tellement défaut ces temps-ci, nous exige de l’admettre. Quand on se côtoyait, je me disais que tu en serais un excellent. F*** aussi, tellement doux, tellement bon. Un gars vraiment généreux. Je suis convaincu qu’il fait bien son travail. Pour D***, je l’ignore, je ne l’ai pas connu suffisamment, mais j’ai aussi un bon souvenir lui. J***, par contre, qui est un minable trou du cul que je ne veux plus jamais croiser ne serait-ce qu’en civil au supermarché, je considère qu’avec une arme à la ceinture, il est un danger pour les citoyens. Je te confie que lorsque je t’ai vu dans un énième vidéo nous montrant la violence démesurée et hors de contrôle que tes collègues et toi exercez libéralement sur tout un chacun par les temps qui courent, mes bons souvenirs ont fait place à une colère extrêmement puissante. Je t’ai insulté très brutalement. J’ai arrêté l’image et je t’ai gueulé après pendant quinze bonnes minutes, à travers l’écran de mon ordi, j’en ai eu mal à la tête, ma blonde capotait. Une chance que mon petit dormait dans sa chambre à l’autre bout de la maison, loin de ma colère. Plus tard dans la journée, ma furie s’est calmée et a fait place à une grande tristesse. Dans ce vidéo, tu n’étais pas en train de tirer une fille par les cheveux, d’en traiter une autre de crisse de gouine, de poivrer un caméraman ou de matraquer un quidam qui sortait des Foufounes électriques au mauvais moment. Tu ne faisais que refuser de t’identifier."

je pense que c'est "la fille qui" qui a écrit celà, mais je n'en serais sûr qu'au jour du jugement dernier.

(vive l'humour!!)

(martine, tu suce, oupa ?)
jp le bienheureux said…
je me sens allangui pour le plaisir
que le peuple aille se faire chier par ses patrons!

moi
sous ce pommier sous la pluie
je broie du nègre
je sperme
je donne à manger à une petite fille maigre

je lui explique le bouddha intégral

elle pleurait tout à l'heure
et maintenant
elle rit

je suis libre comme le papillon qui pue dans le ciel gloque de lovecraft sodomisé par du parmesan avarié

je n'ai pas envie
ni besoin de pates

"la douceur peut se manifester en dedans, peut-être"
dit la radio (avec une voix ressemblant à celle de monica bellucci dans "COMBIEN TU M'AIMES" ??
pistul said…
me souviens que je marchais à côté d'elle, elle disait :

"j'aime bien comment tu marches"

elle disait peut-être ça pour me faire plaisir. ou me "raviver l'espoir que je n'étais pas le chien que j'étais". ou alors, elle aimait vraiment. mais moi aussi, je m'aimais, au milieu du suicide programmé par les startèges "intelligents".

elle aimait bien "provoquer", mais ça venait de moi, peut-être, et de l'autre mélangé à "nous".

ses plusieurs consciences m'engloutissaient. je l'aime toujours.

a jamais.

re-viens
jp said…
une fois, un "ami" m'a dit que son père, qui était policier dans une petite ville de province, lui avait dit qu'il n'avait jamais arrêté personne durant toute sa longue métier, jusqu'à la retraite.

mais alors, pour qui bossait-il, au fond ?
Anonymous said…
pour martine :

http://www.youtube.com/watch?v=CYfw6y6SNcY

pour ta foie perdue retrouvée en bonne mère.
Je confonds la préface et la postface.

le dyslexique de service
brise, appécie ou crève, via resurectuws, bise said…
http://www.youtube.com/watch?v=_wCvUynhYRY&feature=related
pour philippe aguero sauvage said…
http://www.youtube.com/watch?v=_wCvUynhYRY&feature=related
pour ce chiant de lionel said…
http://www.youtube.com/watch?v=GNFzqjIOOEU&feature=related
jp pour phil said…
http://www.youtube.com/watch?v=tDRdabkBM28&feature=related
pour eric mccomber et lionel medou said…
http://www.youtube.com/watch?v=OyU8YZ-_Ki8
balaise said…
pour phil, mon pote :

http://www.youtube.com/watch?v=McNnhM3BynU
pour les gens qui participent said…
http://www.youtube.com/watch?v=IqhlQfXUk7w

suicide, lacération, humilité chrétienne.
pour les gens qui participent said…
http://www.youtube.com/watch?v=IqhlQfXUk7w

suicide, lacération, humilité chrétienne.
jp le con said…
pour lionel medou, mon ami :

http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&v=eHlXoxSUPQ0&NR=1
jp (mon cul) said…
LE DERNIER MOT DE LA FIN :

"...La madame qui vend des trucs à tiviha, ça met un peu de féminité dans la vie de Cyprien.

-J'aime sa bouche... avoue candidement Cyprien. Ahem! Ahem! qu'il tousse pour mieux dissimuler sa candeur. Il finit même par roter pour avoir l'air vulgaire et faire oublier sa petite douceur. Finalement, on dirait même qu'il pue puisqu'il n'est pas trop abonné au savon. Et il pète. Ahem! Rot! Prout!

Vient quand même un temps où le gars se tanne d'être devant la tévé.

-J'cré ben que j'm'en va's faire un boutte, qu'il finit toujours par dire, Cyprien Lachandelle.

Il se lève, s'habille et marche parfois jusqu'au dépanneur ou bien ailleurs pour se dégourdir un peu.

Puis il revient dans sa piaule pour retrouver ses chips, ses ailes de poulet, son café instantané macéré dans l'eau chaude tirée de la chantepleure et ses maudites cigarettes. Sa pince lui tient lieu de sceptre. Il est le roi de sa tanière."

(Gaétan Bouchard)

adieu!
jipi said…
for martine :

http://www.youtube.com/watch?v=l-ht_9TIAD8
jp, le mec qui fume avant d'être envoyé au Kamp said…
gaetan bouchard devrait se faire mettre bien profond un bon coup par un puit duquel sortirait une jeune dame.

histoire qu'il se déboise lui-même.

s'il en est encore capable :

http://www.youtube.com/watch?v=F2XA5gMPc8Y
pout lionrl mrdou said…
http://www.youtube.com/watch?v=hVg9BO6lLSQ
JouirP said…
entre nous, au fond de moi, j'ai toujours pensé que genesis p orridge fut un gars certes intéressant et langoureusement créatif, mais à la fois manipulé par certaines sorcières expérimentales... bien que vindicativement incarcérées par leurs propres rancoueurs indélébilement intrinsèques.

crois-tu que la réponse à son anomalie personnelle fut secrètement cachées par les buissons en feu, ou plus chichement muétisée intersièclement par des désirs inassouvis de réincarnations influençant son propre comportement, jourd'hui ?

http://www.youtube.com/watch?v=sDvbS4zA0aY

faut-il tuer les loups qui sont nos âmes ???
FACHO said…
je pense que se droguer est plus un moins pour... au moins quelque chose que tu aurais pu trouver si au moins tu avais eue en toi la volonté de te construire un minimum...
flash gorgone la cachée said…
je vais te tuer, jipi, petit naze, acr tu insultes ma maitresse. y'a des règles, PETI!!!
jp said…
ouai, tu vas me tuer, et alors, je renaitrais dans les fleurs, et les pleurs, et la merde, et les atomes, et alors ? tu m'auras tué, toi ?

et pour te prouver quoi, hein ?
flash la gorgone qui tue les PETI said…
ben j'existerais!!! j'aurais PROUVé à la face de mon ego dont personne n'a rien à foutre sinon MOUA,,,,, que j'existe!

bordel, vas t'en chier jip!!!

:::::::::::

http://www.youtube.com/watch?v=GnOoEANDLbg&feature=related
cul de merde (jean louis costes) said…
je pense que ce gros con de gaetan bouchard n'est au fond qu'un putain de fan d'eisenstein.

qu'il aille se faire pourrir par sa propre pourriture intrinsèque brutale de fasciste équarisseur de noblesse humaniste, ce n'est au fond qu'un haineux rebomdissant, la preuve :

http://www.youtube.com/watch?v=fsm3OI4cvP4
on dit va chier et non va t'en chier.
jp le poil du cul said…
hihihihihihi!!! réré!

mais trève de balivernations impenfestives, et veuillez plutôt ouïdre ma SOLUTION parmis bien d'autres aux CONTEMPORAINS PROBLEMES DU MONDE :

"je propose par la présente que les adolescents regardent "L'histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise", plutôt que "scarfesse" ou "matrix rilodèd".

voilà. c'était ma contribution perso à la meilleure marche du monde humain en général. et maintenant : ADIEU

(embrassez flask gudrun de ma part)
clotilde la mangeuse de pommes d'arbres said…
jp me fait vous dire qu'il pense que "tuer des gens" est puéril. et aussi la preuve d'une sorte de grande immaturité sénile psychologique.

pi qu'il ne viendra plus sur le blog des vidanges, aussi, mais ça, il l'a tellement déjà dit des centaines de milliards de fois, que main-nan!!

allé, adios los pépéros!!
le docteur final said…
il faudrait laisser les rérés s'exprimer sur la loi veil datant du 17 janvier 1975 une bonne fois pour toutes, du fin fond d'une cellule, ou "sur la place publique", comme aurait pu l'écrire anne archet. et celà éviterait peut-être qu'elles utilisent comme porte voix de leur haine, de pauvres males chétifs et handicapés par toutes sortes d'interventions obscurantistes en série, comme ce fut le cas pour ce bon vieux jp. car c'est une honte.

fin.
jean-françois petit said…
les rérés organisent des viols collectifs parce qu'elles ne peuvent pas avoir de bébés. mais ce n'est pas de la faute à jean-philippe laffitte, que je saches, non ? et puis si les rérés ont des comptes à régler avec les gaétan bouchard, autant qu'elles le fassent directement elles-mêmes. celà évitera aux pauvres jp de subir des hallucinations digne de jack l'éventreur, comme ce fut le cas pour lui vers le printemps 2008, alors qu'il subissait leur sombre influence perverse, et que certains osent encore appeler "thérapie", alors que c'est surtout une histoire de pognon et de pouvoir. mais bon : chut!
le mec qui précise certaines choses said…
@ jean-françois petit

de pognon, de pouvoir, mais aussi tout simplement de cul, et de lutte des classes, et des races. pour tout dire, tout le tralala de liste d'ingrédients exhaustivement nécessaire à la bonne vielle mijoterie intestine d'une bonne vieille "marinade" bien puante comme on les aime, dans les "milieus".
jean-françois petit said…
oui, voilà, vous avez tout compris.
clotilde la mangeuse de pommes de terre said…
et oui, c'était complètement pourri. mais heureusement, tout le monde était au courant à présent. et jp, bien que fort diminué par ses années de lutte contre la bête, put enfin aller semer ses légumes tranquilles, malgré les remarques débiles et merdiques d'hoplite, qui continuait à répéter inlassablement que les "bobos" n'avaient juste été bons qu'à inventer les chiottes de plein air, car il restait un abruti sectaire, malgré toute sa science, et continuait à confondre réalité et monde inversé. sans compter qu'il contribuait activement par son action à la détérioration du tissu collectif, au même titre que ses ennemis désignés et aussi bien réels, car inversés par les manipulations ethno-politico-pognon de mes burnes, et ce, malgré toutes les excuses bidons qu'il aurait pu nous chier. et d'abord, c'était le genre de personne qui vous foutait sur écoute, et revenait par derrière vous accuser de violer l'intimité des gens en écrivant leur nom trouvable sur annuaire sur des blogues que personne ne lisait jamais.

le monde était un endroit malheureux, mais qu'on arrête aussi de dire que c'était avant tout la faute du comique dieudonné, car celà restait aussi très très exagéré.

FIN
jeannette de castille said…
@ clotilde la mangeuse de pommes de terre

à moment donné, on a tendance à ne plus savoir si tu parles d'hoplite de hoplite.hautetfort.com/ ou de jp le sdf du oueb, en te lisant...
clotilde la mangeuse de pommes de terre said…
pas plus mal, car de toute façon, en mon for intérieur, j'ai tendance depuis bien longtemps à les juger tout aussi nuisible l'un que l'autre.
jeannette de castille said…
bon sang! et dire que je n'y avais pas pensé avant!!
clotilde la mangeuse de pommes de terre said…
des fois, on passe à côté d'évidences si évidentes, qu'on finirait par passer à côté sans jamais se rendre vraiment à l'évidence, mais en restant toujours un peu déporté, comme "à côté". mais ce qui tient pour ces tarés de jp et hoplite tient aussi pour un bon paquet d'autres individus facheusement notoires, selon mon humble opinion. vous comprenez ?
jeannette de castille said…
vous voulez parler de réré la RAINETTE pas dutout nette, ou de LA ROUGE, ou de ERIC MCCOMBER, ou de GAETAN BOUCHARD, ou de YVAN LE TERRIBLE, ou de ANNE DES OCRERIES, ou de HELENABLUE, ou de ANNE ARCHET ????????
clotilde la mangeuse de pommes de terre said…
heu... peut-être pas anne des ocreries, ou la rouge, mais ne me demandez pas pourquoi.
jeannette de castille said…
hihihihihihihi!

mais parce que ce sont des filles, voyons, et que vous adorez les filles, ma chère clotilde la mangeuse de pommes de terre, me trompe-je ?
clotilde la sacrée said…
et clotilde la mangeuse de pommes de terre rougit, au point que son teint fit penser à celui d'une tomate bien mûre, ce qui en disait bien plus long que tous les procès de nuremberg réunis dans une seule portion de vache qui rit ou un petit bouchon rose en plastique de bouteille d'eau d'évian de 50 centilitres.

FIN.
philippe solaire said…
"ce qui en disait bien plus long que tous les procès de nuremberg réunis dans une seule portion de vache qui rit"

c'est ce genre de liberté intégrale que j'adore vous lire chez vous, quand tu écris des livres. car celà fait du sens.
clotilde la sacrée said…
ben, c'est surtout pour dire aussi que tout nuremberg que ce soit, avec ou sans grands drapeaux, c'est aussi juste une histoire de zizi et de foufoune, à la base. et de mangé, et de caca. tout ce sang.
clo said…
et il n'y eut plus grand chose à dire après celà. car c'était la vérité crue.

FIN.
fioutioure said…
au contraire. je pense que celà reste une invitation à envisager "autrement" le zizi, la foufoune, le mangé, le caca et le sang, selon moi. loin de ne faire que fermer certaines portes de la conscience, il me parait au contraire évident que celà nous incite à en ouvrir de niouvelles. afin d'en explorer certaines voies encores inédites...
Anonymous said…
ouais, pourquoi pas, tiens!
le mec chargé de répertorier les archives encastrées dans les mémoires du futur des gens des années 90 said…
mais que firent-ils par la suite ?
nous ne savons pas, car les écrits s'arrêtent ici.
une fan de 17 ans et demi née en septembre 2013 said…
y'en a qui disent que jp décéda subitement le jour ou il arrêta d'écrire chez les vidanges.
jp du 11 novembre 2020 said…
certes, mais comment expliquerais-tu alors que je puisses m'adresser à toi de la sorte, hein, petite ?
une fan de 17 ans et demi née en septembre 2013 said…
chépas. ils peuvent avoir isolé un germe de ta personalité d'origine, et l'avoir transplantée dans un programme qui te donne l'impression d'être encore en vie, un peu comme la rachel de blade runner.
jp du 11 novembre 2020 said…
certes, mais alors, comment expliquer que je puisses de manière aussi tangible selon mes sens que je perçois, me gratter le bout du nez, ou me caresser la moustache ?
une fan de 17 ans et demi née en septembre 2013 said…
parce qu'ils sont très "balaises" ?

;)
jp du 11 novembre 2020 said…
;)
clo la pythie said…
mais le jp du 11 novembre 2020 était en réalité un jp des années 2040 qui avait été égaré par mégarde par un archiviste des mémoires "inventées oupa", un soir ou il avait été pressé de partir de son travail afin d'aller assister à un spectacle de flamenco dans un petit bar en forme de bateau rouge, en sous-sol d'un restaurant italien de luxe, le 8 aout 2157, à Nova-Gicomala, petite ville balnéaire du nord est du groënland actuel, ou l'on cultivait alors le raisin, et les huitres.

fin effective
lecteur attentif said…
selon cette version, celà pourrait nous laisser sous-entendre qu'un réchauffement climatique d'envergure plutôt balaise pourrait avoir eu lieu, si je ne m'abuse, hm, docteur ?
docteur said…
vous dites ça pour le raisin, je suppose. mais il pourrait tout aussi bien s'agir de culture sous serres, n'y avez vous donc point songé ? tout simplement ?

à moins au contraire que la planète n'ait en ces temps été victime d'un chamboulement magnétique aux effets si vertigineux, que les pôles actuels ne se fussent retrouvés sous les latitudes actuelles du sud du japon, ou du nord de l'inde.
lecteur attentif said…
pas con.
docteur said…
hé bien, je suis docteur, c'est tout, monsieur.
clotilde la marchande d'avion plutôt gros said…
alors lecteur attentif, dont le coeur s'était tout à coup mis à battre mille chamades accélérées, ne put soudain plus réprimer ce désir irrépressible qui lui fit rouler un gros patin "un peu de force, certes, mais le coeur y était", au docteur, qui tomba par-terre, sur le séant, et se féla le coccis, alors que sa face était encore toute baveuse...

... et plus tard, aux urgences de l'hôpital général, on dut platrer l'arrière train du docteur, sans oublier de laisser l'espace nécessaire à l'insertion d'une petite paille dans le bloc, permettant à notre cher érudit de pouvoir faire ses besoins, avec un débit certes bien moins fluide qu'à l'accoutumé, mais comme il ne pouvait pas marché, il n'avait que celà à faire de sa journée, et celà ne l'empêchait pas de continuer à étudier ces vieilles archives remplies de noms islandais qu'un ami insulaire lui avait envoyé grace à une entreprise de transports de colis privés, un peu plus chère que la poste "normale", mais surtout bien plus sûre et rapide, car les employés de cette boîte étaient recrutés dans les rangs d'anciens mercenaires dont l'une des spécificités se devait qu'ils soient plutôt "très performants" dans la course de fond en général, et aussi, pilote d'avion, et biensur, titulaire d'un port d'arme en bonne et due forme récent, ainsi que de plein de passeports leur permettant d'acheminer les colis sous toutes les latitudes et longitudes possibles, et même, parfois, dans des endroits interdits, ou top secrets.

FIN(te)
philippe solaire said…
@ fioutioure

j'aime bien ce néologisme : "niouvelles", sûrement dû à une faute de frappe, mais que je trouve plutôt coquet.
fioutioure said…
ben, pour tout vous avouer, moi aussi je l'aime bien. et figurez-vous que j'hésitai un temps à corriger cette erreur que j'avais repérée, avant de me résoudre à ne point laisser dépérir ce petit infime bout de poésie cocacement apparue grace au bon gré du "hasard". et ainsi...
philippe solaire said…
la nature est un carnaval des opportunités...
fioutioure said…
incessantes et filasses. tendres et fougueuses. toujours en fugues perpétuellement farouches, et s'en allant quester à d'autres formalités improbablement filandrues, comme la jeunesse terrienne, les abats de veau et les graines de haricots verts jaunes...
philippe solaire said…
et les pompons trapus!
fioutioure said…
et les finouchtathélos!
philippe solaire said…
oui. mais je dois partir vite, car j'ai un rendez-vous. adieu fioutioure.
clotildaptéractyle-bu said…
mais philippe solaire avait menti, car il n'avait pas dutout de rendez-vous nulle part, mais avait ressenti une de ces envies irrépressibles d'exprimer ces flots de pensées très inspirées qui l'avaient tout à coup enseveli dans leur tourbillon vortical de trouble quasi vertigineux. et il s'empressa donc de presser le pas vers son atelier d'écrivain personnel, mais dans sa course, se tordit malencontreusement la cheville, et se fractura douloureusement un os contre le rebord certes arrondis de l'angle du trottoir, mais néanmoins tout aussi dur qu'un rocher ou une porte de frigidaire en métal des années 50 peint en vert pistache et faisant penser de loin à un jukebox...

... et ce fut durant sa convalescence à l'hôpital général qu'il fit la rencontre du docteur, ainsi que de lecteur attentif, et qu'ils purent ainsi se lier d'amitié, et partager leur passion commune pour le verbe, ainsi que leurs adresses, et autres civilités. comme quoi, des fois, les choses étaient bien faites. et les petits malheurs incongrus contribuaient-ils à échaffauder des monuments bien plus superélevés dans la hiérarchie des choses importantes.

FIN
cherlhoms clocke said…
moi, je pense que Flash Gordon pourrait très bien être l'un de ces fameux livreurs de colis susmentionnés dans la description qu'en fit clotilde la marchande d'avion plutôt gros. car son profil me semble amplement correspondre à toutes spécificités recquises.
le watson élémentaire said…
faux. il est bien trop grassement trapu pour courrir de fond de manière assez légèrement svelte, selon moi.
cherlhoms clocke said…
watsonentaire, mon cher élément. je vous avais tendu un piège, mais je vois que votre sens de la lucidité pourfend désormais de son acuité si finement aiguisée toute forme de subjection vous détournant des aspérités suspectes parsemant vos doutes. vous m'éblouissez de plus en plus.
le watson élémentaire said…
et bien, vous savez, je suis assez peu physionomiste, en général, mais disons que vous, je commence à bien vous connaitre, car nous sommes ensemble plus de 15 heures par jour en moyenne depuis plus de 13 ans et demi désormais. et je ne comprends à peu près rien dutout au monde qui nous entoure, mais vous, je vous connais. et surtout, cette manie que vous avez de vous caresser suavement le menton en émettant ce petit sourire intérieur quasiment invisible pour le lecteur non averti, mais dont la petite lueur précise sait illuminer de sa luisance ce bref instant durant lequel votre glotte se met à silencieusement participer au déglutissement satisfait d'un de vos fameux mensonges, monsieur. et que je ne sais personnellement que trop percevoir.
cherlhoms clocke said…
et bien, mon cher élément, j'en conclue pour ma part que vous êtes un gars plutôt super. et celà me suffit.

splonch.
clotilde la vieille gateuse aux dents carriées par les bonbons said…
et il disparu dans la cuisine, après avoir mis la marmite à soupe à chauffer sur la fonte noire et brulante de cette vieille cuisinière à bois dégottée dans un emmaüs, 3 ans auparavant.

FON-SpalifSH
pchit-pchit said…
quel chanceux ce cherlhoms clocke. c'est pas tout le monde qui a la chance de laisser mitoner sa soupe sur la fonte d'une vieille cuisinière en bois, de nos jours. alors que nous sommes de plus en plus envahis par les plaques à induction et les fours micro ondes. il a une veine de cocu ce sacripant, non ?
pouti-pouta said…
oui. car il s'était effectivement suicidé en se tailladant les jugulaires après avoir découvert que sa femme le trompait avec son marchand de rasoir, il y a de celà 15 longues années désormais. et il me semble encore plus précis de ma part que de stipuler que ce fut à cette funeste occasion qu'il se découvrit un attrait pour sa nouvelle fonction actuelle d'enquêteur privé. alors qu'il passa plusieurs mois à tenter de découvrir qui avait été son propre assassin.
pchit-pchit said…
insinuez vous l'histoire d'un suicide suggestif ?
pouti-pouta said…
on vous cache tout, on vous dit rien, mais pourtant, vous découvrez toujours tout par vous-même. quel est votre secret ?
clotilde des brumes said…
mais pchit-pchit ne répondit pas à la question de pouti-pouta, car comme c'était un secret...

FIN.................................................................................................................................................................................................................................................................................................
jp said…
c'est bien dommage, car pour ma part, j'eus bien aimé connaitre tout de ces secrets si hardiement dérobés à la vision d'autrui par cet étourdissant pchit-pchit.

mais "la vie n'est pas parfaite, elle se trompe parfois", comme le dit si bien le poète belge originaire d'ostende arnold charles ernest hintjens.
fOOOOOOO said…
ho! cool!
jp est revenu!
clotilde la femme de jp said…
mais c'était un faux espoir, car après cette dernière effusion, jp disparut à tout jamais de la circulation. et resta caché avec moi. et nous nous aimons comme deux enfants, depuis. loin des sales ragards jaloux, méchants et haineux.

...
grenouille verte méchante et vicieuse said…
les rAgards...
clotilde la femme de jp said…
je vous ai toutes vaincues, c'est tout.
personne ne s'attendait à celà de ma part, tout le monde se figurait que je n'étais qu'une potiche, hé oui...

je suis la femme de jp, la seule, et personne d'entre vous-elles ne pourra plus jamais rien y changer. car les dés sont faits

adieu, bande de perdantes bien possédées
philippe solaire said…
un superbe dénouement.
et en plus, assez subtilement surprenant pour nous laisser suffisament coua d'hébétude.
adversaire de jp jaloux, mesquin et de très mÖvaise foi said…
il était temps.
bon débarras.
sandy la maman said…
mon dieu, la sale!
non!

rendez-moi mon fils!!
belle jeune fille intelligente, cultivée et sensible, ainsi que très amoureuse de jp said…
non, je ne peux plus vivre en sachant que mon amour est désormais la propriété des clotildes! et je vais donc me suicider aussi vite que possible afin d'éteindre en moi cette si terrible douleur intolérable faisant de moi un brasier ambulant sur pattes!
guy decentre said…
la terrible nomenclature affective entourant les si fugaces courant désormais reclus de nos anciens repères émotifs, emprisone de sa sève carcérale les derniers espoirs de réclusion encore imaginables par ces visions qui furent notre, du temps ou l'on pensait encore un jour abolir toute forme de propriété.
la nation de l'alien, magicien noir said…
hek, hekek. hekekekek, kekek.

hek.
la couine blanche said…
hé non, car PSHHHHH!!!

meurs donc, sale la nation de l'alien, magicien noir!

car ceci est la volonté de l'autre côté du damier!
quidam soulagé said…
ouf!

on a eu chaud, dis donc!

merci la couine blanche.
veronika l'énigme à tique (fiente) said…
mais elle était déjà parti vers d'autres endroits de l'univers à défendre contre les méchants, ces ordures putridement puantes et maléfiques.

...
malade des nerfs victime de tocs said…
je ne suis pas un alien.
victime de thérapies expérimentales diverses said…
je pense qu'ils méritent peut-être de partager mon sors, afin de mieux comprendre ce qu'ils m'ont fait, de l'intérieur.
perds pas ton temps ici, viens sur mon blogue et je serai une gentille grenouille, comme celles du Ger

je ne serai point une grenouille verte méchante et vicieuse non. Gentille comme toi aux beaux jours
jp le revenant said…
les beaux jours s'en sont allés
croupir sous le matelas névrotique
d'une défaite have

la confusion des membres anémiés
par la peur
cette influence stérilisante
se confondent désormais en mouvements anarchiques
tremblotants
aux milieu des éléphants roses-gris
et des hallucinées visions de vidanges de masse

dans les rues carbonisées
inhumaines
crèvent les cadavres assoifés

derniers espoirs du monde
un truc qui a pu arriver (peut-être) said…
ma maman-pas-maman (une infirmière de l'hôpital général) baisait avec plein de mecs. des docteurs, des brancardiers, et même des malades allités. un jour qu'elle avait baisé avec l'un d'entre eux (on sait pas qui, mébon), elle jeta le stérilet dans lequel papa avait jouit dans une poubelle de l'hôpital. ma vraie maman (employé à nettoyer les choses, et passer le balais et la serpillère par-terre à l'hôpital, entre autres, comme nettoyer les vitres), érotamane complètement dégénérée que j'aime (car elle est remplie de plein d'autres qualités humaines, aussi), se fourra ce stérilet jeté à la poubelle par maman-pas-maman (l'infirmière) dans la chatte, afin de se faire jouir dans les cabinets. et 7 mois et demi après, je naissais. (un peu avant la dose normale de temps, mébon.) on me mit dans une petite cabine "asceptisée" et vitrée dans laquelle je pus reprendre le cours d'une croissance normale, et le tour fut joué!

ce soir, c'est mon 53ème anniversaire.
qui suis-je ?

indice : j'ai un front large et plat.
philippe lunaire said…
hem.

croyez que costes et dupontel on enfin finit par coucher ensemble, séant ?
rastaman désabusé said…
ce qui me fait de la peine, c'est de penser que dieudonné ne doit plus écouter bob comme avant, depuis qu'il s'est investi en politique.
rastaman averti said…
ouais, je vois ce que tu veux dire.
jp la cinémathèque said…
"Je confonds la préface et la postface."

explique ça à ceux qui lisent le livre avant même que celui-ci ne soit "écrit", comme aurait pu proféré yul bryner, dans "les dix commanements", de cécil B 2000.
charnier qui pue le caca de mouche said…
napoléon, reviens!
hirsute rire said…
c'est bien de se sentir ridiculement exterminateur de tous les goûts humains, en chantant :

http://www.youtube.com/watch?v=5BoK5QBMLX4
empalé par un pieux iradié de napalm thermo nucléaire said…
m'en branle, j'aime bien la saucisse et les lentilles au vinaigre. je me branle le soir, car les sorcières ne veulent pas que j'aie de rapports avec des filles sous peine de charnier. alors je me tripote le zizi pour faire plaisir au gens qui me regardent en riant du haut de leur suffisance de travailleurs rémunérés par marine le peigne, grace au pouvoir des patrons qui tuent les arbres et font de nous des seclaves juste bons à vendre selon les lois du marché, alors que je chie de la lave sur les pauvres qui crèvent dans d'atroces souffrances sous les palmiers dans les iles pacifiques...
fin said…
http://www.youtube.com/watch?v=cnUwOlP2SGo&feature=relmfu

Popular posts from this blog

PAS GRAVE (TON MAGAZINE RELATIVISTE)

VOLET PÉDAGOGUE numéro 36893

LE TÉMOIGNAGE VIBRANT 87978.8